Ce sont les villes israéliennes les plus exposées aux tremblements de terre

0
560
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La commission de l’intérieur et de la protection de l’environnement présidée par le député Yaakov Asher a tenu hier (lundi) une discussion de quatre heures sur la préparation de l’État d’Israël à faire face aux tremblements de terre :

” C’est la première d’une série de discussions qui seront consacrées à la question, à la fin desquelles nous publierons un document professionnel de recommandations et de conclusions, après quoi nous établir un sous-comité qui surveillera la mise en œuvre des conclusions. L’intervention de l’État est nécessaire, tant dans la budgétisation aux fins de renforcement des bâtiments que dans l’assouplissement de la réglementation sur les entrepreneurs.

“Nous avons effectué des travaux supplémentaires la semaine dernière et il y a plus de 10 villes dans lesquelles il y a un risque d’effondrement des bâtiments à la suite d’un tremblement de terre, y compris Haïfa et Kiryat ainsi que d’autres zones dans le sud et à Jérusalem. Ce sont d’autres zones au-delà de ce que nous connaissions”, a déclaré Amir Yahav, directeur du comité directeur interministériel pour la préparation aux tremblements de terre au ministère de la Défense, lors d’une réunion tenue au sein du Comité de l’intérieur sur la préparation de l’État d’Israël à faire face à tremblements de terre.

“Si nous avons un tremblement de terre comme celui en Turquie, nous verrons des scènes similaires ici. L’État d’Israël se prépare à un tremblement de terre et par rapport à d’autres pays dans le monde, nous ne sommes pas mal placés, mais les progrès sont très lents. . J’espère que le pays se réveillera après l’incident en Turquie et investira davantage dans la préparation aux tremblements de terre », a-t-il déclaré Yahav

Il a révélé que dans la cartographie qui a eu lieu la semaine dernière par le Comité interministériel pour les tremblements de terre, il est ressorti que Jérusalem, Haïfa, Kiryat et le sud du pays courent également un risque accru d’effondrement de bâtiments, en plus des 10 municipalités qui sont sur la route de faille syro-africaine et ont déjà été cartographiés en 2015. “A 38 et son alternative sont de bons programmes qui font le travail dans les zones de demande, mais nous devons aborder des zones qui ne sont pas des zones de demande.”

Il a également dit que le comité de pilotage n’a pas l’autorité pour faire appliquer les plans de travail des ministères du gouvernement et son rôle est de demander gentiment de mettre en œuvre les plans de préparation à l’éventualité d’un tremblement de terre. En réponse à la question du président du comité de l’intérieur, le député Yaakov Asher, quand le comité ministériel sur les tremblements de terre s’est-il réuni pour la dernière fois, Yahav a répondu que le comité ministériel s’était réuni pour la dernière fois en 2016.

Itzik Bar, chef adjoint du Conseil de sécurité nationale, a expliqué que la décision du gouvernement ordonne au ministre de la Défense de préparer le front intérieur à des scénarios de guerre et de non-guerre, y compris un tremblement de terre.

Selon lui, la police israélienne est censée donner le réponse dans les premières heures, mais la responsabilité globale de la préparation du front intérieur incombe au ministre de la Défense, c’est pourquoi une à la (National Emergency Authority) aux côtés du ministre de la Défense. “Le problème dans l’État d’Israël, c’est qu’il n’y a pas de plan national pluriannuel pour préparer Israël aux tremblements de terre. Le principal problème est un problème budgétaire, et en plus, il faut aller vers l’évacuation des bâtiments et la rénovation urbaine dans 10 municipalités situées sur la faille syro-africaine. Le tremblement de terre qui s’est produit en Turquie n’est pas un scénario imaginaire – Les étendues sont très similaires à ce qui se passe ici », a déclaré Bar.

Yaakov Asher est le chef du comité Photo : Dani Shem Tov, porte-parole de la Knesset.

Jackie Levy, le maire de Beit Shan, dont la ville risque fort d’être endommagée par un tremblement de terre, a déclaré : « Je suis arrivé ici inquiet et je repars effrayé. Tout le monde est d’accord qu’un tremblement de terre va arriver, mais personne n’est là. Il faut prendre la décision. Si un tremblement de terre survient, ce sera une catastrophe.

Et personne ne continuera à s’asseoir sur sa chaise. L’état de nos bâtiments ne tolère pas les retards. Il a demandé : « Le gouvernement israélien investira de l’argent dans les bâtiments les plus dangereux, puis discutera de qui évacue les blessés et qui enterre les morts. La responsabilité vous incombe dans votre quart de travail – comment dormez-vous ? Comment ne vous préparez-vous pas ? Il y a un désordre fou ici et toute la question doit être organisée sous un seul corps dans le budget de l’État.” 

Il a également déclaré que la municipalité de Beit Shean a été construite dans les années 1950 et qu’à chaque tremblement de terre, les bâtiments de sa région subissent une autre fissure et une autre fissure. “Si vous comprenez la responsabilité qui vous incombe, nous serons vos partenaires, mais laissez l’argent venir du gouvernement.”

Haim Bibbs, le président du gouvernement local en Israël, a ajouté qu’il y a environ 800 000 logements qui sont en danger si un tremblement de terre se produit. “Le traitement cette fois devrait être le plus sérieux. TMA 38 était une TMA pour les riches et ne s’occupait pas d’endroits comme Beit Shean. L’État doit apporter des milliards pour qu’il y ait un changement. Chaque ministère du gouvernement émet une lettre pour obtenir de l’argent – c’est une blague boiteuse parce que c’est des milliards. Tous les ministères du gouvernement devraient se réunir avec le Home Front Command et renforcer et construire également les Mamad. Cette chose n’arrivera que lorsqu’il s’agira d’un budget de plusieurs milliards.”

Le directeur général adjoint du ministère de l’Intérieur Yosef Chaim Simhon a également participé à la discussion, qui a informé que ces jours-ci, le directeur général du ministère de l’Intérieur examine la possibilité de prolonger la validité du TAMA 38.

Le président du comité, le député Yaakov Asher, a déclaré qu’il considérait le tremblement de terre comme l’une des principales menaces pour l’État d’Israël. “Cette commission est chargée, au nom de la Knesset, de superviser les ministères du gouvernement dans tout ce qui concerne la préparation du pays aux tremblements de terre. C’est la première discussion d’une série de discussions qui seront consacrées à la question, à la fin desquelles nous publier un document professionnel de recommandations et de conclusions, après quoi nous mettrons en place un sous-comité qui surveillera la mise en œuvre des conclusions.

La rénovation urbaine est la principale solution, mais comme nous le savons, le problème est que précisément dans les zones de la zone syro-africaine ligne de faille il n’y a pas de rentabilité pour de tels projets et l’intervention de l’État est nécessaire, à la fois dans la budgétisation et dans l’assouplissement de la réglementation sur les entrepreneurs. Le ministère des Finances aime vérifier combien il nous en coûtera pour restaurer et renforcer les bâtiments, mais le test correct qui devrait be est ce que nous coûtera un tremblement de terre. Un sage qui a les yeux dans la tête investira aujourd’hui pour que demain nous ayons moins de dégâts et moins de dépenses.

Le ministère des Finances a informé la réunion qu’au cours de la dernière décennie, le ministère des Finances a directement budgétisé 450 millions de NIS dans le but de renforcer les bâtiments, et qu’en préparation des discussions budgétaires, les ministères du gouvernement devraient accorder la priorité à la préparation aux tremblements de terre. Le président de la commission MK Asher a conclu en disant qu’il y a un ministre des finances qui comprend très bien « que cette question n’est pas un luxe mais simplement sauver des vies ».

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !