Israël impose de nouvelles restrictions sur les cyber-exportations

0
142
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le ministère de la Défense a imposé lundi de nouvelles restrictions à l’exportation d’outils de cyberguerre après une énorme réaction internationale concernant l’utilisation de logiciels de surveillance de fabrication israélienne contre des journalistes, des militants et des rivaux politiques par des violateurs des droits humains à travers le monde.

Cet été, un consortium international de journalistes a rapporté que la société israélienne NSO Group avait aidé les gouvernements à espionner les dissidents et les défenseurs des droits humains. NSO insiste sur le fait que son produit était uniquement destiné à aider les pays à lutter contre les crimes graves et le terrorisme. Cependant, en raison des définitions larges que certains pays utilisent pour ces crimes, le logiciel semble avoir été utilisé contre un large éventail de chiffres.

🔳 ANNONCE 🔳

Apparemment en réponse à cette situation, l’Agence de contrôle des exportations de défense du ministère de la Défense a publié une version mise à jour de son « certificat d’utilisation finale/d’utilisateur », un formulaire à remplir par une entreprise israélienne cherchant à vendre ses produits à l’étranger, qui définit plus clairement ce qui constitue et ne constitue pas du terrorisme et des crimes graves, « pour éviter de brouiller les définitions à ce sujet », a écrit le ministère dans un communiqué.

Le nouveau formulaire, par exemple, stipule explicitement qu’« un acte d’expression d’une opinion ou de critique… ne constitue pas, en soi, un acte terroriste » ou un « crime grave ».

Le ministère définit généralement le terrorisme comme des activités violentes ou des menaces de violence qui visent à intimider une population, influencer un gouvernement à agir ou non, ou déstabiliser un pays ou une organisation internationale.

Un peu plus vaguement, les crimes graves sont définis comme tout crime pour lequel « la loi nationale impose une peine de prison de 6 ans ou plus ».

Les réglementations empêchent également que les systèmes israéliens soient utilisés « pour infliger des dommages à une personne ou à un groupe de personnes, simplement en raison de leur religion, sexe ou genre, race, groupe ethnique, orientation sexuelle, nationalité, pays d’origine, opinion, affiliation. politique ». , âge ou statut personnel ».

🔳 ANNONCE 🔳

Si ces conditions sont violées, Israël aurait le droit de révoquer la licence d’exportation.

Cependant, l’avocat des droits civiques Eitay Mack, l’une des principales voix en Israël contre les exportations de défense vers les violateurs des droits de l’homme, a minimisé l’importance de ce changement de règle, notant que le formulaire en question est rempli par la société qui vend la technologie, et non par le pays. l’acheter, l’utilisateur final réel.

Il a ajouté que malgré les nouvelles définitions du ministère de la Défense, « les pays définissent le terrorisme et les crimes graves comme ils l’entendent ».

Le ministère de la Défense a déclaré que les nouvelles réglementations avaient été élaborées par une équipe conjointe des ministères de la Défense et des Affaires étrangères.

Jusqu’à présent, la loi israélienne sur les exportations de défense a été relativement laxiste, obligeant le ministère de la Défense à prendre en compte « l’utilisateur final ou l’utilisation finale », mais sans interdire expressément la vente d’armes aux violateurs des droits humains. Seul un embargo sur les armes extrêmement rare du Conseil de sécurité des Nations Unies peut forcer le ministère de la Défense à bloquer un accord. Dans tous les autres cas, l’opportunité politique et diplomatique peut l’emporter sur les préoccupations relatives aux droits de l’homme.

.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !