Proche conseiller de Zelenski : « La Russie agit comme le Hamas, Israël peut comprendre cela mieux que d’autres pays »

0
181
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« La Russie se comporte comme le Hamas, seulement plusieurs fois plus grand et plus dangereux, et Israël doit comprendre cela plus que quiconque », a déclaré Mikhail Podolyak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelenski, à Israel Today.

Bref historique : Podoliac (50 ans) est l’une des personnes les plus proches de Volodymyr Zelenski. C’est un ancien journaliste qui, il y a deux ans, a été élu par l’un des médias ukrainiens comme la troisième personne sous son influence dans le pays. Il conseille depuis 2020 et au siège de la présidence est responsable de la gestion des crises et de la coordination de la politique des médias. Ces jours-ci, il fait également partie de la petite équipe qui est en contact avec l’équipe russe dans le but de mettre fin à la guerre. Dans un appel de la salle de briefing la plus célèbre du monde en ce moment, Podoliak parle de la catastrophe humanitaire que la Russie provoque en bombardant la population civile, et aussi du rôle d’Israël dans la médiation.

Ce week-end, il a été rapporté en Israël que le Premier ministre Bennett avait proposé au président Volodymyr Zelenski d’accepter les demandes de Poutine. Que pouvez-vous dire de cette information ?

« Ce sont des informations déformées. Les ultimatums du paquet russe initial étaient fondamentalement inacceptables parce qu’ils étaient basés sur une perception déformée de ce qu’est l’Ukraine, de ce que sont les dirigeants de l’Ukraine, l’armée ukrainienne, etc. La Russie s’attendait à une opération rapide qui, en un jour, au plus deux, apporterait le résultat souhaité. Maintenant, après 17 jours de guerre, il me semble que la Russie comprend beaucoup plus où elle est tombée et avec quels résultats elle sortira de cette guerre. Par conséquent, l’ensemble des exigences russes prend un caractère plus approprié. Leur paquet n’est pas encore prêt, et actuellement aucun médiateur, y compris le Premier ministre Bennett, n’a proposé «d’accepter l’offre russe», compte tenu de la manière dont l’Ukraine se bat.

« Il faut comprendre quelque chose, et je pense que votre premier ministre le comprend très bien : l’opinion publique est très influente en Ukraine. Nous sommes un pays libre, la société influence les positions gouvernementales. Nous ne sommes pas un pays autoritaire où le gouvernement a pris une décision et la société s’aligne. Les médiateurs potentiels le comprennent, ils voient l’approche agressive et décisive et personne ne suggérera simplement « répondons aux exigences de la Fédération de Russie ».

Aujourd’hui (samedi) également, le président Volodymyr Zelenski a déclaré qu’il avait proposé au Premier ministre Naftali Bennett des pourparlers avec la Russie à Jérusalem, et qu’Israël puisse fournir à l’Ukraine des « garanties de sécurité ».

Podoliak a commenté: « Oui, nous parlons de la question. Israël est considéré comme un lieu central pour les pourparlers. » Il a ajouté : « Israël est très sensible aux conflits – vous êtes constamment sous pression extérieure – et nous sommes dans une situation similaire, mais notre adversaire est beaucoup plus fort. Regardez, la médiation vous permet de jeter un regard neutre là où il y a une difficulté particulière vers un compromis. Les contemporains, avec l’escalade militaire, expliqueront à la Russie qu’il s’agit d’une impasse. C’est une route qui entraînera de graves pertes pour la Russie en particulier. Et il me semble que le Premier ministre Bennett et les dirigeants israéliens comprennent cela et doivent le porter à l’attention de la Russie.

Selon Podoliak, il « ne comprend pas l’approche israélienne face aux sanctions parce qu’elles sont importantes », mais comprend la sensibilité israélienne selon laquelle « la Russie travaille avec vos ennemis et les aide avec des armes, des conseils et un soutien financier ». « Israël est dans une situation très complexe, nous le comprenons et traitons la position d’Israël avec beaucoup de respect, en tout cas. »

Se référant au discours prévu de Volodymyr Zelenski à la Knesset, Podoliak a déclaré qu’il en était aux étapes préparatoires. « Je ne peux pas dire que ce sera demain-après-demain, mais ce ne sera pas mal de parler à l’élite politique israélienne et de porter à son attention la vitalité d’une implication plus intense dans le conflit. »

Le message qu’il cherche à transmettre est probablement similaire à celui qu’il a déjà transmis à d’autres assemblées législatives du monde: évaluer objectivement les dommages que la Russie cause au monde aujourd’hui et, en conséquence, alléger l’ampleur de l’aide que vous êtes prêt à fournir à l’Ukraine. « Cela pourrait être une aide militaire, financière ou technologique. Après tout, la Russie ne vend rien sur le marché mondial : pas de technologies, pas de nouveaux produits, elle ne vend rien qui contribue au développement de la civilisation humaine. La Russie vend des revendications territoriales, Expansion, conflits, commerce d’armes, pour certains le Hamas ou son acabit feront des ravages. La Russie commercialise la destruction de la civilisation.

« Volodymyr Zelenski veut qu’il soit clair que l’Ukraine est prête à y faire face directement, mais l’Ukraine est nettement plus petite que la Russie militairement. Pendant 20 ans, la Russie a investi une fortune dans l’armée, a augmenté le pourcentage du PIB qui va à la sécurité. Maintenant, l’Ukraine dit : Aidez-nous à arrêter tout cela et expliquez à un pays aussi agressif que la Russie que l’expansion militaire n’est pas une voie vers le développement, mais une impasse. C’est le message dans chaque demande de Volodymyr Zelenski.

« Je pense qu’Israël comprendra beaucoup plus ce message parce qu’Israël lui-même est constamment en conflit avec des pays ou des territoires chargés d’armes militaires qui sont soutenus par la Russie et promeuvent sa philosophie destructrice. La Russie et le Hamas agissent de la même manière, et Israël le comprend bien plus que l’Italie, le France, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne. Israël est censé mieux comprendre la situation dans laquelle se trouve l’Ukraine et je crois que Volodymyr Zelenski saura faire passer ce message. »

Que pensez-vous de l’affirmation de la Russie concernant la « libération de l’Ukraine des nazis » ? C’est très important pour de nombreux Israéliens.

« Nous avons des mouvements radicaux, comme il y en a dans tous les autres pays européens où il y a aussi des partis avec des éléments extrémistes et même nazis. Dans certains États de district en Allemagne, ils ont même de l’importance. De même en Hongrie ou en France. Nous avons 3-4% sous l’influence de ces opinions extrémistes. Une tendance mondiale. Mais dire que nous avons le nazisme ou le nationalisme au pouvoir ici est une illusion russe. Nous sommes un pays libre, nous avons une politique concurrentielle, nous communiquons avec tous les pays, nos frontières sont ouvert ; nous et la Russie sommes des stars différentes. Nous avons la concurrence, le pluralisme et la liberté comme valeur suprême, « En Russie, dans la meilleure tradition, il y a un camp, où la moitié sont des policiers et l’autre moitié sont des prisonniers, et puis ils changent de place. C’est leur idée de civilisation, il est donc très difficile de leur parler. »

Y a-t-il des avancées dans les négociations entre votre équipe et l’équipe russe ?

« Il y a des changements. Le personnel du ministre (russe) Medinsky est très constructif et évalue objectivement l’ampleur de la crise actuelle et les conséquences dévastatrices pour la Russie. Nous leur donnons une image claire de ce qui se passe, essayons de leur apprendre à réfléchir de manière critique à leur propre propagande, et nous semblons réussir. « Je crois que très bientôt des premiers documents de compromis seront formulés concernant un cessez-le-feu et le retrait des forces russes. Mais l’accord global doit être négocié et signé entre les deux présidents. Ils devront décider entre eux. »

À votre avis, la situation imprègne-t-elle Poutine lui-même ?

« Sans l’ombre d’un doute. Le ministre Madinsky (Vladimir, ministre de la Culture ; DB) est assez efficace en tant que représentant russe pour les pourparlers et, d’après ce que je comprends de sa rhétorique et de la façon dont nous progressons, il parle directement avec Poutine, donc il y a des dossiers qui avancent bien. »

D’un autre côté, il y a des déclarations comme celle du ministre des Affaires étrangères Lavrov ce week-end, selon lesquelles la Russie n’a pas du tout attaqué l’Ukraine. Ou les allégations du ministère russe de la Défense concernant le développement d’armes biologiques contre les Russes en Ukraine.

« Nous vivons dans des réalités parallèles. La Russie vit dans une réalité parallèle au monde réel. Pendant des années, ils ont construit des mythes internes. Au début, ils étaient nécessaires pour que la population russe ne prête pas attention aux problèmes internes. Il est absurde de rassembler près de 200 000 soldats autour de l’Ukraine et de dire ensuite que la petite Ukraine dans son armée et son équipement avait l’intention d’attaquer la Russie.

S’il y a des progrès dans les négociations, à quoi bon bombarder et aggraver la catastrophe humanitaire ?

» Car leur tactique a changé. Premièrement, ils veulent semer la panique. Deuxièmement, ils pensent primitivement que par le bombardement direct leurs positions de négociation seront renforcées Troisièmement, ils ont une aile belliciste, également dans l’armée, qui veut prouver au monde entier que l’armée a encore de la valeur avec des avions et des hélicoptères, de cinq à six directions d’invasion, contre un petit pays dont l’essentiel de son PIB a été consacré à l’amélioration de la qualité de vie de ses citoyens et qui, pendant deux semaines, est incapable de résoudre militairement le « problème ukrainien ». Ça a l’air maladroit. Je pense que la Russie met l’accent sur sa réputation de pays à craindre. C’est bien, l’Ukraine est prête à aider. Et la quatrième raison est la pression sur la Russie elle-même : les citoyens russes entrent dans une panique économique, et fuient ce pays »

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !