Le vrai ennemi de Gaza : Exécution d’un commandant du Hamas au motif qu’il était gay

0
1765
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Mahmoud Ashtiwi a été exécuté en 2016 et depuis lors, le Hamas tente d’étouffer l’affaire. L’armée israélienne a trouvé dans un tunnel à Khan Yunis des documents sur les interrogatoires et les tortures qu’il a subis, ainsi que des documents qui témoignent que même après sa mort, le Hamas a continué à persécuter et à torturer des militants considérés comme homosexuels.

“J’ai subi une torture que personne n’a subie en Palestine, ni de la part de l’Autorité palestinienne, ni de la part des Juifs, mais de la part de la sécurité intérieure du Hamas.” Ces mots ont été écrits par Mahmoud Ashtawi, un haut responsable du Hamas qui a été exécuté en février 2016, alors qu’il était soupçonné d’être gay. Sa mort a provoqué un tollé à Gaza et a même suscité une polémique au sommet de l’organisation. Pendant des années, le Hamas a tenté de faire taire le discours autour de l’affaire, mais ces dernières semaines, l’armée israélienne a localisé dans un tunnel, lors d’une opération à Khan Yunis, le “dossier d’Ashtawi”. Le dossier comprend des documents sur les interrogatoires et les tortures subies par Ashtawi, des notes transmises par lui, et même un journal qu’il a écrit pendant son emprisonnement. D’autres documents montrent que même après l’affaire Ashtavi, le Hamas a continué à persécuter et à torturer d’autres hommes considérés comme homosexuels.

L’affaire a commencé en janvier 2015, lorsque le Hamas a cru pour la première fois qu’Ashtivi était gay. Ashtiwi, alors âgé de 33 ans, était le commandant du bataillon Zeitoon du Hamas, l’un des bataillons les plus puissants de la branche militaire de l’organisation. Il était marié à deux femmes, son grade était équivalent à celui d’un général de brigade dans l’armée israélienne, et il appartenait même à une famille « aristocratique » aisée ayant des liens étroits avec la tête du Hamas.

Cependant, le département de sécurité intérieure de l’organisation a reçu des informations selon lesquelles Ashtivi entretient des relations intimes avec son voisin et coopère avec Israël. Les Palestiniens gays sont souvent soupçonnés d’être des collaborateurs, en raison d’une pratique de Tsahal qui consistait notamment à leur faire pression pour qu’ils fournissent des informations à Israël de peur d’être exposés ( à prouver!).

Deux soupçons supplémentaires ont été attribués à Ashtawi : détournement de fonds de la branche militaire du Hamas (qu’il aurait utilisé pour payer de l’argent pour éviter de le révéler comme gay) et proxénétisme d’une de ses épouses.

Les enquêteurs d’Ashtiwi ont affirmé qu’il l’accompagnait à des réunions sociales, où les deux hommes avaient des relations sexuelles avec plusieurs invités. Dans son enquête, Ashtivi a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec son voisin, détourné les fonds du mouvement et même volé des armes à l’organisation. Dans le même temps, il a confirmé qu’il coopérait avec Israël, mais il a été écrit plus tard qu’il s’agissait d’un faux aveu obtenu à la suite de graves tortures.

Par ailleurs, Ashtivi a insisté et expliqué que les tunnels dont il avait la responsabilité n’avaient pas été endommagés lors de l’opération Tsouk Etan et que les objectifs importants de l’organisation avaient été préservés tout au long des combats.

Ashtivi a insisté dans son enquête sur le fait que les tunnels dont il était responsable en tant que commandant du bataillon Zeitoon n’avaient pas été endommagés lors de l’opération Tzuk Eitan et que les objectifs importants de l’organisation avaient été préservés tout au long des combats.

Dans le cadre des enquêtes sur sa prétendue collaboration avec Israël, Ashtivi a été traduit devant Yahya Sinwar. Il lui a expliqué que s’il se présentait devant un tribunal de la charia, sa peine serait exécutoire – mais s’il avouait les délits de « sécurité », c’est-à-dire son activité de collaborateur avec Israël, Sinwar lui-même serait garant de sa sécurité. En fin de compte, Sinwar a rompu sa promesse et Ashtawi a été exécuté même s’il a été acquitté des soupçons de collaboration avec Israël. À une autre occasion, Ashtawi a rencontré un officier supérieur, Abu Khaled, connu sous le nom de Muhammad Daf. Ensuite, Daf a affirmé qu’Ashtavi mentait dans ses enquêtes. Ici aussi, les documents décrivent une attitude brutale envers Ashtivi, et il est écrit que Daf l’a frappé au visage en présence d’autres hauts fonctionnaires.

Les documents recueillis par les soldats de Tsahal révèlent que même après l’exécution d’Achtavi, le Hamas a continué à traquer, déposer, interroger et torturer tout activiste qu’il pensait être gay, en matière de consommation de drogue, de relations illicites avec des filles, de vol et de pédophilie. L’organisation craignait que ceux qui se livraient à ce type d’activités puissent faire l’objet d’extorsions de la part des mécanismes de sécurité israéliens. Mais il semble que les mesures les plus sévères aient été prises contre les homosexuels , qui étaient automatiquement étiquetés comme ayant collaboré avec Israël – un délit pour lequel ils étaient condamnés à mort.

Ces documents citent des exemples datant de 2018, lorsque cinq terroristes de l’organisation ont été arrêtés et interrogés pour « avoir commis l’acte odieux d’avoir des relations sexuelles avec un homme, d’avoir eu une relation illégale entre un homme et plusieurs filles, de prendre des drogues, de regarder des films pornographiques, d’avoir une relation illégale avec une fille sur Internet, des relations avec de jeunes enfants et des cas d’adultère, de rapports sexuels masculins et de harcèlement. En outre, des membres « désobéissants » ont été mentionnés dans le document, notamment ceux qui ont été arrêtés pour avoir tiré des roquettes sans obtenir le consentement de hauts responsables du Hamas.

1 200 heures de torture
Vous pouvez en apprendre davantage sur l’étendue des tortures subies par Ashtavi et leur intensité grâce aux documents trouvés dans le tunnel. L’un d’eux est une sorte de journal manuscrit datant des jours de son arrestation. Les services de renseignement qui ont examiné le document estiment qu’Achtavi a décidé de se tuer lorsqu’il s’est rendu compte qu’il ne quitterait pas vivant les salles d’interrogatoire. Dans son journal, il décrit comment les “anges du sabotage”, comme il le définit, l’ont conduit vers une tombe ouverte et lui ont dit : “C’est ton lieu de sépulture, tu seras recouvert de béton jusqu’à ce qu’il atteigne ta bouche”. Ashtivi a ajouté que ses enquêteurs lui affirmaient à l’oreille : “Ce n’est pas la première fois que nous faisons cela”.

Dans son journal, Ashtavi a également décrit comment il avait imploré sa vie à plusieurs reprises et a écrit qu’il avait demandé un Coran pour prêter serment devant ses enquêteurs. Il a même voulu en citer un extrait pour prouver que la torture est contraire à l’Islam : « Allah a interdit de tuer une âme sans justification », écrit-il. Il a imputé la responsabilité de sa situation aux hauts responsables de l’organisation : « Vous êtes Abou al-Abd (Ismail Haniyeh – YK) le premier responsable de cette affaire », a-t-il écrit. « Je vous demanderai de donner suite à cette affaire dans un comité indépendant au nom des bataillons (Alkasam – YK)” .

« Plusieurs fois, quatre se tenaient autour de moi alors que j’étais suspendu dans les airs et ont commencé à me balancer de gauche à droite, d’avant en arrière pendant des heures. L’attachement a duré en moyenne pas moins de 20 heures et parfois plus de 24 heures, et ils m’ont fouetté des centaines de fois ”

D’après les écrits d’Ashtivi trouvés
Les documents décrivent également qu’au cours de son enquête, Ashtavi a tenté de s’échapper, mais s’est ensuite rendu compte qu’il était retenu dans un tunnel. En sortant, il a été arrêté par les gardes, puis transféré à Khan Yunis chez Muhammad Sinwar, le frère et bras droit de Yahya. “Mohammed Sinwar est le monstre, le mauvais policier”, a décrit Ashtavi , “Yahia Sinwar est l’étreinte chaleureuse et enveloppante, le bon policier. Abu Anas (Ahmed Andor – YK) est au milieu entre les deux, parfois comme ça et parfois comme ça.”

Ashtavi a ensuite décrit comment il avait été fouetté par les hauts responsables de l’organisation eux-mêmes, notamment Raad Sa’ad, chef du département des opérations du Hamas, et Muhammad Sinwar. “Ils m’ont fouetté 400 à 500 fois et mon corps était peint de couleurs”, a écrit Ashtavi . “J’avais du sang dans mes urines et les coups ont duré plus de quatre heures d’affilée, jusqu’à ce que je perde connaissance, et finalement ils m’ont envoyé à l’hôpital et m’ont demandé de tout admettre.

Il a ajouté et précisé :  L’attachement a duré en moyenne pas moins de 20 heures et parfois plus de 24 heures : “J’ai été battu, ligoté, dépouillé de ma peau, humilié, craché dessus, mis un sac sur ma tête et tout cela alors qu’ils n’ont même pas la moindre preuve.”

Plus tard dans son journal, Ashtawi a écrit à propos de la vie dans la cellule de détention de Khan Yunis : « La véritable atmosphère est celle de l’horreur, de la peur et de la menace de la part de tout le monde, même des gardes. C’est pourquoi la peur m’envahit dans tout mon corps. Je suis allongé au sommet de la pyramide, et je sais que Muhammad Sinwar est connu pour sa cruauté et il a failli m’enterrer vivant à Gaza, à al-Shati”.

En outre, dans le protocole d’une conversation avec la famille d’Ashtavi rédigé lors d’une visite, il est écrit qu’il a témoigné à leurs oreilles qu’il avait subi une série de graves tortures pendant 1 200 heures et qu’il apparaissait blessé et contusionné dans toutes les parties de son corps.

Meshal contre Sinwar
Tout au long de son emprisonnement, la famille d’Ashtavi a mené une lutte persistante et extraordinaire contre le Hamas, au sein d’une organisation qui se faisait appeler « le combattant martyr du Jihad Mahmoud Ashtavi ». Ses activités comprenaient des conversations avec les commandants de l’organisation pour tenter de clarifier les choses, et ses membres envoyaient des lettres de l’arrestation. Fait inhabituel, le groupe de protestation était également actif sur les réseaux sociaux et, à une rare occasion, peu de temps après l’arrestation, des membres de la famille ont organisé une petite manifestation devant un commissariat de police à Gaza. Mais le Hamas s’est efforcé de faire taire le discours et a même arrêté certains membres des familles et les a menacés de s’abstenir de toute publication ou déclaration critique à l’égard de l’organisation et de ses dirigeants.

Cependant, les documents retrouvés révèlent que même la direction de l’organisation elle-même était divisée sur cette affaire. D’un côté, Khaled Mashal, alors chef du bureau politique du Hamas, préférait calmer les esprits. De l’autre côté se trouvaient Yahya Sinwar et ses hommes, qui voulaient punir Ashtavi de la punition la plus sévère.

La famille d’Ashtavi a même tenté de contacter Sinwar personnellement, exigeant qu’il libère leur proche et blanchisse son nom. “Dieu n’aime pas ceux dont la voix est blasphématoire”, a cité Hassam, le frère d’Ashtavi, dans le Coran dans sa lettre à Sinwar trouvée dans les documents. Le frère ajoute et écrit : « À moins qu’ils n’aient été lésés, Dieu entend et sait », et souligne : « Tout doute doit être interprété en faveur de l’accusé, la charge de prouver l’infraction incombe entièrement à la catégorie, ce n’est pas le devoir de l’accusé de prouver son innocence, et l’accusé ne devrait pas être contraint de présenter des preuves avec lesquelles il s’incriminerait de quelque manière que ce soit. En particulier, cela ne devrait pas se faire par la coercition, qui peut souvent se manifester par des manifestations physiques et torture.”

"Croyez-moi, vous ne direz la vérité que jusqu'à ce que le béton atteigne votre bouche." Une note transmise par Sinwar à Ashtivi

La lettre du frère n’a pas convaincu Sinwar et, en avril 2015, il a envoyé une note à la cellule d’Ashtavi disant : « Faites-moi confiance, vous ne direz la vérité que lorsque le béton parviendra à votre bouche. » La menace a eu un effet : peu de temps après, Ashtavi a accepté de faire des aveux.

Dans les aveux d’Ashtawi, qui ont également été retrouvés dans le tunnel, ses enquêteurs ont écrit que le suspect avait eu des relations sexuelles avec son voisin, Saad, pendant des années. Ashtavi, selon les enquêteurs, est celui qui a initié la relation et séduit son voisin. Selon eux, il le soudoyait en lui offrant des faveurs en échange de la poursuite de leur relation sexuelle. Les enquêteurs ont également déclaré que les réunions avaient eu lieu au domicile d’Ashtavi ‘, dans des appartements loués et dans la jeep des Brigades Al-Ksam. “Quand Saad a commencé à rechercher une relation avec des femmes, Ashtavi a convaincu sa femme de l’inclure dans leurs relations sexuelles”, indique le résumé de l’enquête. “Elle était très opposée à l’idée de parler, mais elle est finalement devenue accro aux séances de sexe en groupe et je regardais des films pornographiques, et j’avais même l’habitude de me maquiller et de danser devant les deux hommes.”

Le résumé de l’enquête indique également qu'”Ashtavi a admis avoir volé des armes aux bataillons d’Al-Aksam et les avoir vendues, y compris les armes personnelles d’Ahmed Al-Jabri (chef d’état-major du Hamas tué lors de l’opération Plomb Durci, YK)”.

“Comme l’acte de prostitution est considéré comme une abomination et un mal à tous points de vue, la punition infligée à un homme est au moins aussi grande que la loi de la prostitution, c’est-à-dire l’étranglement à mort, surtout s’il a été commis par quelqu’un qui occupe un lieu sensible sous la direction des bataillons d’Al-Aksam”, indique la phrase.

Cependant, devant sa famille, Ashtavi a continué à affirmer que ses aveux avaient été faits sous la pression. Dans une note qu’il a transmise à ses proches lors d’une de leurs visites, il écrit : « Mon frère Hassam, ils m’ont tellement torturé qu’ils ont failli me tuer. C’est pourquoi je leur ai avoué des mensonges et je leur ai avoué des choses que je n’ai jamais fait avant, frère, je suis innocent.

Finalement, suite à ses aveux – et contrairement à la promesse faite par Sinwar – Ashtavi a été traduit devant un tribunal de la charia. Le comité de la charia a décidé qu’il serait exécuté après avoir commis « le crime de sodomie », alors qu’il était marié à deux femmes. La sentence se lit comme suit : « L’acte de prostitution étant considéré comme une abomination et un mal à tous égards, celui qui commet le crime est puni au moins selon la loi de la prostitution, c’est-à-dire l’étranglement à mort, surtout s’il a été commis par quelqu’un occupant un poste sensible dans la direction des bataillons d’Elksam.

En outre, le tribunal de la charia a condamné Ashtavi pour détournement de fonds, en raison des délits qu’il a avoués, notamment le vol des fonds du mouvement ainsi que la conduite extravagante et la vie de Rahab. “L’acte le plus odieux consiste à inciter sa femme à se prostituer”, a jugé le tribunal, ajoutant qu’il devait être exécuté. Cependant, le verdict a déterminé qu’Ashtavi avait été exécuté en tant que punition divine et non en tant que personne ayant renoncé à la religion islamique, ce qui signifie que le soupçon de coopération avec les agences de sécurité israéliennes n’a pas été exprimé dans la sentence. Grâce à cela, Ashtavi a « mérité » d’être enterré en tant que musulman. S’il était accusé de collaboration avec Israël – l’acte de trahison le plus grave – il se verrait également refuser un enterrement musulman, ce qui ternirait son honneur et celui de sa famille.

Dans un autre carnet trouvé par les combattants de Tsahal se trouvait la lettre d’adieu d’Ashtavi à sa mère. “Je demande de mourir à vos pieds en les embrassant”, écrit-il, car selon l’Islam, le paradis est sous les pieds des mères. “Je jure que je n’ai pas trahi le sang de mon frère”, a-t-il ajouté. “Je réglerai mes comptes avec tous ceux qui m’ont accusé”, a-t-il ajouté en mentionnant le nom de Raad Saad. “Allah me pardonnera mes péchés et se souviendra de mes bonnes actions dans ma vie”, a-t-il conclu sa lettre.

En février 2016, le Hamas a publié une déclaration: Mahmoud Ashtavi a été exécuté conformément à une décision du tribunal de la charia des brigades Al-Aksam. Le crime qu’il a commis : des délits graves « dans le domaine de la moralité, qu’il a reconnus », selon le message.

"Mon frère Hassam, ils m'ont tellement torturé qu'ils ont failli me tuer." Une note qu'Ashtavi a transmise à son frère

Dans un testament inclus dans son journal, Ashtavi a demandé à transformer sa maison en maison de prière. ” Louange à Allah car je mourrai comme esclave, afin d’avoir une expiation double et multiple devant mon souverain “, a-t-il écrit, ” Je rassemblerai tous ceux qui m’ont accusé “, a-t-il écrit, mentionnant , entre autres, les noms de Yahya et Muhammad Sinwar et Raad Saad. Il a terminé avec ces mots : “J’accepte le décret d’Allah et je ne dis plus de mensonges sur moi au-delà de cela. Assez ! Assez ! Assez !”

Les soldes folles continuent sur Aliexpress ! Dans le cadre de la vente, il y aura une baisse de prix sur une grande variété de produits Et les coupons sont particulièrement intéressants !! La liste des coupons contre une variété de produits :
  • 🛒 3$ de rabais sur les achats de plus de 29$ : Code promo OUTDOOR3
  • 🛒 8$ de rabais sur les achats de plus de 69$ : Code promo OUTDOOR8
  • 🛒 20$ de rabais sur les achats de plus de 169$ : Le code promo est OUTDOOR20
  • 🛒 30$ de rabais sur les achats de plus de 239$ : Le code promo est OUTDOOR30
  • 🛒 50$ de rabais sur les achats de plus de 369$ : Le code promo est OUTDOOR50
Allez sur la page de vente ici : https://s.click.aliexpress.com/e/_Dk87Pwp

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !