GPA et femme objet – Par Rony Akrich

0
273
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les accords de parentalité de substitution (GPA: gestation pour autrui) se répandent à travers le monde, cependant, de telles ententes restent apparemment l’exception plutôt que la règle.

La plupart des gens préfèrent ne pas impliquer de tiers dans leurs tentatives de procréer.
Un grand nombre ne peuvent se permettre de financer des grossesses coûteuses avec un autrui. Toutefois, l’existence et l’utilisation des conventions de maternité de substitution amènent la société à soulever des questions substantielles sur la nature de la parentalité.

Quel principe établit un parent comme véritable géniteur d’un enfant ?
Comment prouver qu’il, ou elle, soit génétiquement lié à l’enfant ?
Qui élève l’enfant?
Ou le fait qu’elle porte l’enfant?

La GPA n’est-elle qu’une étape parmi une série d’autres vers ce que certains appellent la «reproduction collaborative»?

À l’avenir, un nombre croissant de personnes formeront-elles des familles sur-composées d’un ou plusieurs donneurs d’ovules et/ou de sperme, d’une mère gestationnelle et d’un ou plusieurs hommes et femmes qui produisent et élèvent ensemble un enfant jusqu’à l’âge adulte?
La plupart des gens continueront-ils à former la famille nucléaire et biologique que nous connaissons aujourd’hui?
Il existe deux modèles de base pour la GPA: la maternité de substitution traditionnelle et la gestationnelle.
(1 Dans la première, la mère porteuse est inséminée avec le sperme de l’homme qui a l’intention d’être le parent qui élèvera l’enfant. La mère porteuse étant à la fois la mère génétique et gestationnelle, elle doit légalement mettre fin à ses droits parentaux sur l’enfant après sa naissance, date à laquelle la mère d’intention peut l’adopter comme son beau-fils. Le futur parent mâle n’a pas besoin de l’adopter puisqu’il est le père génétique de l’enfant.
(2 La situation est assez différente dans le cas d’une GPA où les deux futurs parents-éducateurs peuvent avoir un lien génétique avec l’enfant. Dans ce cas présent, les ovules de la future mère sont fécondés avec le sperme du futur père éducateur in vitro (hors utérus). Les embryons résultants sont ensuite implantés dans l’utérus de la mère porteuse. Son seul lien avec l’enfant est gestationnel.
Dans une variante de cet arrangement, les parents d’intention fournissent à la mère porteuse un ou plusieurs embryons à procréer pour elle. Si ces derniers sont également les parents génétiques de l’enfant, ils ne sont pas tenus de l’adopter. Cependant, si l’un des parents, ou les deux futurs parents, n’a pas de lien génétique avec l’enfant, il peut être tenu de le faire.
Par exemple, si un couple adopte des embryons congelés excédentaires d’une clinique de procréation assistée, il peut être tenu de reconnaitre tout enfant résultant de la gestation de l’embryon ou des mères porteuses.
Les couples hétérosexuels infertiles sont les plus susceptible de contracter une mère porteuse.
Les célibataires, les couples lesbiens, les couples homosexuels et même les personnes fertiles peuvent également solliciter les services d’une mère sous contrat.
Les accords de collaboration reproductive et/ou parentale ont une longue histoire à travers le monde. Par exemple, dans la tradition judéo-chrétienne, le couple nonagénaire de l’Ancien Testament, Avraham et Sarah, a utilisé une mère porteuse pour concevoir un enfant à terme comme descendance patriarcale.
Beaucoup plus tard, sur tout le continent européen et en Angleterre, les femmes des classes moyennes et supérieures ont utilisé des nourrices pour élever leurs enfants en bas âge. De plus, dans les familles polygames, deux épouses ou plus d’un même mari élèvent ensemble tous ses enfants. Ainsi, cela ne devrait pas nous surprendre que les gens concluent de plus en plus d’accords formels de maternité de substitution/parentalité contractuelle.
Néanmoins, la maternité de substitution commerciale est une pratique dans laquelle une femme est payée pour devenir enceinte à la suite d’une insémination artificielle ou de l’implantation d’un ovule déjà fécondé. Elle cédera ses droits parentaux au(x) parent(s) d’intention.
La GPA implique ici, une forme répréhensible de « marchandisation », une pratique nocive pour les futurs enfants et un déclassement social pour les femmes. Celles-ci servent de « mère » porteuse car elles demeurent un objet pratique dans la location-vente d’utérus. Dans le cas de GPA internationale, l’affaire se déroule auprès de femmes vivant dans la précarité, le désarroi et la menace des sans lendemains.
Les « mères » porteuses sont jeunes et ne comprennent pas pleinement les risques physiques, et psychologiques, qui accompagnent le service clientèle. La maternité de substitution est peut-être un cas d’échange mutuellement bénéfique mais injuste et abusif.
Les accords commerciaux en GPA sont intrinsèquement mauvais.
Si le travail reproductif des femmes n’est pas le genre de service à être vendu à n’importe quel prix, la gestation commerciale pour autrui peut impliquer une sorte d’exploitation dans la mesure où elle incite les femmes à s’engager dans une activité qui nuit à leur caractère moral.
Premièrement, nous devons savoir si la gestation pour autrui nuit au respect dû aux autres êtres humains, aux participants au processus de gestation pour autrui et à l’enfant qui est conçu et mené à terme.
Cela implique une considération de la relation au sein des couples (infertile ou homosexuel, la mère porteuse et son partenaire) et celle entre l’enfant et ses parents putatifs.
Le deuxième argument contre la GPA concerne le traitement d’une personne, généralement la mère porteuse, mais peut inclure d’autres, comme un moyen d’atteindre une fin.
Je soutiendrais que si l’on prend les relations entre les personnes au sérieux, alors la maternité de substitution sera nocive aux relations intimes. De plus, si celle-ci doit éviter cela, elle ne peut le faire qu’en traitant la mère porteuse comme un moyen et non comme une personne. Si tel est le cas, alors la GPA est une exploitation et donc immorale.

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)

   

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !