Un député jordanien demandant la destruction du gazoduc Israël-Jordanie suscite des réactions de colère dans son royaume

0
139

L’accord sur la canalisation de gaz naturel reliant Israël à la Jordanie, signé en septembre 2016, a suscité des réactions enragées en Jordanie avant même sa signature et continue de le faire aujourd’hui. Les forces tribales et politiques en Jordanie, y compris les Frères musulmans, ainsi que les députés, ont exprimé leur opposition à l’accord, estimant qu’il constitue une normalisation et une coopération avec Israël, qu’ils considèrent comme un ennemi .

Dans le cadre de la campagne contre l’accord, Tareq Khouri, un député indépendant jordanien connu pour être un partisan « de l’axe de la résistance », a appelé au bombardement du gazoduc reliant Israël à la Jordanie. Khouri, qui a lancé cet appel à un événement organisé par la faction parlementaire des Frères musulmans jordaniens, a déclaré: « Signons une charte d’honneur [exigeant] tout amoureux de la liberté en Jordanie d’abandonner sa vie et la vie de ses enfants afin de bombarder tout gazoduc [en provenance d’Israël] qui traverse le territoire jordanien. Nous serons tous des martyrs potentiels. Nous signerons une charte d’honneur et ne laisserons pas ce gazoduc pénétrer d’un pouce à l’intérieur du territoire jordanien.  »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les déclarations de Khouri ont suscité des réactions furieuses dans le royaume, de la part de députés, de journalistes et d’éducateurs. La plupart d’entre eux ont précisé que, même s’ils s’opposaient également à l’accord gazier avec Israël, la lutte contre cet accord devait être menée par des moyens politiques légaux, et non par la violence et le sabotage. Ils ont accusé Khouri d’avoir fomenté le chaos et une action semblable à celle de l’Etat islamique. Certains d’entre eux l’ont exhorté à s’excuser et ont même appelé à prendre des mesures juridiques à son encontre . Le 14 juillet, il a été signalé que plusieurs citoyens jordaniens avaient porté plainte contre Khouri pour incitation au terrorisme en Jordanie.

Après le tumulte provoqué par ses déclarations, Khouri les a partiellement rétractées, précisant à une chaîne de télévision locale qu’il n’avait appelé à tuer personne et affirmant que ses déclarations n’étaient qu’une métaphore destinée à véhiculer une idée…