Ce que vous ne savez pas sur le parti arabe RAAM au sein du gouvernement Bennett

0
272
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Compte tenu du fait que le conflit arabo-israélien du Parti Ra’am est ouvertement islamiste et associé avec les Frères musulmans, la révélation vendredi soir par la chaîne 13 et sa journaliste Ayala Hasson qui a annoncé que l’argent des contribuables israéliens allait au sein des caisses du Hamas à Gaza ne soit pas une grande surprise.

Les organes de presse concurrents n’ont pas souhaité se jeter sur le scoop peut être compréhensible d’un point de vue commercial. Mais si l’article avait été lié à un scandale entourant un membre de l’opposition, en particulier son chef, l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, les médias se seraient tous réveillés en une préoccupation éditoriale.

🔳 ANNONCE 🔳

Pourtant, c’est le soi-disant flanc droit du gouvernement qui, dans ce cas, mérite dérision pour ne pas avoir causé le genre de puanteur que justifie l’exposé.

L’histoire exposée par Hasson, sur la base d’une enquête approfondie menée par le groupe de défense pro-israélien Ad Kan et le Choice Life Forum pour les familles endeuillées, était que l’un des membres du parti arabe Ra’am, Razi Issa.

Cet homme dirige une « œuvre caritative » anti-israélienne ayant des liens directs avec le terrorisme – elle se nomme « 48 », d’après l’année de la nakba (« catastrophe ») de l’établissement d’Israël. L’association a fourni des fonds au Hamas par le biais de l’organisation. Parce qu’Issa a été impliqué dans les négociations de la coalition concernant le budget de Ra’am, il est possible que le contribuable israélien paie involontairement cette « facture de marchandises » au sens propre et figuré.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Interrogé par Hasson sur les compliments qui lui ont été adressés récemment par un haut responsable du Hamas, Razi Hamed, Issa a répondu : « Tout Gaza est reconnaissant pour notre traitement des veuves et des orphelins.

Sans souligner que beaucoup de femmes et d’enfants en question sont en fait des prisonniers nommés des « martyre », Hasson a insisté : « Les veuves et les orphelins, je peux comprendre, mais pourquoi un haut responsable du Hamas vous remercie ? »

🔳 ANNONCE 🔳

« Comment devrais-je savoir ? » rétorqua-t-il avec humeur.

Ra’am a répondu par une déclaration selon laquelle « l’association [48] est enregistrée et reconnue par les Nations Unies comme une organisation qui fournit des services humanitaires aux pauvres, aux nécessiteux et aux victimes de guerres et de catastrophes partout dans le monde, sans distinction de race », de sexe, de nationalité ou de religion. … [elle] a un bureau à Gaza, qui fonctionne conformément à la loi pour garantir que toute l’aide est transférée aux nécessiteux et aux orphelins directement et sans intermédiaires, [et son] personnel prend grand soin de ne mener aucun dialogue politique avec qui que ce soit.  »

Il a en outre insisté sur le fait qu’Issa « n’avait rien à voir avec les négociations sur la formation de la coalition, et sa présence était accompagnée de nombreuses personnes de tous les partis qui voulaient [participer] au moment historique de la signature des accords de coalition ».

Cela semble tout simplement génial. Le problème, c’est que la branche cisjordanienne de l’organisation à Tulkarem est dirigée par Azhar Shaharur, membre du Jihad islamique, dont le frère purge 29 peines d’emprisonnement à perpétuité dans une prison israélienne pour sa participation au massacre de Pessah en 2002 au Park Hotel de Netanya.

Ce n’est pas tout. Issa a été révélé avoir eu des entretiens avec des responsables du ministère des Finances sur le montant de l’argent de la coalition qui serait remis à Ra’am par l’intermédiaire des bureaux de l’organisation caritative 48 dans le village arabo-israélien de Kafr Qassem.

🟦 ANNONCE 🟦

Pour saisir la gravité de la situation, un petit rafraîchissement de la mémoire s’impose.

Avant les dernières élections à la Knesset, le président de Ra’am Mansour Abbas a décidé qu’il était temps pour un parti arabe d’avoir un certain poids politique dans l’Etat juif au-delà de se ranger du côté de ses ennemis. À cette fin, il s’est séparé du bloc de la Liste arabe unie et s’est présenté sur une plate-forme qui place le bien-être des citoyens arabes du pays au-dessus de la glorification des Palestiniens et de leurs méthodes terroristes.

C’est ainsi qu’il l’a dit en hébreu, du moins. Lorsqu’il s’exprimait en arabe, il s’est assuré de souligner l’idéologie plus radicale de son mouvement.

Sa campagne a réussi. Ra’am a remporté quatre sièges, franchissant non seulement le seuil électoral, mais devenant un soi-disant « faiseur de rois ». En effet, sans l’accord de Ra’am pour rejoindre la coalition qui était concoctée par Yesh Atid de Yair Lapid et Yamina de Naftali Bennett, les Israéliens auraient été renvoyés aux urnes.

Le reste appartient peut-être à l’histoire, mais le gouvernement est confronté à un autre obstacle majeur : le budget de l’État. Bien qu’il ait passé sa première lecture en septembre, il ne peut être adopté qu’après deux lectures supplémentaires en plénum. Si la date limite du 14 novembre pour le passage final n’est pas respectée, la Knesset sera automatiquement dissoute, forçant un autre tour d’élections.

Personne dans la coalition, de Ra’am à Yamina, ne veut qu’il tombe, c’est pourquoi Lapid continue d’insister pour que toutes les querelles soient réduites au minimum jusqu’à ce que le budget soit réglé. Son investissement dans « l’unité » est encore plus prononcé que celui de ses partenaires, bien sûr, puisque tant que le gouvernement restera intact, il se substituera à Bennett au poste de Premier ministre en 2023.

Et il ne s’en cache pas. « Nous devons ignorer le bruit de fond et continuer à avancer. Ne jamais s’arrêter. Ne pas quitter la cible des yeux », a-t-il écrit sur Facebook vendredi.

De plus, Lapid est du côté gauche de la coalition. En tant que tel, il est beaucoup plus intéressé à garantir que Netanyahu ne reviendra jamais à la barre que dans les conclusions d’Ad Kan et du Forum Choisir la Vie sur les relations douteuses avec les ONG à Gaza.

La réaction de la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked au rapport est bien plus digne de mention.

« Nous avons examiné le problème », a-t-elle déclaré dimanche à la Douzième chaîne . « Pas un seul shekel d’argent de l’État ne va à cette association de quelque façon que ce soit. L’État transfère le budget aux collectivités et bureaux locaux, et non à l’association. Le partenariat avec Ra’am n’est pas simple. Ce gouvernement a été formé parce que nous étions coincés dans un bourbier politique et des tours d’élections interminables. L’État d’Israël opère en toute liberté dans la bande de Gaza, et nous n’hésiterons pas à y opérer militairement si cela s’avère nécessaire.

Quelle réponse. Ce n’est en aucun cas celui qu’elle aurait donné si elle n’avait pas elle-même attendu avec impatience que la Knesset approuve les dernières lectures du budget.

À ce moment-là, dans moins de deux semaines, il sera trop tard pour modifier les clauses relatives aux coffres de Ra’am. Et le Hamas devra remercier le gouvernement israélien pour cela.

Ruthie Blum est une journaliste basée en Israël et auteur de « To Hell in a Handbasket : Carter, Obama, and the ‘Arab Spring’.  »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦