De La Quenelle au Sestrel : Le Dieudonné antisémite pousse l’arnaque à la crypto-monnaie en France

0
342
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Samedi après-midi, sous un ciel couvert dans le hameau de Saint-Lubin-de-la-Haye (908 habitants) dans le nord de la France, environ 1 000 personnes se sont rassemblées dans un champ arboré pour un événement devenu un rendez-vous annuel dans le calendrier social des négationnistes français, théoriciens du complot et autres extrémistes assortis : le « Bal des Quenelles ».

Organisé par l’antisémite le plus effronté de France – le propagandiste et artiste Dieudonné M’Bala M’Bala – le bal est nommé en l’honneur de la « quenelle », un salut de style nazi inversé qu’il a conçu en 2009 dans le cadre de la campagne électorale pour son maintenant défunt parti antisioniste. Lors des bals de quenelle passés, les lauréats de Dieudonné comprenaient feu Robert Faurisson, autrefois l’éminence grise du monde négationniste.

🔳 ANNONCE 🔳

Le bal de cette année présentait des antisémites notables des deux côtés de l’éventail des âges. Parmi les vétérans antijuifs repérés figurait Jean Marie Le Pen, 93 ans, fondateur du parti néofasciste Front national (FN), ainsi que son fidèle lieutenant Bruno Gollnisch, ancien membre du Parlement européen. Chloé Frammery, enseignante au secondaire et théoricienne du complot de la COVID-19, représentait la jeune génération au bal ; Jérôme Bourbon, rédacteur en chef du magazine d’extrême droite Rivarol ; et Hervé Ryssen, un propagandiste qui a décrit les Juifs comme un « peuple d’inceste » et qui a été condamné en septembre 2020 pour négationnisme, un crime de droit français.

La vidéo du bal de samedi montrait Dieudonné de bonne humeur alors qu’il régalait le public depuis son podium, lançant les rires reconnaissants et les applaudissements de la foule principalement blanche. Pourtant, sa bravoure n’a pas pu ignorer la nouvelle de la veille : un tribunal de Paris avait condamné Dieudonné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, après l’avoir reconnu coupable d’une série de délits financiers dont fraude fiscale, blanchiment d’argent , abus de biens sociaux et dépôt de bilan frauduleux. Le tribunal l’a également condamné à verser plusieurs milliers d’euros d’indemnisation à l’Union française des étudiants juifs (UEJF) et à la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) pour des infractions antérieures contre les deux organisations.

La couverture médiatique de l’annonce du tribunal de vendredi a cimenté l’impression que l’opération de propagande antisémite autrefois dynamique de Dieudonné s’arrêtait, moins d’un an après avoir été définitivement expulsé de Facebook, Instagram et YouTube pour avoir promu un discours de haine antisémite. Pourtant, il a largement ignoré l’aspect le plus sinistre des diverses escroqueries fiscales de Dieudonné : sa promotion d’une crypto-monnaie appelée le « Sestrel », qui se présente dans son livre blanc comme un « bras vital de la résistance en France occupée ».

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Passé maître de la tromperie, Dieudonné a commercialisé de manière agressive le Sestrel auprès de ses fans non seulement comme un outil de révolte politique, mais aussi comme un investissement judicieux. L’agitateur pousse le Sestrel depuis 2019, lorsqu’il est apparu dans une vidéo vantant la pièce qui le montrait assis à un bureau à côté de trois ananas – le mème « Shoah-nanas » que Dieudonné a inventé pour rabaisser l’Holocauste nazi, qui combine l’hébreu terme pour « Holocauste » avec le mot français pour « ananas ».

Au cours du week-end, alors que la nouvelle de sa condamnation se répandait, Dieudonné a inondé sa liste de diffusion d’appels à « investir » dans le Sestrel, brandissant une remise de 15 pour cent comme une incitation.

🔳 ANNONCE 🔳

« Si vous n’achetez pas maintenant, vous devrez attendre la fin de l’année, à un prix plus cher ! il a mis en garde ses partisans. « Si vous en avez déjà acheté, il est temps d’en acheter d’autres ! Aux lecteurs encore hésitants à ce stade, il a exhorté : « Rejoignez ce projet d’émancipation qui perturbe le lobby financier !

Il y a, bien sûr, un problème : le Sestrel n’a aucune valeur pour commencer, donc toute discussion sur les remises fait partie de l’arnaque.

« Dieudonné a l’habitude de demander à ses copains de tout payer : ses amendes, ses frais juridiques, ses dépenses personnelles », a déclaré à L’Algemeiner Jonathan-Simon Sellem, un ancien journaliste qui a longuement enquêté sur Dieudonné . « Même si l’histoire a prouvé qu’il est millionnaire et qu’il cache de l’argent partout. De temps en temps, il crée une nouvelle idée pour collecter de l’argent, qu’il met dans sa poche.

Avec un rire ironique, Sellem a ajouté : « Ce pour quoi il attaque les Juifs, il le fait lui-même ! N’importe quel expert en crypto-monnaie vous dira que le livre blanc de Sestrel est plein de conneries. C’est juste un moyen pour Dieudonné d’accumuler plus d’argent.

Les antisémites sont souvent aptes à s’insérer dans des mouvements sociaux plus larges, déformant le message de sorte que les profits excessifs des entreprises, ou la dégradation de l’environnement, ou l’érosion des droits civils, ou quelle qu’en soit la cause, soient imputés au contrôle « juif » des banques , le gouvernement et « l’État profond ». En ce sens, le monde de la crypto-monnaie – qui se positionne de plus en plus en opposition au système financier actuel – ne fait pas exception.

🟦 ANNONCE 🟦

Certes, l’hostilité à la banque traditionnelle commune parmi les défenseurs de la monnaie numérique n’est pas elle-même basée sur la théorie du complot, mais sur une appréciation du potentiel révolutionnaire de la technologie blockchain mise au point par Bitcoin, le grand-père des cryptos. La blockchain est un registre électronique qui permet aux parties d’effectuer des transactions enregistrées et vérifiables sans intermédiaire.

Une grande partie du matériel marketing de Sestrel fait écho à ces mêmes thèmes de transparence et de liberté individuelle – donnant l’impression que, comme Bitcoin, cette pièce peut être à la fois une réserve de valeur et un moyen d’échange en dehors de l’orbite des gouvernements et des banques. Les mêmes documents mettent en évidence l’utilisation par Sestrel du réseau décentralisé Ethereum dans une tentative séparément maladroite de se greffer sur le récent succès d’Ether, le jeton de ce réseau. Comme l’a souligné un article récent sur le site Web de cryptographie Coindesk, « Bien que la promesse d’Ethereum soit alléchante pour les partisans de la technologie, il s’agit d’une plate-forme open source, ce qui signifie que les projets qui en découlent sont souvent des escroqueries expérimentales et parfois carrément.

Comme c’est le cas dans de nombreux pays, la réglementation sur les crypto-monnaies est pratiquement inexistante en France, qui selon les recherches de la Bibliothèque du Congrès américain a adopté deux ordonnances liées à l’utilisation de la blockchain et rien d’autre. Que Dieudonné pousse le Sestrel parmi les quelque 4 000 soi-disant « pièces alt » existantes (également appelées « pièces meme » ou plus carrément, « shitcoins ») peut être malhonnête, mais ce n’est pas techniquement illégal.

Il est difficile d’obtenir des informations financières précises au jour le jour sur les performances du Sestrel, mais selon une source d’informations crypto en ligne, il y a 2 332 détenteurs de la pièce. Suite à l’annonce de la peine de prison de Dieudonné vendredi, il y a eu une hausse des échanges ce week-end, avec plus de 3 000 pièces Sestrel transférées.

Ce niveau d’activité est loin de l’ambition ultime de Dieudonné pour le Sestrel. Son grand plan, selon un article de décembre 2019 paru dans le journal financier français Capital, était de vendre l’offre limitée de 27 millions de pièces à un prix arbitrairement fixé de deux euros chacune. Alors qu’il parlait des avantages incalculables du Sestrel pour les « communautés de résistance » souhaitant commercer directement entre elles, le stratagème aurait rapporté à Dieudonné près de 60 millions d’euros « monnaie fiduciaire » à l’ancienne.

Un certain nombre de pièces meme, le plus célèbre Doge, sont disponibles à l’achat sur les échanges de crypto-monnaie traditionnels, mais le Sestrel n’en fait pas partie. Selon Capital, « il est possible de les acheter par carte bancaire via Indacoin, une application tierce peu scrupuleuse », et les acheteurs peuvent également appeler une ligne d’information dédiée animée par « un mystérieux ‘Hervé’, qui saura vous convaincre par téléphone.  » Les e-mails de plaidoyer envoyés par Dieudonné au cours du week-end ont dirigé les acheteurs potentiels vers le propre site Web de Sestrel, suggérant que, deux ans après son lancement, aucun des échanges cryptographiques conventionnels n’est disposé à y toucher.

Rien de tout cela n’est une bonne nouvelle pour les détenteurs de Sestrel, dont « l’investissement » est très peu susceptible d’être récupéré, que ce soit via une revente en monnaie fiduciaire ou par une conversion en une autre pièce crypto. Selon Tristan Mendes-France, expert de l’extrémisme français, le Sestrel doit être compris comme un « projet politique » qui séduit les acheteurs avec une promesse supplémentaire et creuse de rentabiliser la spéculation cryptographique.

« Dieudonné prône un discours idéologique ultra-nationaliste, tout en attisant le fantasme d’une élite financière toute-puissante qui contrôle l’État et la justice », a déclaré Mendes-France à Capital. « Il coche toutes les cases du discours complotiste pour jeter un large filet et interpeller les négationnistes et les partisans des médecines alternatives – les militants anti-vaccins par exemple – et même certains membres du mouvement des gilets jaunes. »

La perspective d’utiliser des crypto-monnaies aléatoires pour financer des activités politiques, ainsi que des modes de vie luxueux qui seraient autrement inaccessibles, continuera d’attirer les extrémistes. Que l’excursion de Dieudonné dans le monde de la cryptographie soit considérée comme un récit édifiant ou une source d’inspiration est une considération presque académique; la vraie question est de savoir si les futurs agitateurs antisémites parviendront à réaliser une arnaque crypto qui aura plus de succès que le Sestrel.

Par Ben Cohen, L’Algemeiner



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦