Une guerre dévastatrice entre Israël et l’Iran est-elle inévitable ?

0
124
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’évaluation annuelle des Forces de défense israéliennes (FDI) de la situation sécuritaire et des défis en 2022 prévoit une amélioration modérée de la situation sécuritaire en Israël. Le gouvernement israélien a approuvé le projet de budget présenté par le ministère de la Défense. « Le ministère israélien de la Défense recevra 58 milliards de shekels, soit une augmentation de 7 milliards de shekels. L’allocation supplémentaire prend en compte les opérations possibles contre les installations nucléaires iraniennes et d’autres plans sinistres de l’Iran. Israël aurait acheté divers types d’avions habités, d’avions espions et de munitions spéciales nécessaires à une éventuelle attaque contre les installations nucléaires souterraines fortement fortifiées de l’Iran.

La coopération stratégique d’Israël avec Bahreïn, les Émirats arabes unis, l’Égypte, la Jordanie et l’Arabie saoudite est sans aucun doute un développement positif pour Israël. De plus, l’arrêt de l’avancée des Iraniens et de leurs alliés sur les hauteurs du Golan israélien et le soutien de la Russie de Poutine aux opérations israéliennes contre l’Iran sont certainement des développements positifs. Les Russes n’ont pas empêché les opérations aériennes israéliennes contre les livraisons d’armes iraniennes au Hezbollah, ni les attaques israéliennes contre le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et les bases de ses mandataires en Syrie.

🔳 ANNONCE 🔳

Cependant, il est difficile de prédire quand les groupes terroristes Hamas et le Jihad Islamique Palestinien (JIP) à Gaza lanceront une autre mini-guerre avec Israël. Pendant la guerre de mai 2021, qu’Israël appelle Opération Mur de protection, le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont subi d’importantes pertes de personnel et d’armes. Beaucoup de ses meilleurs ingénieurs ont disparu et ses « armes secrètes » (minisous-marins et bombes drones) ont été détruites ainsi que la plupart de sa technologie de missiles. Les Forces de défense israéliennes ont recommandé de réprimer les tentatives de réarmement du Hamas.

Bien que le groupe musulman chiite libanais Hezbollah soit bien plus puissant que le groupe terroriste à Gaza, le mouvement musulman sunnite Hamas a fait preuve de beaucoup plus de retenue dans ses opérations contre Israël. Ayant obtenu le pouvoir politique et militaire suprême au Liban, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah sait qu’une guerre avec Israël à ce stade mettrait en péril tout ce que lui et le Hezbollah ont réalisé. La deuxième guerre du Hezbollah au Liban contre Israël en 2006 a été dévastatrice pour les Libanais. Une guerre maintenant coûterait encore plus au Liban qui souffre depuis longtemps. Bien que la raison d’être du Hamas et du Hezbollah soit la destruction de l’Etat juif, le Hezbollah, contrairement au Hamas, est responsable dans le cadre de la politique confessionnelle libanaise.

La probabilité d’une guerre provoquée par les ennemis d’Israël, à savoir l’Iran, le Hezbollah et le Hamas, est considérée comme faible en 2022. La situation explosive qui a prévalu à la frontière nord d’Israël ces dernières années a été ralentie, et il semble que ni l’Iran ni le Hezbollah ne soient préparés pour une guerre totale avec Israël. Dans un discours prononcé le mois dernier devant la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, le chef d’état-major israélien, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a déclaré que le Hezbollah et les milices pro-iraniennes en Syrie se verraient refuser des armes stratégiques de précision telles que des missiles supplémentaires, des drones et des armes anti- batteries d’avions, ce qui pourrait entraver la manœuvrabilité de l’armée de l’air israélienne. Cependant, étant donné la réticence des États-Unis et de leurs alliés occidentaux à rechercher une option militaire contre l’Iran,

Pour le moment, le régime iranien n’a pas le soutien du peuple iranien pour affronter Israël dans une guerre dévastatrice. L’Iran ne s’est pas encore complètement remis de la guerre de Saddam Hussein contre l’Irak (1980-1988) et les sanctions américaines ont entraîné une forte baisse de l’économie. A cela, il faut ajouter l’impact de la pandémie de Covid 19 sur les problèmes économiques de l’Iran. La dictature des ayatollahs, bien que moins soucieuse de la situation de son peuple, est très soucieuse de maintenir son pouvoir. Suite aux récentes manifestations à travers le pays scandant « A bas le dictateur », en référence au guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, le régime redoute un soulèvement des minorités opprimées, majoritairement sunnites, dont les Kurdes, les Arabes ahwazis et les Baloutches, comme ainsi qu’une importante minorité culturelle, les Azéris. Les Perses urbains et ceux de la classe moyenne instruite sont également mécontents du régime.

Lorsque l’Iran deviendra un « État au seuil nucléaire » vérifiable, Jérusalem est susceptible de changer son évaluation de la sécurité, et Israël sera en mesure d’agir unilatéralement pour arrêter la menace existentielle qu’un Iran nucléaire fait peser sur l’État juif. Dans ce cas, la guerre avec l’Iran est inévitable. Bien que l’administration Biden ait consulté Israël au cours des pourparlers en cours à Vienne, Washington s’oppose fermement à une action israélienne unilatérale contre les installations nucléaires iraniennes. Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que le ministère israélien de la Défense était « engagé à protéger un Israël fort, stable et fortifié et à veiller à ce que l’Iran ne développe pas une menace existentielle pour Israël.

🔳 ANNONCE 🔳

Les Forces de défense israéliennes pensent qu’une opération visant à détruire les installations nucléaires de l’Iran pourrait déclencher une violente tempête impliquant le Hamas et le Hezbollah. Israël dispose d’un système de défense antimissile en trois parties : le missile à courte portée Iron Dome, le missile à moyenne portée David Sling et le missile à longue portée Arrow III. De plus, Israël dispose d’intercepteurs antiaériens Patriot. Bien que l’Iran soit capable d’utiliser des missiles, des drones et des missiles de croisière, son armée de l’air continue d’utiliser des avions américains d’ancienne génération et les sanctions américaines limitent la capacité de l’Iran à acquérir la technologie militaire occidentale moderne. Israël, d’autre part, il a au moins quelques longueurs d’avance sur les Iraniens en termes de technologie et a la capacité (bien que non absolue) de protéger ses civils et ses militaires. Dans un avenir proche, compte tenu de l’augmentation du budget de la défense, les projets reportés seront repris. L’industrie de haute technologie d’Israël se concentrera sur la technologie laser et le rayonnement électromagnétique, ainsi que sur la cybernétique et l’intelligence artificielle (IA).

Le cinquième exercice annuel Blue Flag a eu lieu en octobre dernier dans le Néguev israélien, avec la participation de milliers de soldats et de dizaines d’avions du monde entier, notamment des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Inde et de l’Italie, ainsi que comme l’Australie, la Croatie, la Finlande, le Japon, les Pays-Bas, la Norvège, la Roumanie et la Corée du Sud. Le général de division Amikam Norkin, commandant de l’armée de l’air israélienne (IAF), a invité le général de division Ibrahim Nasser Mohammed Al-Alawi, commandant de l’armée de l’air des Émirats arabes unis, en tant qu’invité personnel.

Le général Norkin estime que l’exercice international confirme la légitimité des actions de l’IAF contre les menaces extérieures. Il a déclaré : « Nous vivons dans une région très complexe et la menace contre l’État d’Israël de Gaza, du Liban, de la Syrie et de l’Iran augmente. Mener un exercice international dans la situation actuelle, tout en poursuivant nos activités opérationnelles ouvertes et publiques sur tous les fronts, a une grande importance stratégique et des conséquences de grande envergure pour l’IAF, l’armée israélienne et l’État d’Israël. »

La coopération en matière de sécurité et l’échange d’informations avec les États de la région, en particulier les États du Golfe (EAU, Bahreïn et Arabie saoudite), donne à Israël un nouveau sentiment de confiance. Cependant, Israël et Tsahal en particulier doivent être avertis de ne pas devenir complaisants et de rester vigilants.

Par Joseph Puder

.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !