🔴 Situation incontrôlable au Liban | Guerre civile à Tripoli, les civils attaquent l’armée

0
689
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Au milieu d’un Moyen-Orient turbulent avec un excès de priorités concurrentes pour la communauté internationale, le Liban est presque devenu un État défaillant . Cependant, alors qu’il est facile pour beaucoup d’ignorer le petit pays de la Méditerranée orientale parmi les problèmes régionaux plus larges, considérer la situation du Liban comme secondaire aura des implications profondément négatives avec des externalités importantes.

Certes, le cas libanais est intrinsèquement lié à la géopolitique du Moyen-Orient, ce que les dirigeants mondiaux doivent reconnaître afin d’éviter la tragédie qui les attend et qui s’étendra au-delà des frontières du Liban.

🔳 ANNONCE 🔳

Dans  cette vidéo d’aujourd’hui à Tripoli, les civils en colère contre le coût de la vie et les coupures de courant fréquentes affrontent les soldats de l’armée libanaise voyageant dans des véhicules blindés dans les ruelles de la ville et contraints de se retirer par la rage des civils.

Cette autre vidéo de véhicules blindés de l’armée libanaise dans les rues de Tripoli :

Pour le maire de Tripoli, la situation est grave : « Nous avons perdu le contrôle ».

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

L’ampleur des problèmes politiques et économiques du Liban témoigne des risques inhérents à l’évitement du problème. Un récent rapport de la Banque mondiale décrit une image très dure : « La crise financière et économique du Liban est susceptible de se classer parmi les 10 premiers, peut-être les trois, les épisodes de crise les plus graves dans le monde depuis le milieu du XIXe siècle. »

Sur le terrain, l’insécurité augmente, il y a une prolifération d’hommes armés et de coups de feu dans plusieurs quartiers de la ville de Tripoli.

🔳 ANNONCE 🔳

Cette situation aura un impact profondément négatif sur la société libanaise et les efforts de stabilité régionale, comme le récent dialogue entre l’Arabie saoudite et l’Iran. En outre, le déplacement massif d’éventuels millions de personnes aurait des implications internationales importantes pour un monde qui a déjà rejeté un afflux massif de déplacés syriens au cours des dix dernières années.

En termes simples, la région et le monde ne peuvent pas se permettre le choc combiné de l’effondrement de l’État en Syrie et au Liban , ni l’impact qui en résulte sur les efforts visant à stabiliser les conditions au Moyen-Orient. Franchement, les dirigeants internationaux ne sont pas non plus disposés à s’attaquer à un tel scénario.

Certes, il y a peu de bonnes réponses qui peuvent répondre à la crise actuelle au Liban. Certains, comme la France, s’efforcent de créer un changement structurel par des moyens coercitifs, mais l’engagement global sur la question est minime.

L’approche de la France est louable mais discutable, car tout effort de stabilisation du Liban doit se concentrer sur le peuple libanais, qui constitue le noyau de la stabilité. Comprenant cela, l’aide directe sous forme de services médicaux et de nourriture aux citoyens libanais doit être envisagée et étendue parallèlement aux efforts d’application, car elle aide non seulement les plus vulnérables du pays, mais perturbe également les réseaux de clientélisme qui existent actuellement. déchirer le Liban.

Bien entendu, il ne s’agit que d’une solution à court terme conçue spécifiquement pour soulager la souffrance. La véritable influence réside dans les dirigeants régionaux qui ne s’intéressent pas au Libanais moyen. Pourtant, l’inaction de la communauté internationale sur cette question non seulement perpétue la souffrance des Libanais, mais permet à une situation bien pire de se développer. Cette dynamique doit rapidement changer de cap.

.