🔴 La décapitation du professeur à Paris est un exemple de l’influence islamiste radicale des Tchétchènes en Europe

0
713
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La publication des circonstances du meurtre horrible du professeur de français Samuel Paty dans une banlieue parisienne le 16 octobre a immédiatement conduit à la conclusion qu’il s’agissait d’un terrorisme islamiste. Lorsque le nom de l’auteur, Abdulk Anzorov, est devenu connu et que l’on a dit qu’il était tchétchène, l’hypothèse s’est renforcée. Les djihadistes tchétchènes sont connus à la fois à al-Qaïda, à Jabhat al-Nusra et à Daech, et en tant que terroristes isolés dans les rues d’Europe.

Mais dans quelle mesure cette menace est-elle vraiment tchétchène ?
Il est difficile d’affirmer que le tueur a grandi dans l’habitat de la République troublée, qui est située quelque part dans les montagnes du nord du Caucase. Il n’a jamais vécu en Tchétchénie et n’a apparemment pas absorbé les valeurs et les modes de vie qui y étaient pratiqués. Anzorov est né à Moscou et à l’âge de 6 ans, sa famille a déménagé en France. En Tchétchénie, il n’a rendu visite à ses parents qu’une seule fois, alors qu’il avait deux ans.

🔳 ANNONCE 🔳

C’est un exemple représentatif d’un phénomène relativement nouveau, qui devrait perturber un peu le monde – le phénomène tchétchène en Europe.

La plupart des estimations estiment le nombre de Tchétchènes sur le continent à plus de 300 000. Les plus fortes concentrations se trouvent en Autriche, en Allemagne, en Belgique, en Norvège et en France. Chacun de ces pays abrite environ 50 000 Tchétchènes. La plupart d’entre eux ont quitté leur patrie à la suite des deux guerres menées par les séparatistes contre le gouvernement central russe. Le mouvement séparatiste a été réprimé par une combinaison de pouvoir et de ruse. Les Russes ont écrasé les provinces au pouvoir, puis ont couronné l’un des principaux séparatistes, Ahmad Kadyrov, à la tête de la Tchétchénie.

En retour, Kadyrov a pris la main dure et a débarrassé la zone pour eux de tout résidu de résistance. Le système a continué à fonctionner même après l’assassinat de Kadyrov. Le contrôle est passé à son fils, Ramzen, et il continue ce qui s’est avéré efficace à l’époque de son père.

Infos Israel News en direct d’Israël 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’Israël !

La réalité en Tchétchénie
L’autoritarisme de la dynastie Kadyrov est loin des idéaux de liberté et de démocratie, mais il est relativement calme, et il y a trois principales interdictions non écrites: il est interdit d’être contre la Russie, il est interdit d’être contre l’islam, il est interdit d’être contre Kadyrov.

Une connexion complexe avec la patrie
Il n’est pas étonnant que quiconque se sentait étouffé par l’une des trois interdictions se soit enfui pour sauver sa vie, d’abord dans les autres provinces de Russie, puis en Occident. Dans leur innocence, les pays européens considéraient tous les Tchétchènes comme des victimes de l’oppression russe. Le statut de réfugié leur a été accordé généreusement et sans contrôle. Ainsi, une population tchétchène assez importante a débarqué sur les pays européens, qu’ils sont incapables de déchiffrer à ce jour.

🔳 ANNONCE 🔳

Le tueur, Anzorov
«Le problème de l’extrémisme islamique existe parmi les Tchétchènes en Europe, mais ses dimensions ne sont pas grandes», déclare le blogueur Tomaso Abdorhmanov, la principale voix des Tchétchènes exilés, dans une interview à Israel Today. « La plupart des Tchétchènes ont fui ici au début des années 2000 à la suite d’une catastrophe humanitaire qui nous a frappés pendant la guerre. En fait, nous nous sommes retrouvés dans une position où les Juifs ont toujours été – nous sommes devenus les personnes les plus persécutées au monde. Même ici, dans les rues d’Europe, nous sommes persécutés. »

Quand Abdorhmanov revendique la persécution, il entend deux types de persécuteurs: les éléments européens qui, selon lui, calomnient son peuple et le présentent sous un jour négatif, d’une part, et les agents de la Russie et de Kadyrov, qui ne lâchent pas leurs ennemis de la diaspora, d’autre part. Pour preuve, il présente les assassinats de personnalités parmi les immigrés tchétchènes, qui ont eu lieu cette année en France, en Autriche et en Allemagne.

Abdorhmanov lui-même a été attaqué en février avec un coup de marteau dans la rue, et il ne doute pas qu’il s’agissait d’une tentative d’assassinat des hommes de Kadyrov.

Le lien entre la distribution tchétchène et leur patrie est complexe. La plupart d’entre eux en ont fui, que ce soit par crainte de persécution ou par désir d’améliorer les conditions matérielles de vie. Cependant, cela n’empêche pas Kadyrov d’agiter ce qui se passe dans les communautés tchétchènes d’Europe et de déployer son patronage sur elles. Sa réaction au meurtre horrible dans une banlieue parisienne était également ambivalente. Il a condamné cet acte et a en même temps appelé les Français à ne pas offenser les «sentiments des croyants» et à ne pas les provoquer.

C’est un message clair: n’essayez pas de nous imposer, nous les Tchétchènes, les valeurs de la France. Ironiquement, cette opinion est partagée par les critiques les plus virulents de Kadyrov parmi les Tchétchènes d’Europe. Ils rejettent l’intégration et l’adoption des valeurs environnementales et insistent pour maintenir les perceptions qu’ils ont amenées avec eux de chez eux, même lorsque celles-ci s’écartent de la norme.

🟦 ANNONCE 🟦

Et donc les Européens stupéfaits sont obligés de regarder tous les quelques mois des flashs d’information racontant des bagarres de masse impliquant les gangs tchétchènes. Parfois, ce sont des affrontements avec les Yézidis, comme cela s’est produit dans certaines villes allemandes dans les années 2015-2014, et autrefois de véritables guerres contre les Nord-Africains, comme cela s’est produit à Dijon , il y a quatre mois. Bien que les arènes aient changé, le schéma d’action était le même: les frictions locales avec des membres d’autres groupes ethniques ont tiré les Tchétchènes des environs proches et éloignés et se sont transformées en batailles de rue sanglantes.

En juin 2020, la banlieue de Dijon a brûlé pendant plusieurs jours, la police s’est tenue du côté impuissant, et seule l’intervention des forces spéciales de police a mis fin aux émeutes et a provoqué une réconciliation entre les partis bellicistes. Abdur-Rachmanov justifie tous ces cas comme une légitime défense des Tchétchènes contre le harcèlement des autres. L’image d’agression et de cruauté qui s’accrochait aux Tchétchènes, à son avis, est un péché à la vérité: « Il est naturel que nous nous défendions par la force, si l’un de nous est attaqué. La société européenne nous comprend, ceux qui ne comprennent pas et échouent sont les autorités, comme l’actuelle administration du président Macron. »

Succursales en Irak et en Syrie
Les autorités européennes sont en effet responsables de la situation, mais leur principal défaut est l’inaction et le mépris prolongé des aspects problématiques de l’immigration tchétchène. À l’ère du politiquement correct, il était commode de ne pas voir les tendances de l’extrémisme islamique amenées de Tchétchénie et s’intensifiées après la rencontre avec les prédicateurs islamiques en Europe. Le résultat ne s’est pas fait attendre. Des milliers de combattants tchétchènes ont afflué dans les rangs des organisations terroristes djihadistes en Irak et en Syrie.

D’autres ont commis des actes terroristes en Europe. Certains ont peut-être vu dans l’afflux d’islamistes tchétchènes au Moyen-Orient la possibilité de s’en débarrasser une fois pour toutes, mais l’attaque récente prouve qu’il s’agissait de faux espoirs.

D’autres exemples indiquent qu’il est également possible autrement. En février 2020, les Tchétchènes ont été pour la première fois représentés au Parlement européen lorsque l’un des députés des sociaux-démocrates au Bundestag a pris sa retraite et que Bella Bach, 30 ans, a pris sa place. Mais Shabach (à l’origine Kaib) n’est pas exactement un représentant authentique de la population tchétchène. Elle est originaire d’Allemagne (ses parents tchétchènes s’y sont installés avec la dissolution de l’URSS), et ce qui est pire aux yeux de la plupart de ses frères – elle n’obéit pas aux règles de conduite traditionnelles: porter des maillots et des pantalons, boire de l’alcool, socialiser avec des étrangers et ne pas se faire entendre.

L’Islam et le code de conduite typique attendu d’une femme tchétchène.

Abdur-Rachmanov admet que vous êtes loin d’être un exemple représentatif: «La grande majorité des Tchétchènes vivent avec l’espoir de retourner sur nos terres, en Tchétchénie qui sera indépendante. Mais la diaspora est un fait existant qui ne disparaîtra pas, et elle conservera son unicité et ses coutumes. « .



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News
🟦 ANNONCE 🟦