Avant la renaissance d’Israël, chaque vendredi était Ticha Be Av pour les Juifs de Jérusalem

0
315
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Il y a eu plusieurs récits du 19ème siècle de chrétiens qui ont visité le Kotel, ou le « Lieu des lamentations des Juifs » comme ils l’appelaient.

Chaque vendredi, les Juifs de Jérusalem venaient pleurer devant le mur pour la destruction de Jérusalem. Chaque vendredi était plus déchirant sur le plan émotionnel pour ces Juifs que Ticha Be Av ne l’est pour la plupart d’entre nous aujourd’hui.

🔳 ANNONCE 🔳

What was the Kotel really like in the “egalitarian good old days” before  1967 | Seth J. Frantzman - author - analyst

Ce récit dit même que les Juifs récitaient des Kinot (élégies) tous les vendredis :

From Toward the Sunrise: Being Sketches of Travel in Europe & the East , par Hugh Johnston · 1881 :
Une scène très touchante et tristement suggestive est celle des lamentations des Juifs lorsque, de semaine en semaine, ces pauvres gens méprisés et opprimés se rassemblent pour soupirer, pleurer et sangloter sur les ruines de leur temple.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

La Place des Lamentations des Juifs est une petite zone quadrangulaire, d’environ trente mètres de long et trente pieds de large, une partie exposée du mur occidental extérieur du Haram, entre les portes de la Chaîne et des Étrangers. C’est un fragment de l’ancien mur du Temple, comme le montrent les cinq assises de grosses pierres biseautées, et ici, les vendredis après-midi, les Juifs se rassemblent pour pleurer sur les ruines de la Ville sainte, et pleurer leur « sainte et belle maison » souillée par les infidèles. Il y a de vieux Juifs avec des bonnets noirs et des vêtements ternes, assis par terre, lisant de vieux livres graisseux ; et les juives, drapées dans leurs izars blancs, assises dans la douleur, les joues baignées de larmes, ou baisant passionnément les pierres qui faisaient partie des fondations de la sainte maison. Les malheureux, ils ne peuvent s’approcher de l’endroit de leur temple déchu.

Mandate for Palestine aka Israel: Aliyah Bet & Machal Virtual Museum North  American Volunteers In Israel's War of Independence

🔳 ANNONCE 🔳

Les voilà engagés dans leurs dévotions ; certains debout, d’autres assis, d’autres à genoux, d’autres étendus prosternés sur le sol. Ils lisaient lamentation sur lamentation : « Ne sois pas très courroucé, ô Seigneur ; ni ne se rappelle l’iniquité pour toujours ; voici, vois, nous t’en supplions, nous sommes tout ton peuple. Tes villes saintes sont un désert; Sion est un désert, Jérusalem une désolation. Notre sainte et belle maison, où nos pères t’ont loué, est brûlée par le feu, et toutes nos choses agréables sont dévastées. » – Est un. lxiv. 9, 11. « Dieu, les païens sont venus à ton héritage ; ils ont souillé ton saint temple ; ils ont mis Jérusalem sur des tas. Nous sommes devenus l’opprobre de nos voisins, le mépris et la dérision de ceux qui nous entourent. .  » -Ps. lxxix .1-4 .

Quand les hommes et les femmes priaient ensemble au mur Occidental | The  Times of Israël

L’un de leurs chants de lamentation est en des mots comme ceux-ci :
« A cause du palais qui est désert, Nous nous asseyons seuls et pleurons ;
A cause du temple qui est détruit, Nous nous asseyons seuls et pleurons ;
A cause des murs qui s’effondrent, Nous nous asseyons seuls et pleurons ;
A cause de notre grandeur qui s’en est allée, Nous nous asseyons seuls et pleurons ;
A cause des pierres précieuses du Temple réduites en poudre, Nous nous asseyons seuls et pleurons. »

Extrait de Eastern Life – Present and Past, par Harriet Martineau · 1876.

Cette auteure ne pouvait imaginer que moins d’un siècle plus tard, ses espoirs se réaliseraient en grande partie. La mosquée d’Omar était fière et prospère, avec ses bâtiments de marbre, ses pelouses vertes, les enfants joyeux ; tous prêts et désireux de lapider à mort à l’instant tout juif ou chrétien qui oserait apporter son hommage au lieu sacré. C’est ce que nous avons vu dans ces murs.

🟦 ANNONCE 🟦

Nous avons ensuite contourné l’extérieur, jusqu’à ce que nous arrivions, par un étroit passage tortueux, à un endroit désolé, occupé par des gens désolés. Sous un mur haut, massif et très ancien, se trouvait un espace clos poussiéreux et étroit, où nous voyions les groupes les plus lugubres que j’aie jamais rencontrés. Ce haut mur ancien , où les mauvaises herbes jaillissent des crevasses des pierres, est considéré comme une partie, et la seule partie restante, du mur du temple de Salomon : et ici les Juifs viennent, chaque vendredi, à leur lieu de lamentation, comme elle est appelée à pleurer la chute de leur belle maison et à prier pour sa restauration. Quel contraste ces gens humiliés présentaient-ils aux fiers mahométans à l’intérieur ! Les femmes étaient assises dans la poussière – certaines gémissant à haute voix, certaines répétant des prières avec des lèvres mobiles, et d’autres les lisant dans des livres sur leurs genoux. Quelques enfants jouaient par terre, et des hommes âgés restaient silencieux, la tête penchée sur la poitrine.

Plusieurs hommes plus jeunes étaient adossés au mur, appuyant leur front contre les pierres et posant leurs livres sur leurs mains jointes dans les crevasses. Chez certains, ce gémissement n’est pas une forme ; car j’ai vu des larmes sur leurs joues. J’avais envie de savoir si quelqu’un avait l’espoir dans son cœur qu’eux-mêmes, ou leurs enfants dans quelques générations, passeraient ce mur et deviendraient les échos de cet ancien cri : « Levez la tête, ô portes, que le roi de La gloire peut entrer ! S’ils ont un tel espoir, cela peut donner de la douceur à ce rite d’humiliation. Nous n’avions pas un tel espoir pour eux ; et c’est avec une tristesse indicible que je me suis, pour ma part, détourné de la pensée de l’orgueil et de la tyrannie dans cet enclos.

Extrait d’un essai dans Memories of Gospel Triumphs Among the Jews during the Victorian Era de John Dunlop, 1894. Bien que cet auteur ait écrit sur le désir que les Juifs se convertissent tous au christianisme, ces observations de continuité juive et d’attachement à Jérusalem sont justes.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦