Comment ouvrir une entreprise en Israël pour les étrangers ?

0
137
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Ce qu’un étranger doit savoir avant d’ouvrir une entreprise en Israël :

L’essentiel en commençant par ce sujet est qu’une entreprise en Israël n’accorde aux étrangers aucune préférence supplémentaire concernant la procédure de visite en Israël ou la durée du séjour dans le pays. Un non-résident qui possède une entreprise en Israël visite le pays soit avec un visa, soit en vertu des dispositions d’un régime sans visa, selon le pays de sa nationalité.

🔳 ANNONCE 🔳

Les affaires en Israël, comme tout type d’investissement, ne donnent pas à un étranger la possibilité d’obtenir la citoyenneté israélienne.

Quatre groupes de personnes ont droit à la citoyenneté israélienne : les juifs, ainsi que les conjoints, enfants et petits-enfants de juifs. Un étranger a besoin d’un représentant résident pour enregistrer une entreprise en Israël. Il peut s’agir à la fois d’une personne physique et d’une personne morale. Un citoyen israélien se porte garant auprès des autorités fiscales pour le dépôt des déclarations fiscales et le paiement des impôts par une entreprise étrangère.

L’option la plus transparente et la plus sûre pour les étrangers d’ouvrir une entreprise en Israël est d’utiliser une société de fiducie.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Pourquoi un non-résident ne peut-il pas ouvrir une entreprise en Israël par lui-même ?

Les autorités fiscales israéliennes n’ont pas l’infrastructure pour contrôler les étrangers qui possèdent directement une entreprise. Il y a toujours une chance que le propriétaire cesse simplement de soutenir et de développer une entreprise, laisse tout tomber, laissant derrière lui des arriérés de salaires, des dettes envers les fournisseurs, des impôts impayés, des prêts bancaires et bien d’autres problèmes. Ensuite, l’État devra d’une manière ou d’une autre s’occuper de tout cela en Israël et rechercher le contrevenant dans d’autres pays.

🔳 ANNONCE 🔳

À cette fin, vous devez créer des structures spéciales, des lois, des budgets à allouer. Tout cela est-il approprié pour un petit pays comme Israël ? Mais avec les citoyens d’Israël, tous les processus ont déjà été effectivement construits et développés. Peu importe, le citoyen de quel pays veut investir en Israël.

Un étranger peut-il s’inscrire en tant qu’entrepreneur privé en Israël ?

Comment un étranger peut-il ouvrir une entreprise en Israël en qualité d’entrepreneur privé ? Cette question dépend de l’opportunité ou non d’obtenir la citoyenneté israélienne par l’étranger. Comme nous le savons, le numéro d’enregistrement d’un entrepreneur individuel en Israël est le même que le numéro de la carte d’identité (te’udat zehut). Un non-résident n’a pas de te’udat zehut. Par conséquent, un non-résident ne peut enregistrer ni Osek Patur ni Osek Murshe.

L’exception est une situation dans laquelle une entreprise en Israël est ouverte par une personne privée qui est le conjoint d’un citoyen israélien et qui suit actuellement une procédure étape par étape pour obtenir la citoyenneté. Des documents temporaires et un numéro temporaire sont délivrés au conjoint étranger, il commence par un 6. Les mêmes 9 chiffres que dans le Teudat Zehut, qui doivent être échangés lorsque la procédure d’étape est terminée.

Cette situation a également besoin d’un garant – un citoyen d’Israël. Il peut s’agir d’un conjoint israélien ou d’un membre de la famille ou d’amis – il n’y a pas de restrictions ou d’exigences en la matière. Le garant signe un document spécial nécessaire à l’enregistrement d’une entreprise par une personne qui est en train d’obtenir la citoyenneté israélienne. En effet, ce garant devient copropriétaire de l’entreprise, au titre de la responsabilité légale du paiement des impôts. Ayant obtenu la citoyenneté, un homme d’affaires n’aura plus besoin de la participation d’un garant. Il pourra changer l’enregistrement de l’entrepreneur individuel en son Teudat Zehut et répondre de manière indépendante aux autorités fiscales.

🟦 ANNONCE 🟦

Un étranger qui n’attend pas de passeport israélien ne peut enregistrer qu’une Khevrah Baam en Israël, c’est-à-dire une société au format Limited Liability Company (Ltd). Ensuite, considérons la question de savoir comment ouvrir une entreprise en Israël. Pour ouvrir une société à responsabilité limitée (Ltd), un étranger a également besoin d’un garant résident.

Choisir un garant pour démarrer une entreprise en Israël

Un particulier peut se porter garant. Soit dit en passant, un Israélien n’a pas nécessairement besoin d’occuper un poste dans l’entreprise ou de rejoindre le conseil d’administration. Sa responsabilité vis-à-vis de l’administration fiscale implique un statut à part. Le garant israélien n’est pas impliqué dans la prise de décision et la gestion des affaires, n’est pas impliqué dans la distribution des bénéfices et d’autres processus de l’entreprise. Mais il est responsable du paiement ponctuel, correct et intégral des taxes par l’entreprise. Pour le fisc israélien, c’est le citoyen israélien qui est à 100% propriétaire de cette entreprise et est responsable de tous ses biens. Ce fait complique grandement la recherche d’un garant résident à moins qu’il ne s’agisse d’un parent très proche.

Comment une entreprise en Israël peut-elle être ouverte par un étranger n’ayant personne dans le pays qui puisse et veuille devenir son garant ?

Dans une telle situation, vous devriez communiquer avec une société de fiducie spécialisée. Les sociétés de fiducie sont établies par des avocats et des vérificateurs. Ils ont généralement une base juridique bien documentée et sérieusement documentée pour la coopération entre la partie israélienne et le non-résident. Le coût d’ouverture et de gestion d’une entreprise par l’intermédiaire d’une société de fiducie peut commencer à partir de 1 000 shekels par mois et atteindre plusieurs milliers de dollars , selon l’ensemble des fonctions attribuées à la société de fiducie, le chiffre d’affaires de l’entreprise et une foule d’autres facteurs.

Qu’est-ce qui est important pour un non-résident qui ouvre une entreprise en Israël par l’intermédiaire d’une société de fiducie ?

Tout d’abord, choisissez le bon partenaire et assurez-vous qu’il n’a eu auparavant aucun problème avec les autorités fiscales. Deuxièmement, définissez clairement les responsabilités des parties. Troisièmement, assurez-vous que votre entreprise « supportera » les frais du garant israélien. Idéalement, la société de fiducie prend en charge tous les processus d’ouverture d’une entreprise : de l’inscription au Registre des sociétés (Rasham KHevrot), à l’ouverture d’un compte bancaire d’entreprise séparé (d’ailleurs, un processus très long et compliqué pour un non-résident, si vous le faites vous-même) et ouvre également un nouveau dossier auprès de l’administration fiscale.

En outre, la société de fiducie fournit aux entreprises israéliennes une adresse légale, entretient une correspondance avec les agences fiscales et autres agences gouvernementales, également en hébreu, y compris la préparation et la soumission de rapports fiscaux. Si nécessaire, représentation professionnelle auprès des autorités fiscales et la conformité aux autres exigences commerciales en Israël.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦