🔮 Argent, visas et politique : la corruption au Parlement europĂ©en menace l’accord d’importation de gaz du Qatar

0
152
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Vendredi dernier, la police belge en force a perquisitionnĂ© plusieurs appartements Ă  Bruxelles ainsi que des bureaux au Parlement europĂ©en, dont celui de la vice-prĂ©sidente Eva Kylie (44 ans). La police a arrĂȘtĂ© Kylie et trois autres suspects de haut rang, et confisquĂ© des « sacs d’argent » qui contenaient au moins 600 000 euros du pays envahisseur, ainsi que des tĂ©lĂ©phones portables et des ordinateurs.

DĂ©jĂ  samedi, des actes d’accusation ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s contre les suspects pour « participation Ă  une organisation criminelle, actes de corruption et blanchiment d’argent ». « Un pays du Golfe », ont-ils Ă©crit, « aurait versĂ© de grosses sommes d’argent ou offert des cadeaux substantiels Ă  des facteurs stratĂ©giques clĂ©s du Parlement europĂ©en afin d’influencer ses dĂ©cisions ». Selon les rapports, le pays est le Qatar. Les quatre suspects sont toujours en garde Ă  vue.

L’affaire, rĂ©vĂ©lĂ©e alors que les matchs de la Coupe du monde se dĂ©roulent encore au Qatar, secoue Bruxelles et toute l’Union europĂ©enne. Ces derniĂšres annĂ©es, de nombreuses preuves ont Ă©tĂ© publiĂ©es sur la corruption gĂ©nĂ©ralisĂ©e et systĂ©matique distribuĂ©e par le Qatar afin d’amener la Coupe du monde sur son territoire, la reportant mĂȘme aux mois d’hiver.

Plusieurs membres du comitĂ© exĂ©cutif de la « FIFA » qui ont pris la dĂ©cision en 2010 ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© condamnĂ©s pour avoir acceptĂ© des pots-de-vin. Mais jusqu’Ă  prĂ©sent, beaucoup en Europe ont refusĂ© de croire que les mauvaises normes morales de la « FIFA » seront Ă©galement adoptĂ©es au Parlement europĂ©en – qui est censĂ© ĂȘtre un modĂšle dĂ©mocratique mondial et qui se considĂšre comme un dĂ©fenseur des droits de l’homme Ă  l’Ă©chelle mondiale.

Au centre de l’attention du public dans l’affaire se trouve dĂ©sormais Kylie, une ancienne prĂ©sentatrice de nouvelles et actuelle politicienne du parti socialiste grec PASOK, qui a Ă©tĂ© Ă©lue au Parlement europĂ©en en 2014 et est considĂ©rĂ©e comme l’une des plus anciennes de son aile social-dĂ©mocrate ( les partis europĂ©ens des diffĂ©rents pays rejoignent les factions en fonction de leurs tendances politiques, AA) Kylie a mĂȘme Ă©tĂ© Ă©lue l’annĂ©e derniĂšre comme l’une des 14 vice-prĂ©sidentes du Parlement europĂ©en.

Contrairement aux positions de beaucoup de ses collĂšgues membres de la faction, Kylie s’est prononcĂ©e Ă  plusieurs reprises ces derniers mois en faveur du Qatar, pour louer publiquement le pays, et a mĂȘme visitĂ© le pays dans le cadre de son rĂŽle au Parlement europĂ©en, pour une rencontre avec le ministre du Travail le mois dernier. MalgrĂ© les critiques selon lesquelles le Qatar est responsable de la mort de milliers de travailleurs Ă©trangers lors de la construction des stades et des infrastructures pour la Coupe du monde actuelle, Kylie a dĂ©clarĂ© que « le Qatar est un pionnier mondial dans le domaine du travail ».
Elle s’est prononcĂ©e contre les dĂ©tracteurs du pays et a dĂ©clarĂ© qu’ils « accusent de corruption quiconque dit quoi que ce soit de positif sur le Qatar ».

Le dernier jour, il est devenu clair que Kylie travaillait aussi apparemment dans les coulisses pour le pays. Selon des informations en Europe, Kylie a votĂ© la semaine derniĂšre en faveur de l’ouverture des portes de l’Union europĂ©enne aux rĂ©sidents du Qatar sans avoir besoin de visa, lors d’une rĂ©union d’une commission du Parlement europĂ©en sur la question. Elle l’a fait mĂȘme si elle n’est pas du tout membre du comitĂ©, et ses partenaires de la faction social-dĂ©mocrate l’accusent de « se faufiler » dans le vote, et l’ont fait Ă  la place d’un autre membre de la faction.

Au parlement, il est parfois possible de voter Ă  la place d’un autre dĂ©putĂ©, mais ce n’Ă©tait pas le cas. Une plainte a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e contre elle par le prĂ©sident du comitĂ©. La commission s’est prononcĂ©e Ă  une nette majoritĂ© en faveur de la possibilitĂ© d’entrĂ©e sans visa, il n’est donc pas clair si le vote a changĂ© la donne. Pendant ce temps, le vote au parlement lui-mĂȘme, qui Ă©tait censĂ© concrĂ©tiser la dĂ©cision et devait avoir lieu cette semaine, a Ă©tĂ© reportĂ© Ă  une date inconnue Ă  la suite de l’enquĂȘte.

La pression monte pour supprimer l’immunitĂ© de Kylie

La plupart des autres dĂ©tenus dans cette affaire sont des Italiens, dont le partenaire de Kylie, Francesco Giorgio, qui est conseiller en politique Ă©trangĂšre au Parlement europĂ©en et dirige une organisation non gouvernementale appelĂ©e Fight Impunity. Cette organisation s’est Ă©galement illustrĂ©e dans son soutien au Qatar ces derniers mois.

Autre suspect : un ancien membre du Parlement europĂ©en du nom d’Antonio Panzeri, qui fut apparemment la premiĂšre personnalitĂ© politique vers laquelle les Qataris se sont tournĂ©s. Les membres de la famille de Panzeri, selon les soupçons, ont reçu, entre autres, des vacances d’une valeur de 100 000 euros au Qatar. Sa femme et sa fille ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©es Ă  Bergame lors d’une opĂ©ration coordonnĂ©e avec la police belge. Un haut responsable de l’Organisation syndicale internationale (UIT) a Ă©galement Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©, et le bureau du dĂ©putĂ© social-dĂ©mocrate belge Marc Tarabella a Ă©galement Ă©tĂ© perquisitionnĂ©.

Dans les deux jours qui ont suivi son arrestation, Kylie a Ă©tĂ© expulsĂ©e de son parti grec et suspendue de son siĂšge au Parlement europĂ©en. Maintenant, la pression monte pour lui retirer son immunitĂ©. ThĂ©oriquement, les autoritĂ©s peuvent la dĂ©tenir pendant environ un mois jusqu’Ă  ce que le procĂšs contre elle commence. Cependant, selon les rapports, il existe des preuves importantes dans l’enquĂȘte, qui a dĂ©butĂ© en juillet dernier.

Le Qatar est devenu un lieu de pĂšlerinage

Officiellement, le nom de « l’État permissif » Ă  l’origine des soupçons de corruption n’a pas Ă©tĂ© dĂ©voilĂ©. Mais le Qatar a dĂ©jĂ  rĂ©pondu aux informations, rejetant « toute accusation de comportement illĂ©gal ». « Ce sont de fausses accusations », a-t-il dĂ©clarĂ© aux mĂ©dias.

L’affaire actuelle suscite de vives critiques Ă  l’encontre du Parlement europĂ©en, un organe qui a Ă©galement Ă©tĂ© accusĂ© par le passĂ© d’ĂȘtre une institution « gonflĂ©e », qui se dĂ©place tous les quelques mois entre ses deux siĂšges Ă  Bruxelles et Ă  Strasbourg, oĂč 705 lĂ©gislateurs travaillent dans 24 pays officiels. langues avec un budget de plusieurs milliards d’euros.

Le prĂ©sident de l’organisation « Transparency International » a dĂ©clarĂ© ce week-end qu’il existe une « culture de l’immunitĂ© contre les poursuites » au parlement, et qu’il y a un besoin immĂ©diat d’un contrĂŽle externe de ce qui s’y passe. « L’affaire en cours soulĂšve deux des questions immĂ©diates », a Ă©crit le « Spiegel » allemand, « est-ce que Kylie a fait preuve d’une incomprĂ©hension extraordinaire parce qu’elle pensait que l’affaire n’exploserait pas ? Ou se sentait-elle assez en sĂ©curitĂ© parce que ce genre de corruption est courant dans son travail, et elle ne pensait pas que c’Ă©tait un gros problĂšme ? »

La prĂ©sidente du Parlement europĂ©en, Roberta Metzola, a appelĂ© Ă  une rĂ©union d’urgence des factions existantes en son sein. « Nous coopĂ©rerons pleinement avec les autoritĂ©s et la police pour faire Ă©clater la justice », a dĂ©clarĂ© le porte-parole du prĂ©sident.

Infos Israel News en direct d’IsraĂ«l 

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Rak Be Israel, le top d’IsraĂ«l !