En 1948, le Liban a enlevé 69 Juifs (dont 41 Américains) d’un navire en route pour Haïfa

0
176

Le blog de la Bibliothèque nationale israélienne a une histoire très intéressante sur le passager du USS Marine Carp :

Le USS Marine Carp a été construit à l’origine pour transporter des forces militaires en Europe et inversement. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le navire a été transformé en navire de passagers et mis sur une route commerciale régulière. Il s’est embarquée hors de New York, a traversé l’Atlantique et s’est amarrée à Athènes, Beyrouth, Haïfa et Alexandrie. À la fin de la route, le navire est revenu à New York via l’Italie. Pendant la période d’après-guerre, le navire a transporté de nombreux Juifs américains sur la Terre d’Israël afin de faire du bénévolat dans les kibboutzim, d’assister à des rassemblements de jeunes ou tout simplement d’immigrer légalement en Terre d’Israël (s’ils pouvaient passer la frontière et les points de contrôle avec succès). Le navire partait de New York toutes les cinq semaines. Le 4 mai 1948, le Marine Carp s’est embarqué sur son itinéraire régulier. Il y avait beaucoup de voyageurs juifs à bord.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Lorsque le navire a atteint Beyrouth, une escale sur sa route normale, 400 soldats libanais attendaient les passagers au port. Les autorités libanaises ne voulaient pas permettre à des hommes juifs en âge de se battre d’être militaires en Israël. En effet, 69 passagers, tous des hommes juifs âgés de 18 à 50 ans, ont été enlevés de force du navire. Parmi les détenus figuraient 41 citoyens américains, 23 nouveaux citoyens israéliens, 3 Canadiens et 2 autres. 

L’équipage du navire a essayé de résister, mais leurs efforts ont été vains. Daniel Doron, un autre passager (et arrière-petit-fils de Zerah Barnett, cofondateur de la ville de Petah Tikva) a témoigné:

«La plupart des membres de l’équipage du navire étaient noirs. Nous sommes devenus amis avec eux. Nous chantions avec eux, buvions avec eux et mangions avec eux. Ils ont refusé de quitter Beyrouth. Ils ont dit: «Nous ne partons pas, nous ne faisons pas avancer le navire. Nous ne quitterons pas Beyrouth sans les Israéliens. Ce n’est que lorsque l’ambassadeur les a convaincus que l’incident serait résolu dans une semaine qu’ils ont accepté de continuer leur chemin. » 

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Les détenus ont été emmenés par camion dans la ville de Baalbek, où ils ont été détenus dans un camp militaire français abandonné. Daniel Doron parle du trajet vers le camp:

«Nous avons conduit toute la nuit. Nous sommes partis à 10 heures ou 12 heures le soir. C’était la partie la plus dangereuse car les camions militaires libanais – étaient en mauvais état. Les freins ne fonctionnaient pas très bien. Vous savez… » 

Certains passagers se sont plaints de la manière dont les États-Unis se sont occupés de leur détention et ont même accusé l’antisémitisme du consulat américain à Beyrouth. Les États-Unis ont condamné le refus des Libanais de libérer les détenus, ce qui a entraîné un incident diplomatique mineur entre les deux pays. 

Alors, quel a été le catalyseur qui a finalement conduit à la libération des Juifs captifs? Qu’est-ce qui a finalement contribué à intensifier les efforts américains pour mettre fin à cette affaire? La réponse officielle n’a jamais été révélée.

Selon le témoignage de Daniel Doron, un membre de la famille a pu parler du problème à Harry Truman, alors président des États-Unis. Truman a apparemment pu trouver une solution à la crise au cours des deux semaines qui ont suivi la réunion. 

«Truman a dit: ‘Quoi?!’ Puis il lui a raconté l’histoire. Truman fuma et alla au téléphone rouge. Il l’a ramassé et le chef des services secrets était à l’autre bout. Il a dit: « Écoutez, mon ami, soit vous libérez ces personnes dans un délai de deux semaines, soit vous pouvez chercher un autre emploi. »

Les détenus américains ont refusé d’accepter la libération qui leur avait été convenue sans leurs homologues israéliens. Les tentatives libanaises de séparer les populations avaient échoué. Enfin, le 30 juin, presque un mois et demi après l’incident, les Libanais ont accepté de libérer tous les détenus. Ils ont été renvoyés à New York, mais beaucoup d’entre eux n’ont pas pu obtenir de visa et ont été forcés de rester à Ellis Island. De là, ils sont repartis avec le bateau. Certains passagers, soucieux de rentrer en Israël, n’avaient pas attendu d’arriver sur les côtes américaines. Ils ont choisi de descendre du navire dans d’autres ports et ont trouvé des moyens créatifs de rentrer en Israël.