L’Iran attaquera-t-il pendant que Trump est à l’hôpital ?

0
253
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La presse iranienne a fait la une de la couverture médiatique de samedi avec la nouvelle alarmante selon laquelle le président américain Donald Trump avait été transporté par avion vers un hôpital militaire pour y être soigné. Les médias iraniens en général ne sont pas profondément concentrés sur le bien-être de Trump ou sur le diagnostic du COVID-19 .

En général, les dirigeants du régime iranien n’ont pas non plus mentionné la maladie de Trump dans les tweets. L’ayatollah Khamenei ne semble même pas avoir tweeté ces derniers jours et le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif non plus.

Cela laisse une question majeure sur ce que pense le régime iranien en cette période délicate. L’Iran pourrait-il mener des frappes contre des soldats américains en Irak ?
Récemment, des milices soutenues par l’ Iran ont ciblé la région du Kurdistan où les États-Unis ont leurs forces militaires. Les alliés de l’Iran ont visé l’aéroport avec des roquettes de 122 mm.  Des groupes soutenus par l’Iran mènent des attaques quotidiennes en Irak contre les intérêts américains et l’Iran menace l’Arabie saoudite depuis le Yémen et Israël depuis le Liban.

Il menace également le Golfe et a cherché à envoyer des terroristes soutenus par les pasdaran à Bahreïn et en Arabie saoudite, selon des informations. Il peut même essayer de convaincre le Qatar de financer les Houthis et d’autres programmes.
L’Iran penserait-il que la dissuasion américaine est diminuée en raison de la distraction de Trump, ou en raison des élections américaines ou pour d’autres raisons?

Pourrait-il en profiter?
L’Iran fait l’objet de sanctions américaines de plus en plus sévères depuis que les États-Unis se sont éloignés de l’accord avec l’Iran en 2018. Les tensions entre l’Iran et les États-Unis ont augmenté en mai 2019 lorsque la Maison Blanche a mis en garde contre les attaques iraniennes. Les attaques ont rapidement suivi, contre des pétroliers dans le golfe d’Oman et des drones et missiles sur l’Arabie saoudite. Les tensions ont également augmenté lorsque l’Iran a abattu un drone américain, puis au cours de l’été, elles ont de nouveau augmenté alors que des groupes pro-iraniens en Irak ont ​​commencé à tirer des roquettes sur les forces américaines et que de mystérieuses attaques ciblaient le stockage de munitions des factions soutenues par l’Iran liées au Hashd al. -Shaabi en Irak.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

En août, l’Iran a fait cibler le champ de gaz de Shaybah par ses alliés houthis, puis a utilisé 25 drones et missiles de croisière contre Abqaiq en Arabie saoudite. On pense que Kataib Hezbollah en Irak a également utilisé des drones contre l’Arabie saoudite en 2019. Pendant ce temps, le Hezbollah a également attisé les tensions avec Israël, en envoyant des équipes de drones tueurs en Syrie.

Dans le même temps, depuis l’été 2018, des frappes aériennes ciblent les positions iraniennes en Syrie. L’ancien chef de cabinet d’Israël a déclaré qu’en janvier 2019, plus de 1000 cibles iraniennes avaient été touchées. Mais l’Iran augmentait son trafic, construisant une base à Imam Ali près d’Albukamal et transférant des actifs vers la base aérienne T-4 en Syrie. Il a même envoyé son 3e système Khordad. Il a également commencé à convaincre le Hezbollah d’augmenter la production de munitions à guidage de précision.

L’Iran a envoyé des bateaux chargés de missiles et de drones aux Houthis au Yémen, dont trois ont été interceptés par les États-Unis entre novembre 2019 et le printemps 2020. En Irak, l’Iran a ordonné à ses milices d’augmenter les attaques à la roquette contre les forces américaines en octobre, en guise de protestations balayé l’Irak. En décembre, les tirs de roquettes du Kataib Hezbollah avaient tué un entrepreneur américain.

Les États-Unis ont riposté, les alliés de l’Iran ont pris d’assaut l’ambassade américaine et les États-Unis ont tué le commandant de la Force Qods du CGRI, Qasem Soleimani. En réponse, l’Iran a tiré des missiles balistiques sur la base d’Al-Assad en Irak. Trois membres de la Coalition dirigée par les États-Unis ont été tués dans une attaque à la roquette sur la base de Taji par des groupes pro-iraniens. Les États-Unis ont frappé Kataib Hezbollah et d’autres installations du PMU. Puis l’Iran a de nouveau intensifié ses attaques, obligeant ses mandataires en Irak à mener des dizaines d’attaques, alors que les États-Unis consolidaient leurs bases et se retiraient de nombreuses installations, réduisant leurs forces de 5 200 à 3 000 en octobre de cette année.

Voilà où nous en sommes maintenant. Les États-Unis ont remis les véhicules de combat Bradley en Syrie et surveillent les avions iraniens survolant la base américaine de Tanf en Syrie, près de la Jordanie. Les tensions entre Israël et le Hezbollah ont augmenté depuis juillet, lorsque le Hezbollah a déclaré qu’Israël avait tué l’un de ses membres en Syrie. Les Houthis continuent d’utiliser des drones contre l’Arabie saoudite. L’Iran annonce chaque jour de nouveaux drones, missiles et autres technologies de défense.

Un embargo sur les armes contre l’Iran expire ce mois-ci. Les tentatives américaines de sanctions «snapback» ont échoué. L’Iran expédie du gaz vers le Venezuela dans le cadre des sanctions américaines. Au Liban, les États-Unis poussent une médiation sur les conflits frontaliers avec Israël et le Liban. Israël a récemment publié une vidéo d’usines de missiles présumées au Liban. Le Hezbollah a nié leur existence.

L’Iran sait que les États-Unis en Irak sont contraints par leur mission officielle contre Daech. Il sait que le Commandement central américain a récemment effectué des frappes aériennes basées sur des transporteurs et a envoyé une défense aérienne en Irak, mais que généralement l’armée américaine est réticente au conflit avec l’Iran. Téhéran sait que l’ancien secrétaire américain à la Défense James Mattis semblait s’opposer aux tensions croissantes, mais l’Iran est moins clair sur ce que pensent les dirigeants américains actuels.

L’Iran a tenté de se moquer d’Israël mais semble réticent à tester Jérusalem. C’est pourquoi Téhéran préfère attaquer l’Arabie saoudite car il ne pense pas que Riyad répondra directement.

L’Iran sait que Trump ordonnerait probablement une réponse sévère si des soldats américains étaient tués. Mais il sait aussi que Trump veut mettre fin aux guerres sans fin. C’est pourquoi il veut créer un tapis pour que les États-Unis quittent l’Irak, un tapis étayé par le harcèlement par les tirs de roquettes, mais pas de victimes. Il veut aussi que les États-Unis quittent l’Afghanistan. Il semble préférer attendre. Il pense que le temps est de son côté. Il veut sortir de l’embargo sur les armes et passer à la construction d’un nouvel ordre mondial avec la Russie, la Chine et la Turquie comme partenaires et alliés, retirer les États-Unis de la Syrie via le processus d’Astana et faire pression sur les États-Unis en Irak.

Ensuite, il peut se concentrer sur la déstabilisation du Golfe. Il peut également chercher à acheminer davantage d’armes via l’Irak vers la Syrie, pour augmenter les menaces contre Israël. Il sait que le Liban est en faillite et en crise, il peut donc être réticent à demander au Hezbollah de faire beaucoup pour le moment. Il sait que le régime syrien est également faible et veut continuer à consommer le régime de l’intérieur, comme un boa constrictor chimère régional géant de poulpe.

La pieuvre et le boa constrictor peuvent se déplacer rapidement s’ils sentent la faiblesse d’un adversaire, comme Trump, mais ils sont conscients de la nécessité à long terme de digérer lentement leur proie.

En ce sens, Téhéran agira de manière réfléchie avant une escalade qui pourrait mettre à l’épreuve une administration américaine qui semble momentanément sans chef. L’Iran sait que le membre le plus fort de Trump de son administration, Mike Pompeo, est aussi le plus dur envers l’Iran aujourd’hui. Tester Pompeo ne serait pas sage….

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !