L’OLP tente énergiquement d’éviter son indépendance en faisant pression pour rallonger le mandat de l’UNRWA

0
92

Les diplomates palestiniens ont lancé un appel à la presse pour convaincre les pays européens et arabes de maintenir le mandat de l’UNRWA, un mandat qui garantit une infrastructure parallèle pour l’éducation, la santé et le logement dans les zones sous contrôle palestinien. 

Ils tentent également de convaincre les pays d’Amérique latine de voter pour l’extension du mandat de l’UNRWA.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le mandat de l’agence a été prolongé tous les trois ans pendant des décennies, mais à la lumière du récent scandale de corruption aux plus hauts niveaux de l’UNRWA et de l’opposition américaine au groupe, cette extension sera un peu plus visible cette année. Les chances qu’il ne soit pas prolongé sont encore très faibles.

Mais sous la direction de Mahmoud Abbas et de son ministère des Affaires étrangères, les diplomates de l’OLP dans le monde et à l’ONU établissent des contacts avec tous les pays qu’ils peuvent trouver pour s’assurer que le vote reste massivement en faveur de la poursuite des opérations de l’agence.

Le modèle de l’UNRWA consistant à fournir une éducation, des soins de santé et un logement gratuits à un nombre toujours croissant de descendants de réfugiés n’est jamais viable. Personne ne prétend même que ce soit le cas. Mais au lieu de demander à l’agence de limiter ses opérations dans des zones où le gouvernement local peut et devrait assumer le rôle de n’importe quel pays normal, la foule « pro-UNRWA » n’est pas disposée à envisager même un changement de ses responsabilités pour le maintenir financièrement viable. .

En Jordanie, la grande majorité de ceux qui perçoivent des prestations sont des citoyens à part entière, et non des « réfugiés », et il n’ya aucune raison pour que le monde finance des écoles et des dispensaires jordaniens à part entière.

Pour les Palestiniens, insister pour maintenir l’UNRWA prouve qu’ils ne souhaitent pas vraiment l’indépendance. Après tout, les « réfugiés » sur le sol palestinien ne sont pas non plus des réfugiés. L’Autorité palestinienne, si elle veut vraiment l’indépendance, voudrait activement assumer les fonctions de l’UNRWA dans les zones sous son contrôle afin de progresser davantage vers l’indépendance. S’il voulait vraiment être un État, il demanderait d’intégrer les opérations de l’UNRWA dans son propre gouvernement et de prendre son budget pendant une période de transition.

Il ne considère même jamais cela. L’OLP souhaite non seulement sous-traiter, mais à jamais, une grande partie de ses responsabilités gouvernementales vis-à-vis de l’ONU.

Ce n’est pas ainsi que les pays qui aspirent à l’indépendance agiraient.