L’employé de Jeff Bezos a été kidnappé à Gaza, et malgré tout, son journal fait la promotion du Hamas

0
180
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le 7 octobre, Sasha Troufanov, un ingénieur d’Amazon, a été enlevé par le Hamas et son père a été assassiné. Le géant international de la technologie a gardé le silence à son sujet malgré les exhortations des collègues de Sasha et des membres de sa famille à s’exprimer.

Andy Jassy, ​​le premier PDG juif d’Amazon, a brièvement tweeté le 9 octobre que « les attaques contre des civils en Israël sont choquantes et douloureuses à regarder » et a affirmé qu’il avait « été en contact avec nos coéquipiers là-bas pour s’assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider à soutenir leur famille (sic) et leur sécurité, et à les aider autant que possible dans cette période très difficile.

Il a également promis d’être « en contact étroit avec nos partenaires humanitaires sur le terrain et de soutenir leurs efforts ». En espérant que la paix arrive le plus tôt possible.

Après ce message désinvolte, il n’y a eu aucune autre mise à jour.

Amazon a refusé de commenter car il serait « trop controversé » de s’exprimer contre l’enlèvement d’un de ses employés. Non seulement Sasha, mais aussi sa mère et sa grand-mère de 73 ans ont été kidnappées. Ils ont finalement été échangés contre des terroristes, mais pas contre Sasha.

La société a fait des déclarations publiques de soutien à l’Ukraine après la mort de George Floyd et sur d’autres questions politiques d’actualité, mais a évité de faire la moindre mention de l’attaque contre Israël.

Lorsque Amazon Web Services, pour lequel Sasha travaillait, a tenu sa conférence « re:Invent 2023 » à Vegas, certains de ses amis ont loué des camions d’affichage pour rappeler à AWS son membre disparu qui aurait dû être présent lors du lancement du produit, mais qui était à la place retenu captif par des terroristes.
Encore une fois, aucune réponse n’a été reçue par l’entreprise.

« Nous ne devrions même pas avoir à… demander à la direction de reconnaître qu’un employé a été enlevé », a déclaré un collègue .

En interne, les employés musulmans d’Amazon ont exprimé leur soutien au terrorisme et l’entreprise a refusé de reconnaître les Juifs comme un « groupe d’affinité » aux côtés des groupes d’affinité noirs, gays, autochtones, Latinos et « body positive ».

Après la mort de George Floyd, Amazon a dénoncé ce qu’elle qualifiait de « traitement inéquitable et brutal des Noirs ». Le fondateur Jeff Bezos a publié l’e-mail d’un client se plaignant du soutien du monopole de vente au détail à Black Lives Matter et a ricané : « vous êtes le genre de client que je suis heureux de perdre ».

Quel type d’employés est-il heureux de perdre ? La vie de qui n’a pas d’importance ?

Alors qu’Amazon est resté silencieux, le Washington Post , journal appartenant à son président exécutif, Jeff Bezos, n’a jamais cessé d’attaquer Israël ou de diffuser la propagande du Hamas.

Le Washington Post a passé la guerre du 7 octobre à répéter sans réserve la propagande du Hamas tout en promouvant les fausses affirmations selon lesquelles Israël est coupable d’« apartheid » et de « génocide ».

Même si la couverture médiatique a été terrible en général, le Post a quand même réussi à être pire.

Le 7 octobre, le Washington Post a présenté le massacre d’Israéliens comme une réponse aux Israéliens qui provoquaient le Hamas en vivant à Jérusalem et en visitant le Mont du Temple : le lieu le plus saint du judaïsme. En novembre, le journal a utilisé des chiffres déformés pour diffamer Israël en le accusant de « tuer des enfants à un rythme sans précédent dans les conflits du 21e siècle ». Sean Durns, analyste principal de recherche de CAMERA, a accusé le journal d’affirmer que « l’on peut parfois faire confiance au ministère de la Santé dirigé par le Hamas pour le décompte des victimes ».

La propagande obsessionnelle du Post n’a rien négligé et ainsi, lorsqu’Israël a fourni des soins médicaux gratuits aux nouveau-nés arabes musulmans de Gaza, le journal a titré comme suit : « La guerre d’Israël avec le Hamas sépare les bébés palestiniens de leurs mères ».

Lorsque le Post a voulu trouver un exemple de « voyeurisme brutal » dans la guerre, il n’a pas commencé par les images du Hamas montrant des terroristes assassinant et kidnappant brutalement des civils, mais par une unité de la marine israélienne tirant sur des terroristes du Hamas tentant d’attaquer Israël, ce que le journal a tenté de trouver. décrit comme « utilisant des fusils d’assaut et des grenades pour faire exploser des personnes flottant dans l’eau ».

Lorsque l’article a finalement commencé à mentionner les images des atrocités du Hamas, il les a décrites comme de la propagande israélienne distribuée pour « enrager » les Américains et le soutien américain à Israël a été décrit, dans un autre article, comme étant dû à « l’influence de plusieurs décennies de un lobby puissant.

Plus tôt en 2023, le Washington Post a franchi une ligne lorsqu’il a publié un article décrivant comment ses journalistes s’étaient intégrés dans une « branche des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, répertoriée comme groupe terroriste par Israël et les États-Unis ». En échange de cette propagande, le journal a accepté « que les noms complets et les lieux précis ne soient pas divulgués », ce qui signifie que le journal collaborait avec un groupe terroriste islamique.

Mais il existe des inquiétudes plus larges concernant le Washington Post qui englobent non seulement le journal, mais aussi Bezos et les États qui soutiennent le Hamas au Qatar. La figure pro-islamiste la plus virulente du Post est Karen Attiah. Attiah, fille d’immigrants africains, est la rédactrice en chef du journal Global Opinions et son propagandiste polyvalent qui mène la guerre contre le monde non musulman.

Attiah est devenu célèbre lors du canular Jamal Khashoggi dans lequel le vieil ami d’Oussama ben Laden a été faussement présenté comme un journaliste et un militant des droits de l’homme, alors qu’en réalité il était un partisan du terrorisme islamiste qui faisait la promotion du matériel créé pour lui par ses sponsors au Qatar. . Le montage de son livre sur le partisan du terrorisme a depuis été interrompu pour des raisons inconnues.

Mais plutôt que de payer le prix de son implication dans le canular Khashoggi, Attiah l’a utilisé pour accroître sa notoriété tout en répandant des mensonges au profit des islamistes.

Attiah a attaqué la France pour avoir tenté de réprimer le terrorisme musulman en affirmant faussement que le président Macron « veut donner des numéros d’identification aux enfants musulmans pour qu’ils puissent aller à l’école ». Plutôt que de subir des conséquences, le Washington Post lui a permis d’écrire un article dans lequel il se plaignait que la France répondait aux décapitations de sa population par des musulmans avec une « fragilité fiévreuse ». Elle a affirmé que le Brexit était motivé par « l’islamophobie », tout comme la lutte contre les « crimes d’honneur » parmi les musulmans.

Il n’est donc pas surprenant qu’Attiah ait passé la guerre du Hamas dans un état de fureur sans fin.

Attiah a déclaré qu’elle « ne pardonnerait jamais » à Biden son soutien à Israël et a affirmé une semaine après les attaques du Hamas que « les gens se montrent d’accord avec le génocide ».

« Ce n’est pas une guerre contre le Hamas. C’est Israël qui mène un massacre punitif de style colonial contre les Palestiniens », a-t-elle soutenu. « Ce qu’Israël et les États-Unis font en temps réel aux Palestiniens active des traumatismes très récents et non guéris liés à la violence occidentale contre les Africains », a-t-elle affirmé.

Les Juifs israéliens, affirmait-elle, étaient des colons. Et elle a suggéré que les Juifs perpétraient un Holocauste contre les Musulmans. « La barbarie d’Israël ne connaît pas de limites », a-t-elle crié.

En décembre, la faim désespérée d’Attiah pour la propagande pro-terroriste l’avait réduite à attaquer Beyoncé pour ne pas avoir boycotté Israël. « Lorsqu’il s’agit de parler d’Israël et de Gaza, son silence en dit long sur l’immense pouvoir culturel – et l’impuissance structurelle – des femmes noires. »

La présence d’Attiah au Washington Post et le silence de Jeff Bezos alors qu’un de ses employés est en captivité par le Hamas font partie d’un schéma. Après le canular Khashoggi du Post , Bezos a affirmé que des photos de lui nu avaient été piratées par l’Arabie Saoudite ; aurait été offensé par le soutien du journal à l’opération de changement de régime qatari en utilisant la poste comme plate-forme.

L’histoire déconcertante et sordide des peccadilles d’un milliardaire avait des implications plus vastes. Ce n’était pas seulement un rédacteur voyou qui défendait les intérêts du Qatar, c’était l’un des hommes les plus riches du monde.

Et le Qatar soutient le Hamas.

Pourquoi Amazon ne s’attaque-t-il pas à l’enlèvement d’un de ses employés par le Hamas ? Est-ce à cause de son président exécutif et des liens de son journal avec l’État sponsor du Hamas ?

Jeff Bezos prétend être un humanitaire, mais ni lui ni son entreprise n’ont rien à dire sur son propre employé enlevé. Alors que l’entreprise de Bezos n’a rien à dire sur Sasha Troufanov, son journal fait la promotion de la propagande du Hamas.

La vie de ses employés n’a pas d’importance pour Bezos, mais celle du Hamas, oui.

 

Articles en soldes

Épaisse Bottes Plateforme Chaude Chaussures Décontractées Prix original: ILS 359.41 Prix actuel : ILS 186.90 Cliquer & Acheter: https://s.click.aliexpress.com/e/_mNC34bw Code Infos Israel News sur AliExpress : ALCKGQYB

IMPORTANT : Nous sommes tous des bénévoles et préparons des repas aux soldats lors de cette guerre innatendue.

Pour faire un don par Paypal ou CB , cliquez sur le bouton "Faire un don" par PAYPAL OU CARTE BANCAIRE :

COUPONS REDUCTIONS SUR ALIEXPRESS VALABLE JUSQ'AU 17 Novembre

❤️ Pour un minimum d'achat de 250 $ : remise de 40  $ - COUPON AEUS40

https://s.click.aliexpress.com/e/_onQkZdz

❤️Pour un minimum d'achat de 100 $ : remise de 15 $ - COUPON US15

https://s.click.aliexpress.com/e/_olcADIP

REJOIGNEZ NOUS

Vous pouvez nous joindre sur notre canal Telegram afin de mettre fin à la censure sur Facebook qui vous empêche de voir notre fil d'actualités depuis plus de deux années ! : https://t.me/infoisraelnews

De vous réabonner à ma timeline sur Facebook : https://www.facebook.com/alyaexpress/
De vous réabonner sur notre page Facebook :
De vous joindre sur notre Twitter : https://twitter.com/InfosIsraelNews
Ce sont les liens de tous nos sites d'informations :
Alyaexpress-News : https://alyaexpress-news.com/
Infos Israel.News : https://infos-israel.news/
Rak Bé Israel : https://rakbeisrael.buzz/
CQVC.online : https://cqvc.online/
La Roulotte du Hayal : https://sosnetivot.com/

 

 

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !