La destitution du commandant des renseignements de l’armée de l’air syrienne a un lien avec Israel

0
126

Dimanche, le régime syrien a remplacé les chefs des coulisses des départements du renseignement aérien, de la sécurité, de la politique, de la sécurité pénale et de la sécurité de l’État.

Selon certaines sources, le désaveu incluait notamment le renvoi de 2009 de Jamil Hassan, chef de la division du renseignement de l’armée de l’air syrienne, et surnommé le « parrain des canons » en raison de la méthode brutale consistant à lancer des barils d’explosifs sur des civils en Syrie.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

À la place de Hassan, le régime syrien a nommé le major-général Ghassan Ismail, qui avait été son adjoint. Le régime d’Assad publie rarement des rapports officiels sur les décisions prises concernant les changements apportés par les commandants militaires et les services de renseignement.Le régime d’Assad envoie des mémorandums internes sur ces nominations, mémos publiés ultérieurement dans des pages d’information favorables au régime d’Assad.

Hassan était l’un des officiers les plus importants en Syrie, accusé d’avoir commis divers crimes, notamment l’utilisation de moyens barbares.

En mars dernier, les États-Unis ont demandé au Liban d’extrader le chef des services de renseignement de l’armée de l’air syrienne en Allemagne.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

« Le procureur fédéral allemand a émis un mandat d’arrêt contre le général en juin 2018 pour crimes contre l’humanité et sur la base d’une plainte de réfugiés syriens vivant en Allemagne », a déclaré le ministère allemand des Affaires étrangères dans un communiqué.

Pendant ce temps, l’envoyé spécial américain en Syrie, James Jeffrey, a poussé l’Allemagne dimanche à renforcer son implication militaire dans la lutte contre Daesh en Irak et en Syrie .

Des sources de l’opposition ont déclaré à Asharq Al-Awsat que la base de Tandif, lors de la réunion à la frontière syro-irako-jordanienne, avait maintenant ouvert ses portes pour accepter les résidents comme partenaires des activités de la base.

Les sources ont indiqué que les nouveaux partenaires seraient formés dans les camps jordaniens.

Entre-temps, après la décision d’Assad de changer de garde dans ses coulisses du renseignement, l’Allemagne a déjà réagi avec modération, ce qui joue aussi secrètement entre les mains de l’Iran en aidant le plus proche allié d’Assad du Golfe.

Voici le cadeau allemand: l’Allemagne rejette la demande américaine d’envoyer des troupes au sol en Syrie. Lundi, l’Allemagne a rejeté l’appel lancé par les Etats-Unis pour déployer des troupes terrestres en Syrie afin de combattre les membres de Daesh restés en Syrie.

Un geste qui nuit à l’image des États-Unis et qui crée en même temps une sorte de réconciliation interne en Syrie des résidents de la région sous le régime d’Assad.

Et maintenant, voici le lien avec Israël :

Après une réunion avec des responsables israéliens, Jamil al-Hassan a été limogé de son poste de chef de la division du renseignement de l’armée de l’air syrienne, selon Al-Maudun.

Selon des médias pro-syriens, le président Bashar al-Assad a libéré le responsable des services de renseignement de l’armée de l’air, Jamil al-Hassan, quelques jours après la prorogation de son mandat.

Le limogeage de Hassan intervient quelques jours après une réunion entre lui et des officiers israéliens près de la frontière du plateau du Golan.

En outre, comme déjà mentionné, le chef des services de renseignement de l’armée de l’air syrienne, Jamil al-Hassan, qui a été licencié, figure sur la liste des sanctions imposées par l’Union européenne depuis 2011, ainsi que sur d’autres éléments clés, ainsi que sur la liste des crimes internationaux d’Interpol.

Les sources ont indiqué que le major-général Ghassan Jodat Isma’il avait reçu le poste de chef des services de renseignement syriens à la place de Hassan.

La source a déclaré à Al-Mawdoon qu’une réunion avait eu lieu entre des officiers du régime syrien, dirigés par le major général Jamil al-Hassan, chef de la division du renseignement de l’IAF, et le commandant du G-5, ainsi que des officiers du renseignement israéliens, le 30 juin, 2019, près de la société « Al Safra », à Umm al-Lokkos, près de la frontière avec les hauteurs du Golan.

Le point de rencontre est un poste d’observation russe placé sous la supervision de la police militaire russe, qui a coordonné la réunion.

La source a déclaré à Al-Mudun que Jamil al-Hassan était présent à la réunion après son voyage dans la région à bord d’un convoi de 10 véhicules tout terrain, certains équipés de mitraillettes.

Selon des sources d’Al-Modun, certains des officiers ayant participé à la réunion appartiendraient au groupe « Al-Maudun », qui, dans le passé, était également commandant des groupes rebelles et entretenait de « bonnes » relations avec l’armée israélienne.

Il y avait également le commandant de la brigade Hurbin, Alaa Zakaria al-Khalqi, et le commandant de la brigade Shuhada, Khaled al-Zamel.

Le commandant militaire du Front révolutionnaire syrien, Ahmad Hamidi al-Musa, a été arrêté par le régime il y a deux mois et libéré sous la pression russe quelques jours avant la réunion.

Les sources ont constaté que la réunion avec les représentants israéliens avait duré plus de quatre heures, sans parvenir à une entente ou à des résultats importants.

Les sources ont également indiqué que la zone de la réunion était très fermée – toutes les routes menant au lieu de la réunion étaient fermées, ainsi que les villes et villages à proximité.

Les Israéliens ont proposé au général Hassan les points suivants:

La cinquième colonne devrait faire partie de l’appareil militaire du régime syrien, afin de retirer les milices iraniennes de la région et de les retenir à 55 kilomètres de la frontière avec les hauteurs du Golan. Israël financera les activités de lutte contre ces milices.

Selon des sources d’Al-Modun, le major-général Hassan a rejeté l’offre israélienne et a quitté la réunion sans accepter aucun des points présentés par les Israéliens.

La rencontre avec Israël a échoué, suivie par de lourds bombardements israéliens, qui ont touché des unités militaires dans toute la Syrie, lors d’une attaque majeure du genre en plusieurs mois.

Les sources ont déclaré à Al-Maudun que la probabilité d’attaques israéliennes était une réponse au refus de Hassan d’accepter la proposition israélienne.

En fait, Hassan a refusé de renvoyer les milices iraniennes de la région, alors que le régime d’Assad avait promis à Israël de défendre la zone de désengagement convenue en 1974 et d’empêcher les Iraniens et le Hezbollah d’entrer sur le territoire.

Ici aussi, Assad réalise trois intérêts en un seul geste: premièrement, en réduisant la pression exercée par la Russie sur lui pour qu’il respecte l’accord de désengagement conclu entre Israël et la Syrie.

Deuxièmement, un certain jeu contre l’Occident et l’apaisement des positions israéliennes, ainsi que, semble-t-il, la pression américaine sur Poutine et Assad, réduisant ainsi les arguments d’Israël pour des attaques en Syrie et autorisant indirectement l’Iran à poursuivre ses fortifications avec des missiles et des armes au-delà de la zone interdite.

Le commandant de la nouvelle force aérienne syrienne (à droite) et le commandant déchu (à gauche)

Le copié collé des contenus pour les sites et blogs est interdit, seul le lien URL est autorisé . Contactez nous en cas de besoin : [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !