Le Hezbollah affirme être prêt à discuter d’un nouvel ordre politique au Liban

0
312
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dimanche que le mouvement chiite était ouvert à la discussion d’un nouvel ordre politique au Liban si toutes les factions étaient d’accord avec lui , tandis que les donateurs étrangers réclamaient de profondes réformes pour faire face aux multiples crises dans le pays.

La présidence a convoqué lundi des consultations parlementaires pour choisir un nouveau Premier ministre après que le gouvernement, qui a pris ses fonctions avec le soutien du Hezbollah et de ses alliés, a démissionné suite à l’ explosion du port de Beyrouth ce mois-ci.

Publicité

Les commentaires de Nasrallah suggèrent que le groupe est prêt à discuter de changements plus profonds.

 » Le président de la France lors de sa dernière visite a demandé un nouveau contrat politique … Nous sommes ouverts à toute discussion discrète pour un nouveau contrat politique, mais à la condition qu’il soit exécuté avec l’accord de toutes les factions libanaises  » , a déclaré Nasrallah dans un discours.

Il a dit que le mouvement soutenait « les réformes dans toute la mesure » s’il y avait un mécanisme pour se mettre d’accord sur elles. Le président français Emmanuel Macron , qui se rendra à nouveau à Beyrouth lundi, a présenté les réformes que les politiciens locaux doivent entreprendre pour débloquer l’aide étrangère afin de lutter contre une crise financière profonde basée sur la corruption et la mauvaise gestion, y compris un gouvernement intérimaire capable de promulguer le changement et les premiers sondages parlementaires.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

RIVAUX ET FACTIONS

Jusqu’à présent, peu de progrès ont été accomplis pour s’entendre sur un Premier ministre au milieu des rivalités politiques et des affrontements entre factions. Dans le cadre du système sectaire de partage du pouvoir au Liban, le Premier ministre doit être un musulman sunnite.

Le Hezbollah et son allié chiite Amal veulent le retour de Saad al-Hariri , le considérant comme capable de galvaniser le soutien étranger.

Mais cela a rencontré la résistance de diverses parties, y compris le président chrétien maronite allié du Hezbollah, Michel Aoun, et son gendre, le chef du Mouvement patriotique libre, Gebran Bassil , qui est en conflit avec Hariri depuis l’année dernière.

Le Hezbollah et ses alliés ont une majorité parlementaire.

La démission du gouvernement a aggravé l’incertitude dans le pays, dont l’élite politique a été la cible de la colère du public face à l’effondrement économique et à l’explosion du 4 août, qui a utilisé pendant des années des matériaux hautement explosifs stockés de manière non sécurisée.

Les ministres ont continué à travailler sur une base intérimaire jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit convenu.

Publicité

Dans son discours télévisé, Nasrallah a également demandé à l’armée libanaise d’annoncer les résultats de son enquête technique sur l’explosion qui a tué 190 personnes, blessé quelque 6 500 personnes et détruit des pans de Beyrouth

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]
Publicité infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !