Pourquoi Trump veut que le Soudan se lie d’amitié avec Israël

0
230
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Alors que le Soudan est dans une situation désespérée – une économie qui s’effondre, une hyperinflation imminente et une crise alimentaire à l’échelle nationale – l’administration du président américain Donald Trump et le gouvernement israélien ont vu une opportunité.

Les espoirs démocratiques du pays ne tiennent plus qu’à un fil 18 mois après que des manifestations non violentes ont renversé leur dirigeant de longue date Omar el-Béchir.

Mais si le Soudan reconnaît Israël, les États-Unis le rayeront de la liste des États sponsors du terrorisme, ouvrant la porte à des mesures essentielles de stabilisation économique.

C’est une histoire compliquée qui remonte à 30 ans aux débuts du gouvernement islamiste du Soudan.

Après avoir pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1989, le président Bashir a transformé Khartoum en un centre mondial du djihadisme militant.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Al-Qaïda et d’autres groupes extrémistes ont utilisé le Soudan comme base pour mener des attaques terroristes aux États-Unis, en Arabie saoudite, en Égypte, en Éthiopie, en Ouganda, au Kenya et ailleurs.

Après la première attaque terroriste contre le World Trade Center de New York en 1993, les États-Unis ont désigné le Soudan comme État sponsor du terrorisme. Coopération avec la CIA

Les sanctions financières internationales et la pression militaire des pays voisins qui soutenaient les rebelles soudanais ont poussé le Soudan à expulser Oussama Ben Laden et d’autres djihadistes trois ans plus tard.

Peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001, les services de sécurité soudanais sont devenus un partenaire précieux de la Central Intelligence Agency (CIA) américaine.

Sur cette base, le Soudan aurait dû être retiré de la liste des États sponsors du terrorisme.

Mais les membres du Congrès étaient hostiles à Khartoum pour une foule d’autres raisons, y compris la guerre au Darfour et les violations des droits de l’homme, et la liste est restée en place. 

En visite à Khartoum fin août, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a proposé un accord au Premier ministre civil soudanais Abdalla Hamdok: si le Soudan reconnaissait Israël, le président Trump contournerait le blocage du Congrès.

Suite à la décision des EAU le mois dernier , le Soudan, membre de la Ligue arabe, ne serait que le cinquième État arabe à le faire.

Ce serait un énorme coup de pouce pour la campagne de l’administration pour normaliser les relations arabes avec Israël dans les semaines précédant les élections.

Reconnaître Israël serait une étape capitale pour le Soudan – c’est bien là tout le problème.

Les opposants les plus virulents à cette décision sont les islamistes, désormais sans pouvoir. Mais il est controversé à travers le spectre politique, et la coalition civile comprend beaucoup de ceux qui insistent d’abord sur la paix avec les Palestiniens.

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !