Les tambours de guerre battent en Europe : la Russie envahira-t-elle l’Ukraine ?

0
341
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Si l’on en croit l’administration Biden, les tambours de la guerre battent en Europe. Sur la base de rapports non divulgués sur les déploiements militaires en cours de Moscou, des responsables américains se sont rendus dans les capitales européennes pour mettre en garde contre d’éventuels plans d’ invasion russe contre l’Ukraine.

Un conflit semble encore improbable, mais la simple possibilité de violence met en lumière l’impuissance de l’Occident . Le secrétaire d’État Antony Blinken a indiqué que l’engagement des États-Unis envers l’Ukraine était « à toute épreuve » et que les États-Unis prendraient des « mesures appropriées » si Moscou entamait les hostilités, mais que la seule réponse « appropriée » serait de rester en dehors du conflit. combat ultérieur.

L’esprit de Vladimir Poutine n’est connu que de ses propres fonctionnaires, et peut-être de lui-même. Il ne fait aucun doute qu’il a peu de scrupules moraux contre une guerre d’agression, mais en réalité les décideurs politiques américains non plus, comme l’invasion de l’Irak. Cependant, il est une réincarnation improbable d’Adolf Hitler.

Poutine, ancien membre du mondain et cynique KGB, n’a jamais montré d’antagonisme particulier envers les États-Unis ou l’Europe ; en fait, il a été le premier dirigeant étranger à offrir son soutien au président George W. Bush après le 11 septembre. Et les griefs de Poutine contre Washington, y compris l’expansion de l’OTAN vers les frontières de la Russie et les révolutions colorées contre les régimes amis, étaient des actions que les États-Unis n’auraient pas tolérées dans leur voisinage.

De plus, la prédation de Poutine a été limitée. Au pouvoir depuis plus de deux décennies, son gouvernement ne s’est emparé que de la Crimée , historiquement partie de la Russie, et l’annexion, bien qu’illégale, a presque certainement été soutenue par la majorité des habitants. Moscou a également promu les séparatistes en Ossétie du Sud, en Abkhazie et dans le Donbass ukrainien. Cependant, le gouvernement Poutine n’a absorbé aucun d’entre eux, qui ressemblent pour la plupart aux équivalents géopolitiques des prix boob.

En effet, alors que le procès de Poutine s’est avéré peu impressionnant, son recours à la coercition, tout en augmentant, reste mesuré. Il compare la Russie, qui autorise, bien que manipulée, les élections, les partis d’opposition et les médias sociaux critiques, contrairement à l’Arabie saoudite et à la Chine, qui interdisent à presque tout le monde d’exprimer même une pensée indépendante. Que ce soit par principe ou par prudence, son gouvernement semble par tempérament réticent à prendre des mesures qui pourraient dégénérer en un conflit majeur.

A quoi s’attendre alors ?

Le moins probable est une invasion militaire totale. La Russie est la deuxième puissance militaire du monde et possède des armes nucléaires . L’Ukraine est loin derrière, à 25 ans. Cependant, c’est le plus grand pays d’Europe (à l’exception de la Russie). Le nationalisme est particulièrement fort à l’est et les Ukrainiens ont résisté au régime de Moscou après avoir obtenu leur indépendance à la fin de la Première Guerre mondiale et après le retour du régime soviétique dans la dernière partie de la Seconde Guerre mondiale. Contrôler ce pays de 44 millions d’habitants pourrait s’avérer plus difficile que gagner la guerre, surtout si les États-Unis et l’Europe armaient la résistance.
Incursion territoriale limitée possible, quoique encore improbable.Le simple fait de prendre « quelque » territoire ukrainien offrirait un avantage minimal. Bien que cela puisse éviter un engagement militaire plus général, et en particulier une implication de l’OTAN, une agression ouverte de toute ampleur est susceptible de produire un isolement économique et politique international. L’accaparement de terres le plus plausible serait de créer un « pont terrestre » vers la Crimée. Or, Moscou aurait pu le faire à un coût bien moindre en 2014. Par ailleurs, la Russie a depuis construit un véritable pont sur le détroit de Kertch, permettant une traversée « terrestre ». Prendre ce territoire n’apporterait aucun avantage politique non plus : ce serait probablement trop peu pour menacer la stabilité du gouvernement de Kiev, mais trop grand pour être ignoré.
Il s’agit très probablement de provocations militaires limitées, conçues pour créer un avantage suivies de pressions pour des concessions politiques.Moscou est mécontent du bilan du gouvernement Zelensky. Volodymyr Zelensky a été élu début 2019 après s’être engagé à rechercher la paix avec la Russie. Cependant, ses politiques semblent peu différentes de son prédécesseur. Et le soutien des alliés à Kiev est resté constant, même si l’adhésion à l’OTAN semble encore loin. Ainsi, l’impasse actuelle laisse Moscou dans un monde économique, incapable d’imposer un régime plus accommodant à Kiev, une politique moins hostile à Bruxelles, et une position plus accommodante à Washington. Certes, Moscou serait disposé à utiliser la force militaire pour améliorer sa position, mais dans ce cas, une telle action créerait probablement un contrecoup des deux côtés de l’Atlantique. Peu importe à quel point Poutine peut être satisfait d’entreprendre une action militaire,
Très probablement, le recours à la force sera menacé pour souligner la possibilité que la Russie continue d’agir militairement.Et puis faire pression pour des concessions politiques en Ukraine, l’Union européenne. Et à Washington. Zelensky peut être vulnérable à la pression. Il a récemment perdu sa majorité parlementaire. En octobre, les Pandora Papers ont révélé que lui et deux de ses principaux collaborateurs exploitaient des sociétés dans des paradis fiscaux, probablement pour cacher des richesses mal acquises. La prochaine fois qu’il affrontera les électeurs, ce sera en 2024. La prochaine course à la Rada doit se tenir au plus tard en octobre 2023. Des changements majeurs sont également en cours en Europe, avec des élections importantes cette année (Allemagne et Tchétchénie) et la ensuite (France et Hongrie). Bien que l’environnement à Washington semble être plus désespérément hostile à Moscou, même ici, il y a une marge de changement : l’administration Biden est faible et centrée sur la Chine, tandis queLe Russiagate a été dénoncé comme une fraude , réduisant l’attrait de Moscou en tant que cible politique.
Même cette dernière option n’est pas bonne, bien sûr. Cependant, la probabilité que la crise actuelle reste politique et ne se transforme pas en une crise militaire suggère l’importance de pousser à élargir les options diplomatiques. Cela nécessite de repenser les hypothèses qui dominent la politique américaine actuelle.

L’Ukraine n’est pas un allié du traité. Il ne doit pas être traité comme tel. Il existe des raisons impérieuses d’établir des conditions d’adhésion, comme dans le cas présent. L’Ukraine n’est pas un atout sécuritaire pour les États-Unis. Il faisait partie de l’Empire russe et de l’Union soviétique, qui n’ont jamais eu beaucoup d’importance à Washington, DC, à part fournir une autre « nation captive » à des fins de propagande.

En fait, la Russie, avec ou sans l’Ukraine, ne représente aucune menace pour les États-Unis : il n’y a pas de zones de conflit vitales, seulement des divergences sur des questions de plus en plus périphériques, comme le Moyen-Orient. Même s’il ne perdait pas grand-chose, Moscou gagnerait peu à une guerre avec les États-Unis. Si Moscou est une « menace » sérieuse pour l’Europe, c’est uniquement parce que les Européens préfèrent consacrer leurs ressources à des États-providence généreux plutôt qu’à des forces armées paresseuses, ce qu’ils peuvent faire parce que les administrations américaines successives insistent pour les défendre.

De plus, Moscou considère l’Ukraine comme un intérêt vital. Les responsables occidentaux ont induit les responsables soviétiques et russes en erreur au sujet de l’expansion de l’OTAN et ont encouragé des révolutions en Géorgie et en Ukraine contre les gouvernements pro-russes. L’intégration de Tbilissi et surtout de Kiev dans l’alliance transatlantique augmenterait considérablement les vulnérabilités militaires de la Russie . Imaginez Moscou renversant les gouvernements du Mexique et du Canada, puis les invitant à rejoindre le Pacte de Varsovie.

Washington devrait rechercher un compromis qui satisfasse les préoccupations légitimes de sécurité de la Russie, tout en maximisant la liberté d’action de Kiev. Les pays d’un mauvais voisinage ont longtemps dû ajuster leur comportement pour refléter les intérêts et les attentes de leurs voisins plus grands et plus puissants. En fait, pendant la guerre froide, la Finlande est devenue un phénomène de « finlandisation », reflétant l’accord de survie d’Helsinki avec l’Union soviétique : éviter de remettre en cause les attentes politiques et sécuritaires soviétiques importantes. Ce n’était certainement pas un bon résultat pour la Finlande, mais c’était mieux que les alternatives.

Dans le cas de l’Ukraine, tout accord commencerait par l’ engagement de l’OTAN de ne pas admettre Kiev. Les responsables de l’Alliance disent souvent qu’aucun pays extérieur n’a le droit de veto sur l’entrée, mais ce seraient les membres de l’OTAN qui prendraient la décision dans leur intérêt. Ils n’ont aucune obligation d’admettre une nation, peu importe à quel point ils souhaitent adhérer. Étant donné que le but de l’alliance est d’améliorer la sécurité de ses membres, ils ne devraient inclure aucun État qui réduit leur propre sécurité. Comme l’Ukraine (et la Géorgie).

Avec l’engagement de ne pas appartenir à l’OTAN comme base, d’autres questions pourraient être abordées : sanctions, intervention dans le Donbass, en Crimée, ingérence dans les élections, politique envers la Syrie, le Venezuela, la Corée du Nord et d’autres États, entre autres. . Il y a beaucoup de choses sur lesquelles on n’est pas d’accord, mais les différences pourraient être gérées et une voie ouverte pour que la Russie regarde à la fois vers l’ouest et l’est pour un partenariat. La diplomatie est l’art du possible, et ce n’est que par un effort sérieux que Washington pourra découvrir ce qui pourrait être accompli.

Une guerre à grande échelle contre l’Ukraine serait un désastre pour toutes les personnes impliquées : l’Ukraine, la Russie, l’Europe et les États-Unis. Cela reste peu probable, mais le spectre d’un conflit plane sur la possibilité d’une résolution diplomatique de la crise. La clé de toute résolution réussie est la détermination de Washington à ne pas être entraîné dans une guerre avec Moscou à propos de Kiev.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !