La lutte d’une descendante de l’holocauste pour la justice: « Ils n’ont pas volé notre terre, mais aussi l’histoire de ma famille »

0
140

Ann Drillich, médecin de Melbourne, fille de survivants polonais de l’Holocauste, est un cas rare chez un Juif qui possède une église catholique. La structure en briques, Notre-Dame du Scapulaire, se situe sur la propriété ancestrale de Drillich, dans la ville médiévale de Tarnów, près de Cracovie.

Sa défunte mère, Blanka Drillich née Goldman, a hérité de la terre à la fin de la seconde guerre mondiale. À l’âge de 18 ans, Blanka était la seule héritiere vivant du domaine Goldman. Toutes les autres personnes ont péri dans le ghetto de la ville: elle a retrouvé sa mère abattue dans son lit.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Mais Drillich n’est jamais entrée dans cette église.

«J’ai essayé d’y entrer une fois», se souvient-elle. « Elle était verrouillée. »

La raison: en 1987, avec l’aide d’un ami de confiance des Drillich, l’église catholique de Pologne a effectivement volé le terrain et construit la maison de culte sur le site. Les Drillich ne savaient pas. Ann Drillich n’a appris l’existence du vol qu’en 2010, lorsqu’elle a ordonné une recherche dans les archives publiques de la succession de sa famille.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

«Au début, le choc de la trahison a pris du temps à s’installer», dit-elle. «Et l’idée que derrière l’injustice se trouve une église.

«La famille de ma mère était l’une des plus importantes de la ville. C’était comme s’ils avaient volé non seulement notre terre, mais aussi l’histoire de ma famille. »

C’est ainsi qu’a commencé une bataille coûteuse, traumatisante et grandissante qui a opposé cette femme méticuleuse dotée d’une sensibilité scientifique à une puissante institution religieuse.

L’église a fait appel. En panne. Obstrué. Contre-poursuivi. Les tribunaux polonais, quant à eux, ont rendu justice à Drillich, encore et encore. Et encore une fois, dans une décision finale en 2016, lorsque trois juges de tribunal de district ont conclu que l’église avait agi de « mauvaise foi » en acquérant le terrain « abandonné ».