L’UNESCO : L’Azerbaïdjan limite le chaos palestinien…

0
67

Alors que le Comité du patrimoine mondial (WHC) de onze jours se termine à Bakou, il nous incombe d’examiner les questions relatives aux juifs dans le contexte d’une UNESCO sans les États-Unis et Israël.

Bien sûr, les résolutions pérennes de la Jordanie et des Palestiniens dans le point 7 sur «La vieille ville de Jérusalem et ses remparts» et «Hébron / Al-Khalil avec la grotte des patriarches» sont devenues des bannières sur le champ de bataille du patrimoine.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cependant, leur cause s’était atténuée parmi le groupe arabe et le plus grand nombre d’États membres musulmans:

1) Une apparente peur jordanienne d’une prise de contrôle par l’Arabie saoudite de la garde des lieux saints de Jérusalem et d’un soupçon palestinien de soutien des États-Unis à Riyad dans une ambiance du déménagement de l’ambassade américaine du président Donald Trump à Jérusalem.

2) La division sunnite / chiite et le rôle d’États modérés, tels que la Tunisie, conscients de la lassitude de la Palestine vis-à-vis de leurs exigences en matière de patrimoine.

3) La discipline de l’hôte, l’Azerbaïdjan – un ami musulman modéré d’Israël, avec une communauté juive prospère en l’absence de menaces antisémites.

En 2017, au Centre de santé de Cracovie, se trouvait l’ ancien maire de Hébron. Lorsque qu’un délégué d’une ONG a voulu commencer son discours, il lui a été remis une feuille de papier dans laquelle il était indiqué que son voisin avait apparemment abattu six garçons de la yeshiva priant dans la grotte de Machpela. Une telle parodie d’invitation ne pourrait pas se produire à Bakou…