🟦 ANNONCE 🟦

Le tribunal de la Haye accorde un mois à Israël pour demander le report de l’enquête sur les crimes de guerre

0
246
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La Cour pénale internationale (CPI) a confirmé jeudi qu’elle avait envoyé des notifications formelles à Israël et à l’Autorité palestinienne au sujet de son enquête imminente sur d’éventuels crimes de guerre, leur donnant un mois pour demander le report montrant qu’ils mènent leurs propres enquêtes.

Plus tôt ce mois-ci, la CPI a annoncé qu’elle enquêterait sur d’éventuels crimes de guerre commis par Israël et les Palestiniens à la suite d’une demande des Palestiniens, qui ont rejoint le tribunal en 2015 après avoir reçu le statut d’observateur non membre à l’Assemblée générale de l’ONU.

🔳 ANNONCE 🔳

Israël a condamné l’enquête, accusant la CPI de partialité et affirmant qu’elle n’était pas compétente car les Palestiniens n’ont pas d’État. Israël n’est pas membre de la CPI, mais ses citoyens pourraient être détenus à l’étranger si des mandats d’arrêt sont émis.

Le bureau du procureur de la CPI a confirmé dans une déclaration écrite à l’Associated Press que le 9 mars, les lettres ont été envoyées à tous les États membres de la Cour et aux États qui exercent normalement leur juridiction, y compris Israël et l’Autorité palestinienne.

Les responsables israéliens et palestiniens ont refusé de commenter.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

La Treizième chaîne a rapporté mercredi qu’Israël avait reçu la lettre de la CPI détaillant formellement la portée de son enquête sur les crimes de guerre contre Israël et les groupes terroristes palestiniens. Selon le rapport, le Conseil national de sécurité s’est réuni pour commencer à formuler la réponse d’Israël.

Le rapport indique que la lettre d’une page et demie décrit brièvement les trois principaux domaines que l’enquête vise à couvrir: la guerre de 2014 entre Israël et le Hamas; La politique de colonisation israélienne; et les manifestations de la Grande Marche du retour de 2018, une série de manifestations violentes le long de la frontière de Gaza avec Israël qui ont fait des dizaines de morts parmi les Palestiniens.

L’enquête examinera également les tirs de roquettes terroristes de Gaza sur des zones civiles en Israël.

Israël pourrait répondre à la lettre en détaillant ses propres efforts pour enquêter sur d’éventuels crimes et demander des comptes à ses citoyens. Si le tribunal est satisfait du processus, il pourrait lui permettre de se dérouler sous le contrôle périodique de la CPI, reportant voire annulant sa propre enquête.

Israël pourrait se prévaloir de cette option dans le cas d’allégations relatives à la violence à Gaza, car il affirme qu’il mène régulièrement des enquêtes et punit les violations commises par ses propres troupes.

Mais la construction en Judée-Samarie, qu’Israël a capturé à la Jordanie lors de la guerre des Six jours de 1967 et que les Palestiniens veulent pour leur futur État, est une politique officielle de l’État qui remonte à des décennies et est considérée comme illégale. communauté.

Les Palestiniens ont exprimé leur indignation à l’idée que la CPI enquête sur les tirs de roquettes terroristes ou sur l’utilisation de civils comme boucliers humains par le Hamas, qui dirige Gaza, et d’autres groupes terroristes. Ils considèrent ces actions comme de la légitime défense et il est très peu probable qu’ils demandent un report en lançant leur propre enquête.

🟦 ANNONCE 🟦<

Le rapport de la Treizième chaîne affirme que Jérusalem a tendance à répondre à la lettre après avoir largement refusé de coopérer avec le tribunal international basé à La Haye jusqu’à présent.

Les responsables israéliens espèrent que l’argument juridictionnel retardera l’affaire jusqu’à ce que la procureure en chef sortante de la CPI, Fatou Bensouda, soit remplacée en juin par le britannique Karim Khan, que Jérusalem espère être moins hostile ou même annuler la recherche.

Plus tôt ce mois-ci, plusieurs responsables ont déclaré à la Treizième chaîne qu’ils craignaient que la CPI ne commence à émettre des mandats d’arrêt contre d’anciens officiers de Tsahal dans les mois à venir.

Bensouda a annoncé le 3 mars qu’elle ouvrait une enquête sur les actions menées par Israël et les Palestiniens en Cisjordanie , à Gaza et à Jérusalem- Est depuis 2014. L’annonce de l’enquête est intervenue moins d’un mois après que le tribunal s’est déclaré compétent pour ouvrir une enquête. . L’enquête préliminaire pour résoudre la question de la justiciabilité a duré plus de cinq ans.

Pendant ce temps, le président Reuven Rivlin et le chef de Tsahal Aviv Kohavi ont lancé un appel à l’opposition à la CPI lors d’une tournée européenne qui les a conduits cette semaine en Allemagne, en Autriche et en France.

« Toute tentative de se tordre les mains d’Israël par le biais d’organismes internationaux par l’exploitation cynique ou politique du droit international est vouée à l’échec », a déclaré Rivlin jeudi à Paris.

Ramallah prépare l’enquête depuis des années, prépare des documents et soumet des dossiers à la CPI sur ce qu’elle considère comme des crimes de guerre israéliens.

Les observateurs israéliens ont noté l’importance du moment choisi pour l’enquête: le 12 juin 2014, des terroristes du Hamas ont enlevé et assassiné trois adolescents israéliens dans la région de Gush Etzion en Cisjordanie. L’enquête Bensouda – basée sur la demande présentée par le soi-disant État de Palestine – débutera le lendemain.

L’attaque terroriste brutale, qui a horrifié les Israéliens et suscité la condamnation internationale, a marqué un tournant dans la préparation des combats à Gaza ce même été. L’enquête débutera le 13 juin 2014, de sorte que le crime pourrait être exclu de l’enquête du tribunal.

Via: Avec des informations du Times of Israel