“Un homme masqué m’a dit à l’oreille, en arabe : Je te connais. Monte dans la voiture et je t’aiderai'”

0
823
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Qui ne se rapelle pas de la révolution en Égypte qui a commencé par des manifestations le 25 janvier 2011.

Même les pires scénarios n’ont pas prévu ce qui s’est passé en Égypte cette semaine-là. La détérioration de la sécurité a été rapide et la violence est passée de zéro à une centaine. Contrairement aux estimations des responsables des services de renseignement israéliens, qui pensaient que dans deux jours les émeutes s’apaiseraient, les manifestations sur la place Tahrir n’ont fait que s’intensifier.

La colère des manifestants était concentrée sur les symboles du gouvernement, mais il était clair pour le personnel de sécurité du personnel diplomatique israélien au Caire que dans peu de temps une foule enragée arriverait sur les diplomates israéliens et leurs familles.

Dedi Hanoch, l’officier de sécurité de la mission israélienne au Caire, a rapidement construit un plan avec ses hommes pour évacuer les familles, et dès le lendemain il l’a mis en pratique. C’était une opération non conventionnelle qui nécessitait également le recours à la force, mais immédiatement après son achèvement, il est devenu clair pour Hanoch que la prochaine étape dans la défense des Israéliens nécessiterait une action encore plus dangereuse et audacieuse.

« L’aéroport ressemblait à un camp de réfugiés, raconte Hanoch à propos des événements de ce samedi de fin janvier 2011. Ils ont agressivement pris le contrôle d’un complexe à l’intérieur du terminal et dans la zone de la porte d’embarquement. Lorsque l’avion est arrivé et que les familles se sont envolées pour Israël, c’était déjà le soir. Nous sommes retournés à la maison de l’ambassadeur, tout en violant le couvre-feu décrété par le Conseil militaire suprême d’Égypte. Un char s’est approché de nous depuis la tourelle et des soldats nous ont tiré dessus. Je suis sorti du véhicule en sachant que je devais convaincre l’officier à l’endroit où je suis plus haut que lui, j’ai commencé à lui crier d’ouvrir le point de contrôle immédiatement – et ça a marché.”

“Nous avons continué vers le quartier Medi, où se trouvaient la maison de l’ambassadeur et les maisons des diplomates israéliens. Notre quartier calme et détendu, où il y a peu de temps ma femme et moi nous promenions avec les enfants et le chien, s’est transformé en un zone de guerre. J’ai regardé l’endroit et je n’ai pas compris ce que je voyais. Des foules de gens se tiennent dans les rues avec des haches, des barres de fer et des bâtons, à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose sur qui exprimer leur colère. Le même classe sociale qui avait été habituée pendant des décennies à être humiliée par le gouvernement et la classe supérieure s’était maintenant retournée contre ses maîtres et était déterminée à montrer qu’elle dominait les rues. Et la façon de le faire était le chaos, le pillage et les dommages à la propriété. Les hommes armés ont érigé leurs propres barrières et ont empêché la circulation des véhicules. »

Quand Enoch et ses hommes sont arrivés à la maison de l’ambassadeur, ils ont été étonnés de voir que tous les policiers égyptiens du cercle de sécurité extérieur avaient disparu. “Ils ont pris leurs jambes à leur cou et se sont enfuis. Il y avait encore des diplomates israéliens dans la région qui ne sont pas partis avec leurs familles ; ils étaient dans leurs appartements autour du quartier, et chacun d’eux avait un garde de sécurité attaché à eux. Quand nous sommes revenus de l’aéroport, avant même que je puisse m’organiser, j’ai reçu un appel de l’un d’eux. J’ai essayé de lui parler, et il a juste crié qu’ils étaient en danger. À un moment donné, son agent de sécurité a pris le téléphone et m’a chuchoté qu’une foule égyptienne se trouvait dans leur immeuble et s’approchait de l’appartement.

“Je lui ai dit qu’en aucun cas ils ne devaient s’identifier comme Israéliens et qu’il ne devait utiliser des armes qu’en cas d’urgence. Je lui ai également dit de récupérer l’argent et les articles de luxe dans l’appartement et de donner aux pillards ce qu’ils voulaient, en espérant qu’ ils s’en contenteraient et ne décideraient pas de faire du mal au diplomate. Quand j’ai fini la conversation avec lui, j’ai réalisé qu’il fallait arriver à ces diplomates et les faire sortir des appartements, qui sont devenus un endroit dangereux.

Ces jours-ci, le livre de Hanoch (49 ans), « Kbat au cœur de la révolution », est en cours de publication. 12 ans après avoir quitté l’Égypte et effectué sa mission suivante, il revient sur ses expériences en tant qu’agent de sécurité israélien dans un pays arabo-musulman. Un pays qui traverse un bouleversement, et à la nuit dramatique où chaque mot qui sortait de sa bouche aurait pu ruiner le sort de nombreux Israéliens.

Hanoch a fait son service militaire dans le Harmash, une unité d’infanterie d’élite qui opérait à Yosh et dans la bande de Gaza, puis il a rejoint le Shin Bet et y a occupé divers postes pendant 22 ans. En 2018, il a pris sa retraite et depuis lors, il s’est engagé dans le conseil en sécurité et a dispensé des formations et des conférences sur le terrain. Aujourd’hui, il vit à Tel-Aviv avec sa femme Tali et ses trois enfants.

“Ma première connaissance de l’Egypte remonte à l’époque où je servais dans l’unité de sécurité personnelle”, explique Hanoch. “Puis j’ai fait des voyages d’un ou deux jours à Charm el-Cheikh ou au Caire, alors que dans la plupart des visites, il y avait des policiers égyptiens qui se tenaient côte à côte avec nous.”

Lorsqu’il a été envoyé au cours d’agent de sécurité, il était clair pour lui qu’il ne voulait pas venir en Égypte. Il a d’ailleurs exagéré la chose dans les entretiens préliminaires, et supposé qu’il serait affecté à l’un des pays européens ou aux USA, qui plus est, il avait entendu ses camarades parler de leur ambition d’aller au pays des pyramides. Mais alors que le cours touchait à sa fin, Hanoch s’est rendu compte qu’en raison de son expérience dans l’unité de sécurité personnelle, il avait été pré-marqué comme prochain CBT d’Israël au Caire. Il en a parlé avec effroi à sa femme Tali et a été surpris par sa réponse froide et décisive : Nous irons en Égypte pendant deux ans, et à partir de là, nous continuerons. »

L’article complet sera publié demain (vendredi) dans le magazine Dieukon

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !