Nouveau « danger » en Israel : avoir beaucoup d’enfants !

0
547
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le peuple juif a été sévèrement battu démographiquement. La lutte avec les Arabes pour notre emprise sur la terre n’est pas terminée, et elle dépend de la naissance, ainsi que d’une immigration maximale et de la réduction de l’immigration non-juive sur la terre.

Nous avons récemment connu une vague d’avertissements concernant la croissance démographique d’Israël. On nous dit qu’il y a trop de monde ici, que nous sommes trop ultra-orthodoxes, et peut-être : trop juifs. Les enfants sont bruyants lors des jours de repos et les voitures familiales bloquent les routes.

🔳 ANNONCE 🔳

Au cours des décennies précédentes, un débat opposé avait eu lieu en Israël, autour des alarmes contre la perte imminente de la majorité juive dans le pays. Ils se sont appuyés sur des échecs, tels que le double comptage des Arabes de Jérusalem-Est (une fois en tant que résidents d’Israël et une fois en tant que résidents des territoires) et le mépris du déclin massif des Arabes du pays. A cela s’ajoute une réduction drastique du nombre de Juifs quittant le pays, une augmentation significative de l’augmentation naturelle du nombre de Juifs de toutes les couches sociologiques et culturelles (à l’exception des ultra-orthodoxes, dont l’augmentation s’est quelque peu ralentie) et un déclin constant de l’accroissement naturel arabe en Israël et dans les territoires « occupés ».

De tous ces phénomènes, le déclin du déclin et l’augmentation de la population naturelle des Juifs sont ce qui trouble la quiétude des écrivains de l’ancien journal sioniste Haaretz. L’un d’eux, Ofri Ilani, s’est accru et a appelé à la reprise de la « dynamique » d’immigration du pays et à « l’exportation » des Juifs, afin d’améliorer l’appartenance aux pays d’immigration (d’excellents résultats sont garantis, dans le meilleure expérience historique des séfarades et des Ashkénazes). Il est troublé par le fait qu’Israël soit un aimant pour les immigrants (pas assez) et pour les Israéliens, selon la réduction du nombre d’Israéliens retournant en Israël.

Naama Sorek et Ram Furman attaquent l’accroissement naturel juif, c’est d’un sens environnemental et c’est d’un sens de haine dégoûtante pour les ultra-orthodoxes. Toutes ces attaques sont ridicules et pathétiques : les gens ne décideront pas d’émigrer ou d’accoucher selon les considérations d’Ilani, Soreq et Foreman. Le fouet des réductions des pensions alimentaires pour enfants ne fonctionnera pas non plus. Israël s’est renforcé économiquement, alors que son État-providence est trop petit. Par conséquent, le public en Israël ne permettra pas de préjudice important à la pension alimentaire pour enfants. Les coupes opérées par le ministre des Finances Netanyahu ont été rendues possibles pendant une crise économique, et elles ont également eu un effet mineur. Dans un régime démocratique, contrairement à une dictature comme la Chine, l’influence du gouvernement sur la natalité est marginale.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Au début de l’État, par exemple, le gouvernement n’a pas réussi à persuader les Ashkénazes d’augmenter les familles, ou les Mizrahis de ne pas les réduire. Autre exemple : l’effondrement démographique brutal que connaît actuellement l’Europe, jusqu’à une crise socio-économique et culturelle, se déroule malgré une politique sociale très généreuse.

L’argument de la densité semble novateur, mais en fait il a une longue liste d’échecs dans les prédictions et un malentendu que la multiplicité est une ressource importante. Les revendications des écologistes découlent de la démographie du démographe Thomas Malthus à la fin du XVIIIe siècle selon laquelle la croissance démographique entraînerait la famine et la crise économique, aboutissant à un déclin récurrent de la population. Les Britanniques ont limité la montée de la détresse ashkénaze à Israël en raison d’une incapacité économique à absorber des millions de gens.

🔳 ANNONCE 🔳

Leurs revendications ont été reproduites dans l’establishment israélien dans les années 1950 et sont revenues aux positions de ceux qui s’opposent à l’immigration illimitée, par rapport à ceux qui la soutiennent, dirigés par David Ben Gourion et Golda Meir.

Les opposants de l’époque ne différaient pas substantiellement dans leurs revendications de ceux qui mettent en garde aujourd’hui, et ils n’ont pas moins souffert d’un aveuglement historique. Le peuple juif a été sévèrement battu démographiquement. C’est arrivé récemment. Ce n’est que maintenant qu’il commence à se rétablir .

La lutte avec les Arabes pour notre emprise sur le pays n’est pas terminée, et elle dépend de la naissance, ainsi que de l’immigration maximale et de la réduction de l’immigration non-juive dans le pays. Certes, on ne sait pas comment de telles considérations collectives affectent les décisions de naissance des familles. L’optimisme et la vitalité générale sont susceptibles d’avoir un impact plus important, et c’est peut-être le but de divers avertissements : assombrir le ciel, dissuader les enfants de naître.

Il faut résister à ces intimidations. Le moyen de sortir de la surpopulation est une agglomération urbaine concentrée et élevée en dehors du bloc de Tel-Aviv comme vers la zone métropolitaine de Be’er Sheva, Afula et Beit She’an, sans oublier la reconstruction massive de Ma’ale Ephraim dans la vallée du Jourdain, ou au bout de la route 5 depuis Rosh HaAyin  . Non moins important , il faut augmenter considérablement Katzrin, Ariel et Ma’ale Adumim, dont l’état est épouvantable et nécessite un traitement rapide.

Avi Barali

🟦 ANNONCE 🟦
🟦 ANNONCE 🟦