Ignorer, excuser, permettre : l’érudite de la Sorbonne examine l’attitude des médias français

0
210
Des manifestants manifestent à Paris contre l'antisémitisme, mars 2018. Photo: Reuters / Gonzalo Fuentes.
Dans la semaine qui s’est écoulée depuis l’annonce judiciaire sur le meurtrier de Sarah Halimi, une femme juive de 65 ans battue à mort dans son domicile à Paris par un intrus antisémite en avril 2017 .
Ce même islamiste qui pourra être libéré sans jugement pour des raisons de santé mentale, et où les médias français ont dûment rapporté ce dernier développement et sont rapidement passés à autre chose.

Cette attitude désintéressée a défini l’approche des médias français à partir du moment où il est devenu évident que le tueur et voisin de Sarah Halimi, Kobili Traoré l’avait déjà visée avec des insultes antisémites et avait lancé des slogans tels qu’Allah Akhbar, alors qu’il la battait sans pitié , avant de la jeter par la fenêtre du troisième étage menant à sa mort.

Selon Yana Grinshpun, une spécialiste de l’antisémitisme à la prestigieuse université de la Sorbonne à Paris, l’attitude des médias découle d’un refus idéologique de reconnaître que l’antisémitisme au sein de la communauté musulmane est une réalité sinistre.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Yana Grinshpun a présenté un article sur l’attitude des médias français face à l’antisémitisme lors d’une grande conférence à Berlin le mois dernier, co-parrainée par l’Institut pour l’étude de l’antisémitisme contemporain ( ISCA ) de l’Université d’Indiana.

Dans son discours, elle a cité une observation révélatrice faite par Mohamed Merah – le tireur islamiste qui a assassiné trois soldats français, trois enfants juifs et un enseignant juif au cours d’une semaine de tueries en mars 2012 .

«Je savais que si je tuais des soldats et des juifs, le message passerait», a expliqué Merah. « Parce que si j’avais tué des civils, les Français diraient : » Voici un fou d’Al-Qaïda, juste un terroriste, il tue des civils.  »

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Selon Yana Grinshpun, cette même idée selon laquelle les Juifs ne sont pas aussi innocents que d’autres civils en raison de leurs liens avec Israël, fait donc partie du conflit entre Israël et les Palestiniens, qui se répand dans tous les médias français et qui est régulièrement rencontrée par le public français.

« Quels que soient les médias, de gauche ou de droite, vous trouvez toujours ces articles antisionistes et antisémites », a déclaré Grinshpun à The Algemeiner lors d’une récente interview.

«Si vous prenez Le Figaro, qui est au centre-droit, si vous prenez Le Monde, qui est au centre-gauche, si vous prenez Libération ou L’Humanité (quotidiens de gauche) ou La Croix (un quotidien catholique), on ne peut pas dire d’aucun d’eux, comme c’est le cas aux États-Unis, qu’il existe en France des médias pro-israéliens », a déclaré Grinshpun. « Ils n’en existent pas. »

Yana Grinshpun a fait remarquer que la grande majorité des médias français suivaient inconditionnellement les directives éditoriales relatives au conflit israélo-palestinien diffusées par l’Agence France Presse (AFP) , l’agence de presse nationale.

« L’ AFP recommande vivement de ne pas utiliser le mot » terroriste « lorsque vous avez un attentat terroriste en Israël », a déclaré Grinshpun. «Ainsi, lorsque cela se produit, le titre se lit comme suit:« Un camion frappe les piétons à Jérusalem »ou« Une attaque à Tel-Aviv ». Aucune organisation n’est impliquée.  » Tout les juifs de Judée Salarie ou les hauteurs du Golan sont des « colons »…

En revanche, Grinshpun a ajouté: «En France, vous lirez des titres tels que« Attentat terroriste à Nice: des dizaines de morts ». Des incohérences criantes s’appliquent également aux groupes terroristes. « Si c’est Al-Qaïda, vous pouvez dire » terroriste « , mais le mot est rarement utilisé dans le cas du Hamas ou du Hezbollah », a déclaré Grinshpun.

Des considérations similaires s’appliquent lorsqu’il s’agit d’attaques de juifs français par des membres de la communauté musulmane. Douze Juifs, dont Sarah Halimi, ont été brutalement assassinés lors de la montée de l’antisémitisme qui a débuté en France il y a près de 20 ans, chaque fois par la main d’un musulman. Grinshpun a déclaré que la tendance dans les médias français est de rationaliser de tels actes.

« Les médias parlent souvent du » désespoir « des Palestiniens, et il existe une approche similaire ici en France », a déclaré Grinshpun. Les juges parisiens qui ont recommandé que l’excuse d’un meurtre contre Traoré, l’assassin d’Halimi, soient excusés au motif que sa consommation chronique de marijuana l’avait rendu mentalement inapte au moment des faits faisaient en quelque sorte écho au récit de l’affaire Halimi déjà construit par nombreux points de presse français.

« Nous avons maintenant ce concept de » personne déséquilibrée «  », a déclaré Grinshpun – une catégorie de personnes qui ne peut être tenue légalement responsable des actes criminels, même lorsque l’acte en question est un meurtre.

« Les médias ne comprennent pas que cette approche a deux conséquences, que j’appelle » propagande « , car il n’y a pas d’autre mot pour la décrire », a déclaré Grinshpun. «La première conséquence est de légitimer le terrorisme palestinien contre la population juive en Israël. La deuxième conséquence est que cette insistance sur le «désespoir» et le «victimisme» légitimise le terrorisme en tant que méthode efficace de lutte politique dans le monde en général ».

Une autre conséquence est que la couverture médiatique s’abstient dans une large mesure d’examiner le sectarisme contre les Juifs qui est trop souvent à l’origine d’actes de terrorisme et de violence, a déclaré Grinshpun. Dans l’affaire Halimi, at-elle noté, «le caractère antisémite du crime a été reconnu en raison des actes de protestation de la communauté juive d’ici. Il était impossible d’ignorer les lettres, les pétitions et les manifestations, et certains médias plus marginaux ont couvert cela. ”

Mais, a-t-elle poursuivi, « dans l’ensemble, nous avons l’impression que si les médias avaient pu faire taire l’histoire de Halimi, ils l’auraient fait. »

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !