Un couple iranien a été condamné à mort pour adultère

0
190
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La République islamique d’ Iran a condamné à mort un homme et une femme iraniens pour adultère après qu’un beau-père a exhorté la justice à exécuter son gendre.

Selon des reportages en langue persane, les agences de presse du gouvernement américain Voice of America et Radio Farda, le régime iranien a imposé la peine de mort à un homme marié de 27 ans et à son amante de 33 ans nommée Sareh. La femme de l’homme marié a cherché à retirer la plainte contre son mari dans un ultime effort pour lui épargner la vie, mais son père a annulé sa tentative et a exigé la peine de mort.

🔳 ANNONCE 🔳

L’affaire de la peine de mort a été rapportée dans le journal Shargh Daily, contrôlé par le régime iranien. Les organes de presse britanniques The Daily Mail et The Sun , ainsi que le média français AFP, ont rapporté que le régime iranien prévoyait d’ exécuter deux homosexuels pour relations homosexuelles. Les médias, selon un militant iranien des droits de l’homme, se sont trompés et ont confondu les genres. Le nom Sareh n’est généralement pas un nom féminin.

« Un homme et une femme qui ont eu des relations sexuelles hors mariage ont été condamnés à mort en Iran », a tweeté Masih Alinejad, la militante et journaliste irano-américaine des femmes. « Il a été approuvé par la Cour suprême. Ils sont à un pas de l’exécution. S’il vous plaît, soyez notre voix pour sauver leur vie. J’appelle la communauté internationale à nous entendre, @jack ! Ne supprimez pas cette photo.

Jack est le compte Twitter de Jack Dorsey, PDG et fondateur de la plateforme de micro-blogging.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

« L’homme a 27 ans et la femme 33 », a déclaré Alinejad. « Grâce à leur téléphone portable, le système judiciaire a découvert qu’ils avaient eu des relations sexuelles hors mariage. Il est plus que triste que dans [le] 21e siècle ISIS soit… toujours au pouvoir ; dans mon beau pays l’Iran.

« En vertu du code pénal iranien, l’adultère est un ‘crime contre Dieu’ pour les hommes comme pour les femmes », a-t-elle déclaré. « C’est passible de 100 coups de fouet pour les hommes et les femmes célibataires, mais les délinquants mariés sont condamnés à mort. »

🔳 ANNONCE 🔳

LA RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE a fait la une des journaux internationaux en 2010 pour son projet de lapidation à mort de Sakineh Mohammadi Ashtiani, qui a été condamnée pour « adultère alors qu’elle était mariée ». Après l’indignation internationale suscitée par sa peine, le régime iranien est revenu sur sa peine de mort par lapidation. Le régime a imposé 99 coups de fouet à Ashtiani, ce qui a été observé par son fils adolescent.
Le Times a rapporté en 2014 qu’Ashtiani avait été autorisé à quitter la prison après près de neuf ans dans le couloir de la mort.

Kurdistan 24 a rapporté en 2018 qu’un tribunal iranien avait condamné à mort deux femmes kurdes pour adultère. « Une femme kurde du nom de Gulistan Jnikanlou a été condamnée à mort par le tribunal pénal de Khoy de la province de l’Azerbaïdjan occidental, accusée d’avoir commis une zinah.
Zinah est un terme arabe, qui définit les actes sexuels interdits par la charia islamique. CNN a rapporté en 2013 que « la lapidation reste la façon dont les Iraniens – en grande majorité des femmes – sont punis pour avoir commis un adultère ».

Le militant irano-américain des droits de l’homme et expert Lawdan Bazargan a déclaré : « Au 21e siècle, le régime islamique d’Iran pend les gens pour avoir commis un adultère. Ce qui rend cette décision absurde plus kafkaïenne, c’est que le père de l’homme dont la femme a commis l’adultère a exigé du tribunal la peine la plus sévère. Le beau-père n’est même pas une partie lésée, mais il a utilisé les lois du « crime d’honneur » pour se venger.

« Les lois du régime islamique sont punitives, punitives et « œil pour œil » au lieu de respecter les droits de l’homme ou un système juste », a-t-elle déclaré.
Le révérend Johnnie Moore, qui est un expert du Moyen-Orient, a envoyé un e-mail au Jerusalem Post en disant que « littéralement, la Maison Blanche a répété à maintes reprises que les droits de l’homme sont leur priorité absolue en matière de politique étrangère. De toute évidence, ce qu’ils voulaient dire, c’était : « sauf quand il s’agit de l’Iran. Sans oublier que les forces d’infiltration iraniennes en Irak semblent avoir simplement tenté d’assassiner le Premier ministre irakien et – surprise ! – les déclarations publiées par la Maison Blanche et le Département d’État évitent judicieusement et absurdement de mentionner « l’Iran ».

🟦 ANNONCE 🟦

« Les Américains – démocrates ou républicains – ne soutiennent pas » un accord, aucun accord, quel qu’en soit le prix « , a-t-il déclaré. « Combien de raisons supplémentaires le Congrès a-t-il besoin pour exiger immédiatement de la Maison Blanche l’annulation des négociations du JCPOA [accord nucléaire iranien] qui doivent reprendre à Vienne le 29 novembre ? Au lieu de cela, ils devraient révoquer les concessions déjà faites et sanctionner tout le monde et tout ce qui reste à sanctionner. »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦