Netanyahu: « Iyad Elhak a été injustement soupçonné d’être un terroriste »

0
501
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a évoqué pour la première fois le décès d’ Iyad Al-Halak , qui a des besoins spéciaux de Jérusalem-Est , qui a été abattu par la police samedi dernier. Après que le ministre de l’Intérieur Amir Ohana a initié la question au début de la réunion du cabinet, Netanyahu a déclaré: « Ce qui est arrivé à Iyad Elhak est une tragédie. Il s’agit d’une personne handicapée, l’autisme, nous soupçonnons, nous l’avons soupçonné injustement, en tant que terroriste dans une zone très sensible. »

Netanyahu a en outre déclaré au ministre Ohana: « Je sais que les tests sont effectués. Nous participons tous au chagrin de la famille, je pense que tout le public israélien ainsi que l’ensemble du gouvernement israélien soutiennent cette famille . L’ancien membre de la Knesset Yehuda Glick a été agressé lors de la présentation des condoléances à la famille du défunt.

Le ministre Ohana, qui a fait part de son chagrin à propos de la mort du jeune autiste immédiatement après l’incident, a déclaré aujourd’hui lors d’une réunion du gouvernement: << Je tiens également à exprimer de la table du gouvernement la profonde tristesse de la famille pour la mort d'Iyad, un jeune homme handicapé. Cela fait mal, c'est triste et tout cela avec l'aide de notre amie Yehuda Glick qui est venu les réconforter et a été brutalement agressée. "L'ensemble de l'événement fera l'objet d'une enquête et sera prit en compte. Je peux déjà dire qu'une enquête policière complète sera menée sur le traitement des personnes handicapées dans l'identification, le diagnostic, le fonctionnement, la façon dont ce sujet sensible devrait être abordé, et je participe, comme je l'ai dit, au chagrin de la famille." Le Premier ministre suppléant et ministre de la Défense, Benny Gantz, a évoqué la mort d'Al-Halak le lendemain de l'incident. "Nous sommes vraiment désolés pour cette affaire et nous participons au deuil de la famille", a déclaré Gantz lors d'une réunion du gouvernement dimanche dernier. "Je suis sûr que cette question fera l'objet d'une enquête rapide et que des conclusions seront tirées". Elhakak, 32 ans, a été abattu par la police des frontières près de la porte Lions dans la vieille ville parce qu'il était soupçonné de détenir un objet semblable à une arme à feu. Bien qu'il ait reçu l'ordre explicite de s'arrêter. En outre, il a été vu jeter un objet dans une poubelle à quelques dizaines de mètres de l'école qu'il fréquentait et il a été abattu. [signoff]