Erdogan essaie d’être le nouveau Saladin en «libérant Al Aqsa» à Jérusalem

0
342
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon le site Qantara.de:

La reconversion de Hagia Sophia en mosquée a été un geste spectaculaire. Certains ont vu ce changement dans le statut de ce site accessible au public avec son art magnifique, ses fresques et son architecture comme un sacrilège, mais pour le président turc Recep Tayyip Erdoğan, il constituait une « résurrection », en effet, un « signe avant-coureur » de la libération du prochain lieu saint, la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

Lors de la proclamation de cette mission, Erdoğan a utilisé le terme turc « Mescid-i Aksa », qui, semblable au terme arabe « Al-Masjid Al-Aqsa », a longtemps signifié non seulement la mosquée mais tout le Mont du Temple. Une autre raison pour laquelle le terme est préféré à « Al-Haram Al-Sharif » (sanctuaire vénérable), qui était autrefois d’usage courant, est qu’il est mentionné dans le Coran à propos du voyage nocturne de Muhammad de La Mecque à Jérusalem.

Cette rhétorique ne vise pas seulement à rendre les musulmans plus conscients que le Mont du Temple à Jérusalem est le troisième lieu le plus saint de l’Islam; son utilisation systématique fait en fait partie d’une campagne musulmane mondiale pour protéger le site contre le contrôle israélien. Les islamistes turcs ont rejoint la campagne il y a des années et peuvent être assurés du soutien de l’Etat turc et des fondations proches.

Le fait que l’appel à «libérer Al-Aqsa» – qui a longtemps été entendu dans ces cercles – soit également exprimé par le chef de l’Etat turc lui-même, a élevé la mission au rang de l’idéologie officielle de l’Etat turc. Le cri de ralliement d’Erdoğan concernant Al-Aqsa est diffusé par tous les canaux possibles. Le jour de la reconsécration de Sainte-Sophie, les mots figuraient déjà sur des affiches placardées dans différentes villes par la « Fondation turque de la jeunesse », qui a des liens étroits avec l’Etat.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Des militants de la fondation, au conseil d’administration duquel siège Bilal, le fils d’Erdoğan, ont distribué des bonbons aux visiteurs et passants de la mosquée, qui les ont félicités pour la «résurrection» de Sainte-Sophie – et l’imminente «libération d’Al-Aqsa». … …

La campagne turque Al-Aqsa sert en partie à répandre le néo-ottomanisme prescrit par l’État. L’association « Mirasimiz » (Notre patrimoine) basée à Istanbul s’efforce de « protéger et préserver le patrimoine ottoman à Jérusalem et aux alentours ». Mirasimiz voit la restauration des édifices sacrés datant de l’époque ottomane, que l’association soutient financièrement et logistiquement en coopération avec l’Agence turque de coopération et de coordination, comme une résistance culturelle à l’occupation israélienne et à la « judaïsation » progressive de Jérusalem-Est.

Le journal de l’association, Minber-i Aksa (chaire d’Al-Aqsa), attire à plusieurs reprises l’attention sur l’héritage ottoman en Palestine, et dans le cas du mont du Temple, il va par dessus bord en glorifiant les réalisations des dirigeants ottomans là-bas en tant que constructeurs et gardiens de les sanctuaires. Les petits bâtiments laissés par les Ottomans y sont souvent présentés dans le journal. Aucune mention n’est faite, cependant, de la façon dont la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher ont été gravement négligés à la fin de la période ottomane.

Au lieu de cela, un article dans le dernier numéro de Minber-i Aksa rend compte en détail des travaux de restauration effectués sur la mosquée Al-Aqsa, en se concentrant notamment sur les efforts entrepris de 1922 à 1925 par Mimar Kemaleddin, un architecte turc formé à Berlin. Le récit ne mentionne pas les experts égyptiens et britanniques qui ont également été profondément impliqués dans le projet, soulignant à la place comment Kemaleddin a été honoré par les Britanniques pour son travail.

L’association «Minber-i Aqsa», également basée à Istanbul, a également joué un rôle de premier plan dans la campagne turque Al-Aqsa – l’une des initiatives médiatiques et des organisations affiliées au gouvernement en Turquie engagées en faveur d’une Jérusalem islamique. Depuis environ trois ans, « Minber-i Aqsa » tente de recruter des juristes du plus grand nombre possible de pays islamiques pour la campagne turque.

Lors d’une conférence internationale sur le sujet à Istanbul à l’été 2018, qui a attiré 400 participants, le mufti de la ville, Hasan Kamil Yilmaz, a évoqué la vision d’un nouveau Saladin qui entreprendrait bientôt de libérer la ville « usurpée » de Jérusalem.

Le mufti d’Istanbul avait peut-être à l’esprit Erdoğan ici, mais jusqu’à présent, les responsables de l’État et les fonctionnaires de l’AKP se sont abstenus de comparer Erdoğan à Saladin. Lorsque le politicien de l’AKP et directeur de l’administration du district d’Iznik (province de Bursa) Halil Ibrahim Gökbulut a cité le slogan d’Al-Aqsa d’Erdoğan en s’adressant aux fidèles avant la réouverture de Sainte-Sophie en tant que mosquée, il a qualifié le président turc de « Saladin de la Umma »(Saladin de la communauté des musulmans), le journal d’opposition kémaliste Sözcü l’a jugée sensationnelle.

Sur les réseaux sociaux turcs, cependant, l’analogie de Saladin est déjà répandue parmi les partisans de l’AKP – tout comme la consternation que cette vision suscite chez leurs opposants.

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !