Hariri craint une guerre civile au Liban

0
156
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Le principal politicien musulman sunnite du Liban, l’ancien Premier ministre Saad al-Hariri, a déclaré jeudi qu’il craignait un conflit civil alors que le pays plongeait dans sa pire crise financière depuis la guerre civile de 1975-1990.

« Je crains une guerre civile et ce qui se passe en termes de port d’armes et ce que nous voyons en termes de déploiements militaires dans la rue, signifie l’effondrement de l’Etat », a déclaré Hariri dans une interview télévisée.

L’effondrement financier du Liban depuis l’année dernière s’est terminé avec la valeur de la monnaie et a fait monter l’inflation en flèche. Elle a alimenté les troubles dans un pays où les divisions sont profondes depuis une guerre menée selon des principes sectaires.

Hariri, un allié occidental traditionnellement aligné sur les États du Golfe, a également indiqué que le Liban n’avait pas d’ autre moyen de sortir de la crise qu’un programme avec le Fonds monétaire international.

Les discussions avec le FMI ont été bloquées plus tôt cette année en raison de différends entre des responsables du gouvernement libanais, des banquiers et des partis politiques sur l’ampleur des pertes financières importantes du pays.

Hariri a ajouté qu’il ne reviendrait en tant que Premier ministre que s’il y avait un accord entre les politiciens en conflit du Liban pour obtenir un accord avec le FMI.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

D’énormes protestations, de la part de personnes en colère contre l’élite dirigeante qu’ils accusent de corruption, ont fait tomber son gouvernement il y a environ un an.

Les différends entre les parties libanaises ont bloqué les pourparlers sur un nouveau cabinet le mois dernier, en un coup dur aux efforts français pour sortir la nation de la crise. Le gouvernement sortant a démissionné suite à l’explosion du port de Beyrouth qui a tué près de 200 personnes et déchiré la capitale en août.

Les donateurs étrangers ont clairement fait savoir qu’il n’y aura pas de nouvelle aide à moins que l’État lourdement endetté n’entame des réformes qu’il a longtemps ignorées pour lutter contre le gaspillage et la corruption.

Via: Avec des informations de MEO
[signof]