VOLONTAIRES DU DROIT ET DU DEVOIR – Par Rony Akrich

0
228
L'image by usembassykyiv est sous licence CC BY-ND 2.0
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le président Volodymyr Zelensky a lancé une invitation formelle à tous les étrangers « souhaitant rejoindre la résistance contre les occupants russes » à « venir dans notre État rejoindre les rangs des forces de défense territoriales ». Il a annoncé qu’une unité distincte, composée d’étrangers, appelée la Brigade international de la défense territoriale de l’Ukraine, était en cours de formation.
Au cours des deux semaines qui ont suivi, environ 20 000 volontaires ont répondu à l’appel, selon le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba. Inévitablement, la création de cette Brigade internationale rappelle les hommes et les femmes d’une grande partie du globe qui, en réponse à la tentative de coup d’État militaire contre le gouvernement démocratiquement élu de la Seconde République espagnole, un coup d’État aidé par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, ont fait leurs valises et se sont rendus en Espagne pour combattre auprès des républicains. A la fin de la guerre en 1939, environ 35 000 volontaires avaient rejoint cette armée transnationale créée pour défendre la république.

Malgré son nom, les Brigades internationales de la guerre civile espagnole n’étaient pas une force militaire indépendante. Au lieu de cela, elles étaient ce que Zelensky espère pour l’Ukraine, une partie de l’armée régulière qui reçut ses ordres de marche du gouvernement national. Pourtant, non seulement elles étaient regroupées pour le recrutement, l’entraînement et le déploiement, mais les bataillons d’étrangers qui les composaient tiraient souvent leurs noms de leur propre histoire. En hommage au chef communiste emprisonné par les nazis, un bataillon allemand prit le surnom de « Thälmann » tandis qu’un groupe de volontaires français, inspiré par l’exemple d’un chef de la Commune de Paris, s’est appelé le bataillon « Louise Michel ». (Pour ne pas être en reste, un autre bataillon français se baptisa « Commune de Paris ».)

Bien que le gouvernement espagnol ait à la fois officialisé la création des Brigades internationales et maintenu leur contrôle, il n’a en grande partie pas réussi à former et à équiper adéquatement les volontaires.
Les affaires, au siège dans la capitale provinciale d’Albacete, oscillaient entre le chaotique et la cacophonie. La confusion sur l’ordre de commandement était aggravée par la légion de langues trouvées parmi les bataillons. Il y en avait 65, et non le chiffre standard de 52 nationalités qui composaient la brigade.

Des hommes et des femmes de près des quatre cinquièmes des pays souverains et des empires du monde étaient présents.
Le son de centaines de volontaires chantant tous « L’Internationale » dans des dizaines de langues différentes était sans aucun doute inspirant, mais il soulignait également les obstacles auxquels étaient confrontés leurs commandants.
Quant aux conditions matérielles, elles étaient pour la plupart misérables.

Les volontaires n’ont atteint l’Espagne qu’après des voyages exigeants et difficiles depuis leur pays d’origine, mais ils se sont retrouvés à dormir sur des sols en ciment recouverts de paille une fois arrivés à Albacete. L’eau douce était rare mais l’alcool abondant, la nourriture était spartiate mais provoquait toujours une diarrhée généralisée et les latrines étaient peu nombreuses et fétides. Décrivant l’état désastreux des squats espagnols, George Orwell écrira plus tard:

« Nous voici, soldats d’une armée révolutionnaire, défendant la Démocratie contre le Fascisme, menant une guerre qui porte sur quelque chose, et le détail de nos vies est tout aussi sordide et dégradant. Comme cela pourrait l’être en prison. »
Le souvenir d’Orwell capture non seulement les détails sordides de la vie de bénévole, mais aussi les idéaux émouvants qui les ont amenés en Espagne.
Presque tous partageaient un objectif commun.
Ils étaient venus, comme Orwell, pour arrêter le fascisme.
Dans des études récentes, des historiens, comme Richard Baxell et James Hopkins, conviennent que les volontaires britanniques, au lieu d’être motivés par des revendications de nécessité économique ou d’excentricité personnelle, se sont rendus en Espagne motivés par des convictions éthiques et politiques.
Qu’il s’agisse de la colère face au refus de leur gouvernement d’armer la république ou de la conviction qu’Adolf Hitler et Benito Mussolini devaient être arrêtés avant qu’ils n’atteignent la Manche. Leur décision, comme le conclut Hopkins, « était basée sur leur expérience de la vie, leur lecture de livres et de journaux et le genre d’échanges ouverts qu’ils avaient connus au coin des rues et sur les grandes places publiques ».

Contrairement à Orwell, cependant, qui avait rejoint les rangs du Parti ouvrier d’unification marxiste antistalinien, ou à la philosophe française Simone Weil, avec la colonne anarchiste Durutti, la plupart de ces volontaires se sont inscrits dans les Brigades internationales. C’était un problème car elles étaient contrôlées par des communistes. En effet, le Komintern, sous l’œil attentif de Joseph Staline, a largement orchestré la formation et la direction des brigades. (Le Premier ministre espagnol, Francisco Largo Caballero, se méfiait des émissaires de Moscou. Lors de leur première rencontre, il ne les invita pas à s’asseoir dans son bureau mais, face au refus des puissances occidentales d’aider son gouvernement, il n’eut d’autre choix que de travailler avec eux.)
C’est le contraste le plus évident – et ironique – entre hier et aujourd’hui. Les brigades d’aujourd’hui, contrairement à leurs ancêtres, sont organisées contre, et non par Moscou. (Cette ironie est reflétée par Vladimir Poutine décrivant le gouvernement ukrainien, dirigé par un président juif, comme « néo-nazi ».)

Mais cela indique au moins deux similitudes.
Premièrement, alors que certains volontaires sont des soldats à la retraite semblant désireux d’utiliser leurs compétences, la plupart de ceux qui se rendent en Ukraine ont cité le même idéal qui a envoyé Orwell et des milliers d’autres en Espagne. Ils sont, tout simplement, déterminés à arrêter ce qu’un volontaire a appelé une « version du fascisme au XXIe siècle ».
Il existe un deuxième parallèle, pas moins simple mais beaucoup plus grave.
Au lendemain du déclenchement de la guerre civile en Espagne (1936), plus de deux douzaines de pays, dont la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie et la Russie, signèrent un pacte de non-intervention. Les pays décidèrent, lâchement, d’empêcher les hommes et le matériel d’atteindre l’une ou l’autre des parties au conflit. Aussitôt, il apparut clairement que seules la France et la Grande-Bretagne, signataires importants, obéissaient à cette interdiction, toutes deux désireuses d’éviter une éventuelle escalade avec les puissances fascistes.
Il est ainsi plus aisé de comprendre pourquoi Daladier et Chamberlain signèrent avec Hitler cette parodie des accords de Munich en septembre 1938!
Franco aurait-il pu gagner cette guerre sans les avions et les pilotes allemands et italiens qui ont dévasté des cibles militaires et civiles, pourrait on se demander?

Un peu moins d’un siècle plus tard, les puissances occidentales semblent avoir de nouveau accepté un traité de non-intervention.
Cependant, cette fois, c’est avec la Russie de Poutine, pas avec l’Allemagne d’Hitler.
Mais l’objectif d’éviter une escalade militaire dangereuse pouvant conduire à une autre guerre mondiale est le même. D’où le refus de l’OTAN de créer des zones d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine ou d’équiper son armée de l’air d’avions de chasse russes d’occasion, une décision fondée sur de puissantes raisons stratégiques et politiques.

Ceux qui ont combattu en Espagne nous rappellent des raisons tout aussi puissantes de fournir plus que des armes défensives et une aide humanitaire à l’Ukraine. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a clairement montré: les volontaires en Espagne avaient perdu cette guerre, mais ils auraient bientôt raison sur les dangers posés à toutes les nations par la montée incontrôlée du fascisme.
Cette vérité, pourrais-je conclure, a ancré la fierté de ces volontaires dans les années qui ont suivi et a établi leur mythe. Si l’Ukraine tombe, la question est de savoir s’il y aura suffisamment d’années pour permettre à de nouveaux mythes de s’enraciner.
« En somme, je peux dire que je suis allé en Espagne, pour reprendre vos termes, pour une raison absolument morale: aller au secours de mes camarades. Les malheureux officiers aviateurs espagnols qui ont combattu contre les avions allemands et italiens avec des avions absolument démodés, et qui se faisaient tous descendre, étaient mes amis. Ils étaient mes amis politiques et ils étaient mes amis tout court. » (André Malraux)

« IL Y A DES JUSTES PARMI LES NATIONS MAIS IL N’Y A PAS DE NATIONS JUSTES »

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !