Gaza: l’augmentation de malades du virus menace de submerger les hôpitaux

0
291
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Plus d’un an après la pandémie de coronavirus, certaines des pires craintes se réalisent dans la bande de Gaza surpeuplée: une augmentation soudaine des infections et des décès menace de submerger les hôpitaux affaiblis par des années de conflit et de fermetures de frontières.

Le principal centre de traitement de Gaza pour les patients atteints de COVID-19 avertit que les approvisionnements en oxygène diminuent rapidement. Dans un autre hôpital, les patients atteints de coronavirus sont emballés avec trois dans une pièce.

🔳 ANNONCE 🔳

Pendant des mois, les dirigeants du Hamas à Gaza semblaient avoir le contrôle de contenir la pandémie. Mais sa décision de lever la plupart des restrictions de mouvement en février, associée à la propagation d’une variante de virus plus agressive et à un manque de vaccins, a conduit à un second pic féroce.

Dans le même temps, beaucoup des plus de 2 millions d’habitants de Gaza ignorent les mesures de sécurité, en particulier pendant le mois de jeûne actuel du Ramadan. Pendant la journée, les marchés sont pleins d’acheteurs qui achètent des produits iftar, et la nourriture rompt le jeûne après le coucher du soleil. Peu de gens portent des masques correctement, voire pas du tout.

« Le COVID n’est pas un jeu », a déclaré Yasmin Ali, 32 ans, dont la mère de 64 ans est décédée du virus la semaine dernière. « Cela coûtera la vie à de nombreuses personnes si elles ne se protègent pas en premier lieu. »

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Depuis le début, le cours de la pandémie à Gaza, l’un des territoires les plus peuplés du monde, a été largement déterminé par la politique. Une fermeture de la frontière, imposée par Israël et l’Égypte à des degrés divers depuis que le groupe islamique militant du Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007, a initialement contribué à enrayer la propagation. Au cours des premiers mois, le Hamas a mis en quarantaine de petits groupes de voyageurs en provenance d’Égypte, et les premiers cas de propagation communautaire n’ont été signalés qu’en août.

Une première éclosion s’est produite à l’automne. Le Hamas a tenté de le contenir en fermant les écoles, les mosquées et les marchés et en imposant un couvre-feu nocturne. En février, les infections avaient chuté de façon spectaculaire.

🔳 ANNONCE 🔳

À cette époque, le Hamas a levé les couvre-feux. Les élèves sont retournés dans les écoles, les salles de mariage ont rouvert et les marchés de rue sont revenus. Les voyageurs égyptiens n’étaient plus mis en quarantaine ni même testés. Au lieu de cela, ils ont reçu l’ordre de venir après un contrôle de température, en supposant qu’ils avaient déjà été testés en Égypte.

La décision de rouvrir était en partie motivée par des préoccupations financières. Les bouclages ont encore frappé l’économie en difficulté de Gaza, où le chômage est d’environ 50% et parmi les jeunes de 70%.

Le Hamas peut également s’inquiéter de la prolongation de mesures impopulaires avant les élections parlementaires palestiniennes. Lors du vote du 22 mai, le Hamas est en concurrence avec le mouvement Fatah du président palestinien basé en Cisjordanie Mahmoud Abbas. Il n’y a pas de sondages fiables, mais le Hamas semble vulnérable à un défi du Fatah à Gaza, même s’il devrait bien réussir en Cisjordanie.

Le début du Ramadan à la mi-avril, avec ses marchés bondés et ses prières nocturnes dans les mosquées, a encore alimenté les infections, tout comme l’émergence de variantes plus agressives du virus.

La semaine dernière, le nombre quotidien de morts a dépassé 20 la plupart des jours, contre un maximum quotidien de 15 lors de la première vague. Les infections quotidiennes de 1 000 à 1 500 sont la nouvelle norme. Le nombre total d’infections est proche de 100 000, avec 848 décès.

🟦 ANNONCE 🟦

L’hôpital européen de la ville de Khan Younis, principal centre de traitement des patients atteints de COVID-19, manque rapidement de ressources.

Son directeur, Yousef al-Aqqad, a déclaré que 118 des 150 lits sont occupés par des patients dans un état critique ou grave. Il a dit qu’il aurait besoin de centaines de bouteilles d’oxygène supplémentaires si le nombre de patients dépasse 150.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦