Un accord désastreux avec l’Iran est en préparation

0
163
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Un terrible accord avec l’Iran devrait être signé la semaine prochaine. Elle marquera une défaite totale pour l’Occident, une promesse de guerre à un moment où tout est fait pour en empêcher une autre.

L’agression du président russe Vladimir en Ukraine détournera l’attention des États-Unis de la quête d’hégémonie nucléaire de l’Iran. Cela permettra au régime dirigé par l’ayatollah à Téhéran de s’emparer allègrement de charges gelées par les sanctions depuis 2018 et de poursuivre son enrichissement d’uranium, qui se situe actuellement au niveau déjà élevé de 60 %.

Pendant ce temps, s’il y a une vraie guerre en Ukraine, les États-Unis voudront détourner le regard. Si la guerre y est évitée, la Russie sera en tout cas ravie de voir l’un de ses amis, l’Iran, gagner un match contre les États-Unis grâce à l’accord sur le nucléaire. En effet, la signature de ce nouvel accord sera un grand succès pour les Iraniens.

À la suite du terrible Plan d’action global conjoint (JCPOA) de 2015 dirigé par le président de l’époque, Barack Obama, l’enrichissement d’uranium a continué de monter en flèche, même après que l’ancien président Donald Trump s’en est retiré en 2018. Actuellement, l’Iran en a assez pour produire une bombe atomique dans une question de mois.

De plus, les Iraniens ont continué à construire des centrifugeuses plus rapides, et maintenant ils auront les moyens d’améliorer leur qualité et d’en augmenter le nombre. Et cela en dehors de leur technologie de guerre en général, drones, roquettes, missiles et avions de guerre.

De plus, la date de fin en 2025 de la période qui, selon l’ancien JCPOA et probablement aussi le nouveau, marque l’interdiction d’enrichir l’uranium de manière adéquate pour la bombe, est presque arrivée.

Ceci est mis à part le fait que l’agression militaire de l’Iran contre les pays sunnites et le vœu d’anéantir Israël, ainsi que ses violations des droits de l’homme, resteront intacts. Israël est au centre des objectifs génocidaires de l’Iran, avec des mandataires comme le Hezbollah au Liban et en Syrie, qui possède quelque 250 000 missiles ; Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza et agit au sein de l’Autorité palestinienne, qui bombarde Israël, et les Houthis au Yémen qui bombardent l’Arabie saoudite.

Non, cet accord imminent avec l’Iran ne promet pas la paix ; il ne peut que garantir la guerre. Et puisque la République islamique considère les États-Unis et l’Union européenne, qui seront signataires de l’accord, comme des ennemis jurés, ils seront la prochaine cible de Téhéran.

La restitution des milliards de dollars et d’euros qui avaient été bloqués par les sanctions sera utilisée pour favoriser les visées impérialistes-religieuses des ayatollahs. Pendant ce temps, alors que l’Iran traitera bientôt directement avec les représentants américains à Vienne, une nouvelle installation nucléaire avancée est en cours de développement dans la région de Natanz, protégée par le mont Kuh-e Kolang Gaz, ce qui la rend indestructible.

Par conséquent, toute menace visant à empêcher le régime de construire une bombe atomique après l’accord est à peine crédible. Bien qu’Israël ait souvent répété qu’il ne permettrait jamais à l’Iran de passer au nucléaire, le silence du Premier ministre Naftali Bennett est assourdissant.

Bien qu’il ait été l’un des plus grands opposants au JCPOA lorsqu’il a servi dans le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, Bennett se limite désormais aux manifestations prévisibles. Il sait que son gouvernement de coalition est trop fragmenté pour le suivre et trop préoccupé par ses relations avec l’administration du président américain Joe Biden.

Les républicains américains n’ont pas le point de référence qu’ils avaient sous Netanyahu, qui en 2015 a courageusement défié Obama avec un discours devant le Congrès américain. Cela a réveillé le monde entier et a incité plusieurs pays arabes à signer enfin les accords d’Abraham.

Israël a eu raison de mener la campagne contre la bombe des ayatollahs, car il défendait le monde entier d’une tragédie cosmique, bien pire qu’une guerre en Ukraine.

La journaliste Fiamma Nirenstein a été députée au Parlement italien (2008-13), où elle a été vice-présidente de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés. Il a travaillé au Conseil de l’Europe à Strasbourg, et a créé et présidé le Comité d’enquête sur l’antisémitisme. Membre fondateur de l’Initiative internationale des Amis d’Israël, il a écrit 13 livres, dont « Israel Is Us » (2009). Actuellement, il est membre du Centre des affaires publiques de Jérusalem.

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !