Y’aura-t-il une carence en ail en Israël due au coronavirus en Chine?

0
481
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le blocus d’un grand producteur de biens subit toujours d’énormes pertes pour l’un (importateurs) et des bénéfices vertigineux pour les autres – les producteurs locaux.

Il y a suffisamment d’exemples dans l’histoire: on peut rappeler le blocus continental de la Grande-Bretagne pendant les guerres napoléoniennes, qui a donné un puissant élan au développement de l’industrie russe. Ou la fameuse «substitution des importations» de Poutine, qui, avec toute sa fanfare, a enrichi de nombreux agriculteurs et ouvert le marché à ses propres producteurs.

Maintenant, cela se produit autour de la crise chinoise. D’une part, les prix mondiaux des marchandises importées par la Chine – par exemple, le soja et le coton – ont chuté en raison du manque de liaisons de transport avec la Chine. En revanche, les produits, dont la plupart étaient fabriqués en Chine, ont fortement augmenté et des pénuries ont commencé à se former sur le marché.

Ces produits incluent l’ail, utilisé dans toutes les cuisines du monde, de la France et l’Italie à la Corée et la Malaisie.

Selon The Marker, l’année précédente, la Chine a cultivé 22,5 millions de tonnes d’ail, soit 80% de la production mondiale. Les États-Unis sont le plus gros consommateur: la même année, les États-Unis ont importé 90 millions de tonnes de ce produit de l’étranger.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Les prix de gros de l’ail aux États-Unis ont grimpé en flèche de 60% en raison de la crise des coronavirus en Chine. Un sac d’ail de 13,6 livres est maintenant en vente aux États-Unis au prix de 86 $. Selon le département américain de l’Agriculture, l’emballage de l’ail à cinq têtes coûte désormais près d’un tiers de plus dans les supermarchés.

Les agriculteurs israéliens cultivent de l’ail et, selon les consommateurs et les producteurs, c’est beaucoup mieux que les chinois. Malgré cela, Israël importe 6 000 tonnes d’ail de Chine, ce qui représente 50% de la consommation annuelle. Parmi ceux-ci, un pour cent seulement vient d’Italie et d’Espagne, et le reste vient de Chine.

L’ail chinois est moins cher que le « blanc-bleu », malgré les droits de douane de 7 shekels. Nos agriculteurs se plaignent depuis des années que les détaillants préfèrent un produit chinois bon marché, mais ils ont maintenant la possibilité d’augmenter leur part de marché.

Un agriculteur d’Ein Harod, qui cultive de l’ail, a déclaré dans une interview au journal que des interruptions de l’ail ne sont pas attendues car elles sont plantées en octobre et récoltées en mars, de sorte qu’une nouvelle récolte mûrira dans quelques semaines.

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !