Pas seulement les civils : prendre des soldats en otages est aussi un crime de guerre (Convention de Genève)

0
145
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Hier, les États-Unis n’ont pas opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza.
Le texte dit :
1. Exige un cessez-le-feu immédiat pour le mois de Ramadan, respecté par toutes les parties, conduisant à un cessez-le-feu durable, et exige également la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages, ainsi que la garantie d’un accès humanitaire pour répondre à leurs besoins médicaux et autres besoins humanitaires, et exige en outre que les parties respectent leurs obligations en vertu du droit international à l’égard de toutes les personnes qu’elles détiennent ; 
L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Gilad Erdan, a réagi :

Gilad Erdan, ambassadeur et représentant permanent d’Israël, s’est demandé pourquoi le Conseil de sécurité «discrimine» les victimes, rappelant qu’il avait condamné l’attaque meurtrière contre une salle de concert à Moscou vendredi, mais n’avait pas condamné le massacre du festival de musique Nova du 7 octobre.

« Les civils, où qu’ils vivent, méritent de profiter de la musique en toute sécurité, et le Conseil de sécurité devrait avoir la clarté morale nécessaire pour condamner de tels actes de terrorisme de la même manière, sans discrimination », a-t-il déclaré.
« Malheureusement, aujourd’hui encore, ce Conseil a refusé de condamner le massacre du 7 octobre ; c’est une honte”, a-t-il ajouté.
M. Erdan a en outre noté qu’au cours des 18 dernières années, le Hamas a lancé des attaques incessantes contre les Israéliens, lançant « des milliers et des milliers de roquettes et de missiles aveugles contre des civils ».
Il a ajouté que même si la résolution ne condamnait pas le Hamas, elle « énonçait quelque chose qui aurait dû être la force morale motrice ».
“Cette résolution dénonce la prise d’otages, rappelant qu’elle constitue une violation du droit international”, a-t-il déclaré, soulignant que la prise en otage de civils innocents est un crime de guerre.
« Lorsqu’il s’agit de ramener les otages chez eux, le Conseil de sécurité ne doit pas se contenter de paroles, mais agir, des actions concrètes », a-t-il déclaré.
Il a raison sur le refus de l’ONU de condamner le Hamas, ce qui n’a jamais été le cas depuis le 7 octobre.
Même si je n’ai pas ses mots exacts, lorsqu’il dit que la prise en otage de civils innocents est un crime de guerre, il ne dit qu’une partie de l’histoire. Toute prise d’otages, y compris de soldats, constitue un crime de guerre.
Règle 96. La prise d’otages est interdite.
L’article 3 commun aux Conventions de Genève interdit la prise d’otages. Cela est également interdit par la Quatrième Convention de Genève et est considéré comme une violation grave de celle-ci.
La Convention internationale contre la prise d’otages définit l’infraction comme la saisie ou la détention d’une personne (l’otage), combinée à la menace de tuer, de blesser ou de continuer à détenir l’otage, afin de contraindre un tiers à faire ou s’abstenir de tout acte comme condition explicite ou implicite de la libération de l’otage. Les Éléments des crimes de la Cour pénale internationale utilisent la même définition mais ajoutent que le comportement requis du tiers pourrait être une condition non seulement pour la libération de l’otage mais aussi pour sa sécurité. C’est l’intention spécifique qui caractérise la prise d’otages et la distingue de la privation de liberté d’une personne en tant que mesure administrative ou judiciaire.
Bien que l’interdiction de la prise d’otages soit spécifiée dans la Quatrième Convention de Genève et soit généralement associée à la détention de civils en otages, rien n’indique que l’infraction se limite à la prise de civils en otages. L’article 3 commun aux Conventions de Genève, au Statut de la Cour pénale internationale et à la Convention internationale contre la prise d’otages ne limite pas l’infraction à la prise de civils, mais l’applique à la prise de toute personne. En effet, dans les Éléments des crimes de la Cour pénale internationale, la définition s’applique à l’enlèvement de toute personne protégée par les Conventions de Genève.
Il ne s’agit pas d’une situation de prisonnier de guerre. Il s’agit d’une prise d’otages, effectuée spécifiquement et explicitement pour contraindre Israël à agir de certaines manières – libérer des prisonniers et mettre fin à l’action militaire. 
Cela constitue un crime de guerre et semble constituer une grave violation des Conventions de Genève.
Évidemment, tout le monde souhaite voir les otages civils libérés, mais la prise forcée de soldats en otages n’est pas moins odieuse. La position publique d’Israël ne devrait pas faire de distinction entre les deux.
Les soldes folles continuent sur Aliexpress ! Dans le cadre de la vente, il y aura une baisse de prix sur une grande variété de produits Et les coupons sont particulièrement intéressants !! La liste des coupons contre une variété de produits :
  • 🛒 3$ de rabais sur les achats de plus de 29$ : Code promo OUTDOOR3
  • 🛒 8$ de rabais sur les achats de plus de 69$ : Code promo OUTDOOR8
  • 🛒 20$ de rabais sur les achats de plus de 169$ : Le code promo est OUTDOOR20
  • 🛒 30$ de rabais sur les achats de plus de 239$ : Le code promo est OUTDOOR30
  • 🛒 50$ de rabais sur les achats de plus de 369$ : Le code promo est OUTDOOR50
Allez sur la page de vente ici : https://s.click.aliexpress.com/e/_Dk87Pwp

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !