Antisemitisme et Antisionisme

Voici ce que font les gardiens arabes sur le Mont du temple pour vérifier qu’un Juif ne se déguise pas en Arabe

Voici cette information venant du site iNews (Royaume-Uni)sur une femme musulmane qui a épousé un homme non-musulman (qui s’est converti à l’islam pour elle) et comment elle a été traitée dans le monde arabe suite à cette union :

 » Bien que mon ex-mari se soit officiellement converti à Al-Azhar, il n’a pas pris de nom musulman. C’était assez pour rendre sa foi comme « discutable ». Peu avant minuit, après avoir visité Damas, nous avons été interrompus dans notre chambre d’auberge par « un réveil grossier » – littéralement. Une voix agressive à la porte nous a dit:

«Nous sommes le personnel de nuit, nous devons vérifier votre certificat de mariage.»

Bien que nous ayons montré le précieux certificat au personnel dans l’après-midi, les employés de nuit n’étaient pas convaincus. Ils voulaient le vérifier encore une fois et cette fois ci, vers minuit.

« C’est un pays musulman, et vous prétendez être musulman », a déclaré l’un d’entre eux.

Les deux employés de l’auberge ont semblé perplexes et offensés quand j’ai répondu avec colère: «Oui, je suis musulmane, et j’ai le droit de choisir mon mari.

Même dans mon pays natal, en Egypte, les fonctionnaires, ou les employés de l’hôtel et d’autres ont remis en question les références islamiques de mon mari.

Nous avons cependant eu une rencontre particulièrement difficile au Mont du Temple à Jérusalem. Pour entrer dans le Dôme du Rocher, on a demandé à mon ex-mari d’effectuer des ablutions (le rituel du lavage avant les prières), apparemment pour prouver qu’il n’était pas juif. Selon l’un des gardiens, c’était un rituel nécessaire parce que «les Juifs veulent parfois s’introduire dans le site sacré».

En Angleterre, ce cauchemar a continué. Une nuit a été particulièrement pénible quand un collègue médical bien éduqué (un médecin) m’a proposé de «me renseigner» sur la façon dont Dieu me punirait si mon mari cessait d’exercer ses fonctions islamiques. Ce collègue a ensuite dit, sans trop de condescendance: «Je connais une fille qui a fait votre stupide erreur; elle a finalement été punie par Dieu qui l’a maudite avec une maladie de peau rare.  »

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top