Ce photo-journaliste palestinien s’échappe de Gaza et dit la vérité que l’Europe ignore

0
890
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La New York Review of Books a publié un article d’un journaliste né à Gaza , qui n’a pas pu rapporter ce qu’il a vu quand il était là-bas, et qui a finalement obtenu l’asile aux États-Unis pour échapper au Hamas.

 » Je m’appelle Jehad al-Saftawi. Je suis photographe et journaliste. Pendant des années, je me suis accroché à l’idée de fuir mon pays pour le monde occidental. Il n’y a pas de presse libre à Gaza. La plupart des chaînes d’information s’adressent aux partis politiques qui utilisent la violence pour faire taire l’opposition. Je viens d’un endroit débordant d’armes, où mon père pouvait facilement acheter un pistolet et le tirer en l’air en sillonnant les rues de notre ville. Un endroit où, n’importe quelle nuit, vous pourriez être réveillé par une bombe explosant dans la maison de votre voisin, stockée là par un membre de sa famille appartenant à une faction armée.
Travailler comme journaliste à Gaza, c’est comme marcher pieds nus dans un champ d’épines. Vous devez toujours regarder où vous marchez. Chaque quartier possède son propre réseau social intime, et les parcourir avec une caméra fait de vous une cause importante de suspicion. 
Je suis le deuxième fils de cinq enfants. Notre père, Imad al-Saftawi, a grandi dans une famille de classe moyenne ultraconservatrice fortement influencée par les Frères musulmans. En tant qu’adulte, il a passé de nombreuses années à participer à des luttes armées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du cadre des organisations armées palestiniennes, qu’il croyait être une résistance justifiable à l’occupation israélienne. En tant que membre de l’une des principales factions armées de Gaza, le Jihad islamique, il a tué des Israéliens innocents.
Je condamne ces actions, bien que beaucoup à Gaza considèrent mon père comme un héros, qui a mené de vaillantes opérations pour le bien de son pays et de sa religion.
… Mes frères et sœurs et moi avons vécu avec la famille de mon père à l’époque, ressentant constamment le poids de sa réputation de héros et la désapprobation de sa communauté de ne pas suivre son exemple. Libéré en décembre 2018, Imad al-Saftawi a été général de brigade au ministère de l’Intérieur du Hamas.
À ce moment-là, cependant, j’avais réussi à m’échapper. En 2016, alors que j’avais vingt-cinq ans, j’ai réussi à quitter la bande de Gaza pour New York et, peu de temps après, j’ai commencé le processus de demande d’asile à Berkeley, en Californie. Je suis maintenant à sept mille kilomètres de lui, de Gaza, et je marche en homme libre. »
Combien de fois entendons-nous les journalistes – dont le seul travail est de rendre compte avec précision de la situation à Gaza et à quel point c’est difficile de trouver des articles objectif ? Même les nombreux journalistes qui ont quitté Gaza au fil des ans n’écrivent pas de rapport final sur ce qu’ils ne pouvaient pas rapporter à l’époque. C’est peut-être parce qu’ils ne veulent pas être connus comme des lâches – mais les rares articles comme celui-ci montrent ce que de rares  journalistes de Gaza avec un grand professionnalisme. 

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
Publicité infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !