Ballons incendiaires : la tactique terroriste explosive du Hamas contre Israël

0
225
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

En dehors de la bande de Gaza, un ballon symbolise l’enfance et la liberté. Cependant, pour les Israéliens qui vivent près de l’enclave côtière, voir un ballon flotter dans le ciel évoque des images du Hamas, le groupe terroriste désigné par les États-Unis qui gouverne le territoire palestinien.

Des ballons et des cerfs-volants incendiaires ont été utilisés par le Hamas ces dernières années dans le cadre de sa campagne de terreur contre les citoyens israéliens. Ces attaques ne sont pas utilisées pour cibler des ressources militaires, mais visent plutôt à infliger des dommages aux civils israéliens, à causer des dommages matériels et à détruire l’écosystème environnant.

🔳 ANNONCE 🔳

Bien qu’elles puissent ressembler à des jouets pour enfants, les armes rudimentaires contiennent des éléments allant des chiffons imbibés d’huile aux explosifs. En conséquence, les ballons, et auparavant les cerfs-volants, fonctionnent efficacement comme des cocktails Molotov à longue distance qui sont lancés à distance sur Israël. Et tandis que les Forces de défense israéliennes sont capables d’en intercepter bon nombre, beaucoup ont néanmoins pénétré le territoire israélien.

La tactique terroriste a été mise en œuvre pour la première fois en 2018 lors d’émeutes palestiniennes le long de la frontière de Gaza. Le Hamas a affirmé qu’il s’agissait d’une réponse au déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem. Cependant, des émeutes ont eu lieu plusieurs semaines avant la relocalisation de la mission. Les Gazaouis ont été fortement encouragés par les dirigeants terroristes à prendre d’assaut la barrière frontalière et à attaquer les soldats israéliens. Sans ménagement, les organisateurs des émeutes se sont également mis en ligne, appelant les Palestiniens via des publications sur les réseaux sociaux à apporter des armes dissimulées et à kidnapper ou tuer des soldats et des civils israéliens.

Selon Stefan Oberman, directeur des communications du Fonds national juif des États-Unis, des objets incendiaires de Gaza ont mis le feu à plus de 12 000 acres de terrain au cours des trois dernières années dans la soi-disant enveloppe de Gaza, les zones peuplées du sud d’Israël à moins de sept kilomètres de la frontière partagée.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

C’est une zone plus grande que Manhattan.

Et bien qu’elles soient de faible technologie, les attaques ont détruit de vastes étendues de terres agricoles et mis en danger la vie des Israéliens. À ce jour, aucun décès n’a été signalé. 

🔳 ANNONCE 🔳

Même lors du dernier cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui a mis fin à un conflit de 11 jours en mai, ce dernier a démontré qu’il n’avait pas l’intention d’abandonner de sitôt son utilisation de ballons et de cerfs-volants explosifs.

Ces attaques ont causé des millions de dollars de dégâts en Israël, détruisant des terres agricoles et provoquant une diminution du tourisme local et d’autres activités économiques.

L’attrait des incendiaires est qu’ils sont extrêmement faciles à créer et à lancer. Les engins explosifs sont également peu coûteux à fabriquer par rapport aux roquettes utilisées par les divers groupes terroristes de Gaza.

Comment les médias couvrent l’histoire des ballons qui explosent

Le 16 juin, le Hamas a violé la trêve actuelle en lançant des ballons incendiaires en Israël. Les médias ont décrit ce développement comme une réponse à la marche du Jour de Jérusalem qui a eu lieu le même jour. Cependant, les ballons ont été lancés bien avant la marche. Israël a répondu à cette violation de sa souveraineté en menant des frappes aériennes contre les sites militaires du Hamas à Gaza.

Le Hamas a riposté le lendemain en envoyant d’autres ballons terroristes qui ont allumé vingt incendies.

🟦 ANNONCE 🟦

Pourtant, les rapports des médias avaient tendance à minimiser la nature destructrice de ces attaques. Par exemple, un article de Reuters peu de temps après les frappes de représailles israéliennes à Gaza incluait ce tweet sur la marche du jour de Jérusalem. 

Reuters qualifie tous les manifestants de l’événement de « nationalistes d’extrême droite ». Mais alors qu’il y a eu des incidents isolés de participants au défilé scandant « Mort aux Arabes », ils ont été rapidement condamnés par le Premier ministre Naftali Bennett ainsi que d’autres dirigeants politiques israéliens.

De plus, les participants à la marche ont marché dans les rues de Jérusalem d’une manière qui évitait délibérément le quartier musulman de la vieille ville. Cette décision de modifier une partie du parcours de la marche a été prise par le gouvernement israélien afin de maintenir la paix.

De plus, même si la marche fait depuis longtemps partie des festivités annuelles de la Journée de Jérusalem, elle a été interrompue cette année en raison d’un barrage de roquettes du Hamas. L’article de Reuters ne mentionne pas ce fait, ce qui donne l’impression que l’événement a été simplement organisé comme une « provocation ». En vérité, cela fait partie d’une fête qui commémore la victoire d’Israël dans la guerre des Six jours de 1967, au cours de laquelle les Forces de défense israéliennes ont capturé la partie orientale de Jérusalem qui avait été occupée pendant près de 20 ans par la Jordanie. Entre 1948 et 1967, les Jordaniens avaient profané de nombreux édifices et lieux saints juifs.

L’article affirmait en outre que « les violences nocturnes font suite à une marche à Jérusalem-Est mardi par des nationalistes juifs qui avaient reçu des menaces d’action de la part du Hamas, le groupe militant au pouvoir à Gaza ». 

Mais l’unité du porte-parole de Tsahal a clairement indiqué que « l’organisation terroriste du Hamas a attaqué Israël en envoyant des ballons terroristes en territoire israélien. Ces attaques de ballons ont été menées tout au long de la journée. L’attaque a commencé avant la marche du drapeau de Jérusalem et s’est poursuivie toute la journée, avant et après la marche . »

D’autres sites d’information ont également ignoré ces faits, Forbes titrant  un article intitulé « Israël frappe Gaza alors que les tensions menacent de dénouer un cessez-le-feu fragile ».

Le titre que Forbes a choisi d’utiliser implique qu’Israël a frappé en premier, sans mentionner les ballons du Hamas. L’article fait également référence aux manifestants comme étant tous « d’extrême droite » et va jusqu’à impliquer que le défilé « menaçait de bouleverser un cessez-le-feu de courte durée entre Israël et le groupe militant Hamas basé à Gaza ».

La justification du Hamas pour l’utilisation de ballons explosifs a été choisie par les médias

Pendant le conflit de mai, le Hamas a justifié son tir de roquettes contre Israël en citant les « protestations » de Cheikh Jarrah et de la mosquée Al-Aqsa. Les médias prennent souvent le groupe terroriste au mot, ignorant le fait que le Hamas a attaqué à plusieurs reprises l’État juif, indépendamment de ce que le gouvernement de Jérusalem faisait à l’époque.

En fait, il y a eu de multiples appels à la violence par des politiciens palestiniens contre Israël et des attaques non provoquées contre des Juifs des semaines avant que Sheikh Jarrah ne fasse la une des journaux internationaux.

Cela a du sens, car le Hamas est ouvertement engagé dans la destruction d’Israël .

Ce qui n’est pas non plus mentionné par les médias, c’est le fait que l’ Autorité palestinienne a annulé ce qui aurait été les premières élections présidentielles et législatives depuis 2005 et 2006, respectivement. Cela a accru les tensions entre le gouvernement dirigé par Mahmoud Abbas en Cisjordanie et le Hamas à Gaza.

De nombreux analystes ont émis l’hypothèse que le Hamas a initié la guerre de May afin de démontrer ses références anti-israéliennes et d’augmenter ainsi sa popularité parmi les Palestiniens.

Et ça a marché.

Selon un récent sondage d’opinion mené par le Centre palestinien de recherche sur les politiques et les enquêtes basé à Ramallah, le soutien au Hamas a considérablement augmenté tandis que le soutien à la faction Fatah au pouvoir du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a considérablement diminué. Le sondage a révélé que si de nouvelles élections présidentielles palestiniennes avaient lieu, le leader du Hamas Ismail Haniyeh obtiendrait 59 pour cent des voix, contre 27 pour cent pour Abbas.

Le Hamas gagnerait également une élection parlementaire, avec plus de 40 pour cent des personnes interrogées déclarant qu’ils voteraient pour les dirigeants de Gaza contre 30 pour cent pour le Fatah basé en Cisjordanie.

Mais au lieu de tenir le Hamas pour responsable, les agences de presse ont à plusieurs reprises omis de fournir le contexte indispensable concernant l’histoire du groupe terroriste, ses tactiques et son désir déclaré d’anéantir Israël et les Juifs partout.

Source : Israël In Focus  



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦