La tragédie oubliée de la communauté juive tunisienne

0
635
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie était l’un des pays les plus gravement touchés par l’armée allemande, parmi les pays d’Afrique du Nord. Pendant environ six mois, l’occupation nazie a été ressentie en Tunisie – des milliers de Juifs sont passés par les camps de travail et beaucoup ont été tués, à la fois de maladie et alors qu’ils travaillaient pour les Allemands et ont été touchés par les bombardements alliés.

Le professeur Haim Saadoun est le fils d’un survivant de l’Holocauste de la ville tunisienne de Sfax, et il n’a entendu ce que son père a vécu qu’après de nombreuses années de silence. Il est actuellement membre senior du corps professoral du Département d’histoire de l’Université ouverte et directeur du Centre de documentation pour les juifs d’Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fait souvent des recherches sur le sujet et travaille à le sensibiliser.

🔳 ANNONCE 🔳

« Il n’y a aucun autre pays en Afrique du Nord qui a été aussi significativement affecté par l’occupation allemande », dit le professeur Saadon. Il est resté intact, et les Allemands ont rejoint en tant que force significative qui a également influencé la politique envers les Juifs.
« L’occupation de la Tunisie au milieu de la guerre était due à des considérations militaires allemandes sur le développement de la Seconde Guerre mondiale en Afrique du Nord. » L’occupation de la Tunisie était une réponse à ces deux mouvements militaires, et l’objectif était de mettre un tampon entre les forces britanniques qui sont venues de Libye vers la Tunisie et les forces américaines qui sont venues d’Algérie vers la Tunisie.  »

Travail acharné entre les bombardements

Les forces SS arrivées en Tunisie avec l’armée allemande étaient chargées de s’occuper de la population juive, comme ailleurs dans le monde. A la tête de ces forces se trouvait Walter Rauf, un officier spécialisé dans l’extermination des Juifs d’Europe de l’Est dans des camions à essence. Lui et son peuple ont poursuivi une politique juive plus ou moins similaire à celle reconnue en Europe, et cela s’est reflété, entre autres, dans la mise en place d’un conseil de la communauté juive à travers lequel ils contrôlaient la communauté. Par exemple, en lui infligeant de lourdes amendes.
«La communauté juive devait fournir aux Allemands au moins 5 000 jeunes hommes âgés de 17 à 50 ans qui serviraient de main-d’œuvre au profit de l’armée allemande», explique le professeur Saadoun.

«Les Allemands devaient de la main-d’œuvre à des fins diverses et certains des Juifs étaient détenus dans des camps de travail. Certains des camps étaient en première ligne de la guerre et là, les Juifs vivaient dans des conditions très difficiles, faisaient un travail physique très dur. Il y en avait 24. camps, on ne sait pas combien de juifs ont été recrutés, mais il y en a des milliers. « Ils n’ont pas adopté une politique de massacre de juifs en Tunisie. Il y a des cas isolés de meurtre, mais pas de façon systématique, mais beaucoup ont été tués au cours de leur travailler dans les camps.  »

Le père de Haim, Yaakov, a écrit dans ses mémoires: «Les Juifs de 18 ans ont été recrutés pour des travaux forcés dans les aéroports touchés par les bombes américaines. De plus, le port et la gare. Les Juifs travaillaient dans les services et devaient porter des vêtements. l’insigne jaune pour se différencier des Français et des autres peuples comme les Italiens « Les Grecs, les Maltais (Malte), etc … De nombreux ouvriers ont été tués pendant leur travail à la suite des bombardements américains et britanniques. »

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Seule la pluie a étanché la soif

Concernant la séparation des juifs du reste de la population, le professeur Saadon poursuit: «Dans certaines villes de Tunisie, les juifs se promenaient avec des badges jaunes, par exemple dans la ville de Sfax. C’est la première fois que les juifs de Tunisie ont ont dû faire face à une si grande difficulté et à une situation si complexe qu’ils ne savaient pas auparavant. Ils ne savaient pas combien de temps cela allait durer, ce n’était pas limité dans le temps, c’était une période terrible pour eux.
«De nombreux Juifs d’Afrique du Nord ont écrit des journaux, des mémoires et des plaintes sur leur situation pendant la Seconde Guerre mondiale. Les dirigeants communautaires ont publié certaines des histoires immédiatement après la guerre. Beaucoup d’informations ont été publiées, et nous sommes exposés à ces choses au fil des ans. Il y a quelques années, nous avons publié le journal d’un Juif nommé Kalmo Hori. Dans lequel il a écrit une description quotidienne de ses expériences et de celles de sa famille – comment les Allemands ont confisqué leur maison, et ils ont tous dû être entassés dans une pièce d’une autre famille dans le quartier où ils vivaient. Les gens écrivaient beaucoup, nous appelons les gens à raconter leur histoire car il est important de savoir ce qui est arrivé à cette communauté. Ces histoires ont une valeur.  »

🔳 ANNONCE 🔳

L’Institut Ben-Zvi de Jérusalem a été créé pour préserver l’héritage de la communauté juive d’Afrique du Nord et a établi un centre de documentation pour les Juifs d’Afrique du Nord pendant la guerre. Les écrits du père de Saadoun sont au centre et vous pouvez y lire et en apprendre davantage sur le passé des Juifs. «Les Allemands ont attrapé mon père, un juif blond de 14 ans aux yeux bleus, qui l’a sauvé parce qu’ils pensaient qu’il n’était pas juif à cause de son apparence. Mon père a écrit beaucoup de lettres gardées avec moi, mais pour la plupart part il n’a pas parlé de la guerre. Je ne comprenais pas pourquoi ça lui en prenait autant. Pendant si longtemps, il s’est avéré qu’il lui était très difficile de parler de cette période, une sorte de post-traumatisme », raconte le Pr Saadon .

D’après les mémoires du père Yaakov: «Nous avons vécu dix personnes au sous-sol, proches les unes des autres comme des sardines. C’est ainsi que nous avons commencé notre premier exil.» Presque sur la tête. Nous avons quitté le premier abri et nous étions à environ 10 kilomètres de la ville. Ici, nous étions plus confiants, du moins c’est l’impression que nous avons eue.  »

«La famille de mon père, comme beaucoup de familles à Sfax, a fui vers un village arabe, à la fois à cause des bombardements de la ville et à cause de la peur des Allemands», explique le professeur Saadoun. Il leur a loué un sous-sol dans un appartement du Village arabe d’al-Grawa, où ils vivaient à l’époque allemande, et à partir de là, mon père a vécu des expériences différentes et difficiles. Jusqu’à ce qu’il pleuve, ils n’avaient même pas d’eau.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦