L’histoire de cette famille de Bizerte qui a fui la ville de Nice vers Israel

0
376
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La famille Akon a été forcée de fuir vers Israël depuis Nice en France et se sent trahie en étant induite en erreur par un émissaire de l’Agence juive. Une saga familiale qui raconte l’histoire de la filière française du judaïsme tunisien

Natalie Mesika est née en France dans une famille juive qui, après les événements sanglants de la ville côtière de Bizart sur la côte méditerranéenne du nord de la Tunisie, elle a émigré de là vers la ville de la Côte d’Azur en 1961. Sa famille, qui a immigré en Israël en novembre 1969, a été envoyé par l’Agence Juive de Marseille vers le haut de Nazareth et la mère de famille, a dit qu’on lui avait annoncé en Israel que l’endroit se trouvait proche de la mer avec certitude et que c’est entre la mer Méditerranée et la mer de Tibériade.

🔳 ANNONCE 🔳

Ce n’est qu’à leur arrivée à Nazareth qu’il est devenu clair pour les membres de la famille que « le responsable de l’agence Juive les a manipulés et les a envoyés vivre dans un endroit qui n’est nulle part. À cause d’une fenêtre, vous ne voyez pas la mer. Pas une mer de ​​Tibériade ou une Méditerranée » (p. 19). D’où le nom tragi-comique du roman, « Une fenêtre sur la mer de Nazareth ».

Le roman est caractérisé par de nombreux éléments autobiographiques. L’intrigue se déroule en quatre points focaux locaux, dont chacun est dédié à une porte du livre : la première porte, « Une fenêtre sur la mer de Nazareth » ; La deuxième porte, « Fenêtre de Bizerte sur la mer » ; Le troisième – « Fenêtre sur la mer de Nice »; Et le quatrième – « une fenêtre vers nulle part ». Comme nous le verrons ci-dessous, cet endroit n’est rien d’autre que Tel-Aviv.

Mais avant de détailler l’intrigue du livre, il convient de considérer le milieu familial et social des personnages qui y travaillent. Ce sont des membres de la famille Akon qui vivent à Bizerte. De nombreux membres de la communauté de Bizerte, comme les autres communautés juives du nord de la Tunisie, étaient des descendants d’immigrants juifs venus de Livourne – la ville côtière assiégée et important centre culturel juif du nord-ouest de l’Italie et d’Espagne. Ce secteur des juifs tunisiens était très différent de la population majoritaire des juifs tunisiens du nord et du sud du pays. Les membres de ces communautés étaient fortement influencés par la culture italienne et espagnole, et leur langue parlée habituelle était l’italien et l’espagnol. Ils ont aussi été les premiers à s’ouvrir à la culture française qui a inondé la Tunisie, notamment dans le nord, suite à l’occupation française du pays en 1881, en partie à travers des huitièmes écoles implantées dans les différentes villes.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

L’importance du roman est donc qu’il documente, à travers l’écriture littéraire, la vie d’une grande famille juive de la communauté francophone de Bizerte, dont une branche a immigré en Israël avec la création de l’État, mais la plupart ont immigré en France au milieu des années 1950.

L’idée d’immigrer en Israël n’est pas passée inaperçue auprès des membres de la famille en France, surtout après la déclaration antisémite de de Gaulle contre les Juifs, « un peuple élitiste, sûr de lui et dominateur », dans son discours au parlement en novembre 1967, à la suite de la glorieuse victoire israélienne dans la guerre des Six Jours. La réponse à cette déclaration surprenante, qui a fait grand bruit au sein de la communauté juive de France, figure en tête du premier titre : « Avez-vous entendu ce que de Gaulle a dit à propos de nous, les Juifs ? Nous devons faire notre aliya à Israël. dit le père du roman, , du nom de l’actrice française Catherine Deneuve et de sa grand-mère. Cette Kathy incarne de manière authentique le personnage de l’auteur Natalie Mesika.

🔳 ANNONCE 🔳

C’est ici que commence le calvaire de la famille sur le chemin de l’immigration, de la rencontre avec l’envoyé de l’agence à Marseille, leur voisin du Haut-Nazareth, non loin du milieu arabe du Bas-Nazareth, milieu comme Bizerte, dont ils ont moins fui, il y a dix ans. La supercherie de l’envoyé de l’agence a causé une profonde frustration à la famille, qui avait vécu toute sa vie sur la plage – que ce soit à Bizerte en Tunisie ou à Nice en France. La déception est très sévère pour les membres de la famille également en raison des conditions de vie difficiles, du choc civilisationnel et de l’étrangeté culturelle – décrits par l’auteur sur un ton tragi-comique.

En tant que famille appartenant à l’élite sociale et économique des Juifs tunisiens, croyant à la culture française, ils ont été contraints d’accepter des conditions de vie et une culture auxquelles ils n’étaient pas habitués dans leurs précédents lieux de résidence. Alors que les enfants de la famille, qui fréquentent l’école publique en compagnie d’enfants d’origine israélienne, passent par un processus culturel intensif, les parents – qui ont plus de difficultés avec leurs enfants à s’adapter à la vie de leur quartier – essaient de maintenir des liens étroits avec la famille élargie restée en France.

L’antisémitisme de De Gaulle
La deuxième porte, « Fenêtre sur la Mer de Bizerte », amène le lecteur à la carrière de l’entreprise où vécut la famille Akon avant d’émigrer en France. Déjà au début de ce chapitre, l’auteur place le lecteur sur le clivage qui a divisé la communauté juive locale en deux, à l’instar des autres communautés juives du nord de la Tunisie : les « Tavansa » arabophones qui ont vécu dans la ville au moins depuis le Moyen Age. La différence entre les deux communautés n’était pas seulement d’origine et de langue, mais aussi en termes socio-économiques.

Le motif de la mer, qui forme la base de toutes les portes du livre, provient de la situation géographique de la communauté d’origine de la famille Akon et de ses nombreux parents dans la ville côtière de Bizerte. Mais sa signification n’est pas purement géographique, mais profondément culturelle. La ville est située à l’extrême nord de la Tunisie, à l’endroit le plus proche de la France, ce qui est très évident dans « l’européanité » de ses habitants juifs, y compris l’adoption presque totale des prénoms français pour les hommes et les femmes. En raison de l’importance du port de Bizerte pour la marine française, la ville est restée sous domination française même après l’octroi de l’indépendance à la Tunisie en 1956, et ce n’est qu’après de violentes batailles que la France a accepté d’évacuer la ville en 1963. Cela a accru l’hostilité de l’environnement nationaliste musulman envers les membres de la communauté, et ils ont finalement été contraints de quitter la ville avec les Français et d’émigrer en France.

C’est alors que commence la saga de la famille Akon et de leurs proches à Nice et dans les autres villes de France. Ils ont été aidés par les autorités sociales en tant que citoyens réfugiés qui ont été contraints de quitter Bizerte, et ont également pu être absorbés sans grande difficulté culturellement et rejoindre de nombreux Juifs du nord de la Tunisie qui ont immigré en France. Maurice, le père de Kathy, le protagoniste du roman, gagne lentement sa vie financièrement et peut bien subvenir aux besoins de sa famille.

🟦 ANNONCE 🟦

Mais il s’avère que les bases solides sur lesquelles repose la vie de famille sont ébranlées. Le début du processus dans une annonce qui revient à Odette, la mère de famille : « Soyons une femme libérée et apprenons un métier très recherché. Le mari Maurice, choqué par le désir de sa femme d' »apprendre un métier et d’être une femme libérée », se sent profondément blessé et réagit avec colère. Peu de temps après, il y a eu un grand ralentissement dans ses affaires économiques, et en même temps les paroles du vénéré général de Gaulle ont été entendues au sujet des Juifs, des choses qui ont fait que Maurice se sentait humilié. Puis l’idée d’immigrer en Israël lui vient à l’esprit, et il se rend en Israël pour découvrir les possibilités d’y vivre. Mais il est sévèrement déçu. Lorsqu’il rend visite à tante Rachel, il constate que « même les logements des pauvres à Nice ressemblent à des palais » par rapport à sa maison (p. 286). Une autre déception de la vie à la campagne est provoquée par les propos de Jacques, le mari de la tante, « parce qu’ils ne voulaient pas de nous… les directeurs du kibboutz. Ils disaient que nous étions trop vieux pour eux » (290).

Maurice est revenu du pays de meilleure humeur qu’avant, et Odette était heureuse d’apprendre qu’il avait renoncé à l’idée d’immigrer en Israël puisque « Israël est à une génération de la France » (292). Mais les difficultés économiques en France n’ont pas été résolues et les dettes de Maurice ont gonflé, jusqu’à ce que, sur les conseils de son ami, il décide de fuir en Israël. Pas facilement, mais par manque de choix, Odette s’est adaptée à l’idée nouvelle-ancienne : « Après moins d’une décennie, elle est de nouveau immigrée » (298). Et ici, « De tous les lieux qui leur sont offerts par l’Agence juive, le seul nom qu’un vendeur a appelé – Nazareth, est la ville du Messie chrétien. Peut-être y a-t-il là-bas une vieille communauté européenne, qui aura un soutien et une source de réconfort dans la nature sauvage du désert environnant ? »

L’aînée Kathy, qui a terminé ses études d’intégration et ses études primaires et secondaires à Upper Nazareth, déménage dans la rue Geula à Tel Aviv, non loin du front de mer, mais elle a l’impression que la fenêtre de sa maison ne donne sur « nulle part ». Elle est bien absorbée par la société « nordique », féministe et permissive de Tel-Aviv, termine des études universitaires en art et est employée comme conservatrice au musée. A Tel-Aviv, elle rencontre également « Yorash », un bon ami d’un ami du Haut-Nazareth, « qui a hérité d’un patronyme correct et bien connu et de relations utiles, qui lui donneront à terme un poste permanent et convoité au Département de l’Histoire générale à l’Université hébraïque de Jérusalem. » (306). Elle épouse un ashkénaze, lors d’un mariage où la plupart des personnes présentes étaient de sa famille, dont les nombreux proches venus spécialement à cet effet de Paris, Nice et Marseille.

Le talent littéraire de Mesika se révèle dans la description des personnes qui travaillent et dans les relations entre elles et leur environnement sur trois générations – la génération des grands-parents à Bizerte, la génération des fils en France et la génération des petits-enfants de Nazareth Illit et Tel-Aviv. Ce talent a déjà été prouvé dans son précédent roman passionnant, « Terre Noire » (2008), basé sur ses connaissances professionnelles de docteur en archéologie, et traitant des expériences de trois héros lors de la Grande Révolte contre les Romains en Palestine en 67. J.-C., dans la ville de Yodfat en Basse Galilée et dans deux villes d’Italie. Et Pompéi, juste avant l’éruption du volcan qui l’a complètement détruite.

Le roman est une voix solitaire dans la littérature hébraïque moderne pour l’existence et les expériences d’un secteur important dans le peuple juif – les communautés juives du nord de la Tunisie avec la culture française, qui dans les années 1860-1960 ont contribué au peuple d’Israël à une énorme richesse culturelle sous la forme d’une littérature belle et différente, mais dans une moindre mesure ces dernières années, non seulement dans la littérature israélienne moderne mais aussi dans les recherches sur l’histoire d’Israël. Le seul roman de Mesika, qui à certains égards peut être inclus dans le genre des mémoires, vise à présenter au lecteur israélien la saga du secteur français de la communauté juive tunisienne – sur le lieu de naissance de Bizerte, en tant que société d’immigrés dans les villes françaises, comme nouveaux immigrants à Nazareth Illit et en tant que résidents de longue date de Tel-Aviv.

Yosef Yuval Tovi est professeur émérite de l’Université de Haïfa et de l’Académie Al-Qasmi à Baqa al-Gharbiya. Chercheur en poésie hébraïque médiévale et communautés juives dans les pays islamiques.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦