L'Actualité France/ Europe

Une victime de la haine sans nom – Par Ben Cohen et Benjamin Weinthal

Cet article a été publié en langue anglaise sur le site Web Commentaire.

En 2002, le président de la France, Jacques Chirac, a déclaré à un journaliste du New York Times : « Imaginer que la France, le premier pays à reconnaître les droits des Juifs, puisse devenir antisémite, c’est de la propagande, pas la réalité . « 

Quinze ans plus tard et après des dizaines d’attaques contre des Juifs allant de la violence dans les rues à l’enlèvement, au massacre terroriste dans une école élémentaire, une grande partie de la France, à droite et à gauche, s’accroche encore au refus audacieux de Chirac selon lequel le pays n’a pas de problème avec l’antisémitisme. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’environ 7 millions de musulmans qui y vivent.

Cette attitude dédaigneuse, ce refus de reconnaître et de nommer l’antisémitisme violent qui est activement cultivé dans les communautés musulmanes françaises ne se limite pas à la politique et aux médias. Cela a également une incidence sur l’application de la loi.

Au cas par cas, le meurtre de Sarah Halimi, une veuve juive orthodoxe de 66 ans qui vivait seule dans un appartement situé dans le sombre quartier parisien de Belleville.

De toute façon, Mme Halimi, médecin et professeur de maternelle, était une figure très aimée de la communauté juive parisienne. Ses enfants avaient quitté la modeste maison familiale, mais Mme Halimi a choisi de rester à Belleville. Un jour, la fille de Mme Halimi, lors d’une visite à sa mère, passa la voir et un voisin la siffla en disant : «Sale Juive!». Sa mère a confirmé qu’elle connaissait ce voisin et qu’elle avait peur de lui.

Ce voisin était Kobili Traore, un immigrant malien de la vingtaine. Il était réputé comme un trafiquant de drogue et un consommateur de drogue cherchant une forme de salut dans l’islam.

Dans les premières heures du 4 avril, Traore a pénétré dans l’appartement du Dr Halimi. Une fois à l’intérieur, il a battu la vieille dame avec une férocité sadique. En entendant les cris du Dr Halimi, les voisins ont alerté la police, qui sont arrivés à entendre Traore en criant « Allah! » Et « Shaitan! » (Satan) de l’autre côté de la porte. Craignant une attaque terroriste islamiste en cours, les flics n’ont pas bougé.

Au moment où les unités anti-terroristes sont arrivées, plus de deux heures après l’attaque, et d’inefficacité, la Dr Halimi était morte. Son corps ensanglanté et fracturé a été jeté par la fenêtre de son appartement au troisième étage.

Traore n’a aucune trace de maladie mentale. Il est connu pour avoir déjà harcelé Mme Halimi et ses proches. Son meurtre portait toute la ferveur d’une attaque jihadiste. Et pourtant, cette attaque monstrueuse n’est pas traitée comme un crime de haine. À l’heure actuelle, si Traore est jugé, il sera accusé d’homicide involontaire, atténué par les problèmes de santé mentale dont ses avocats affirment qu’il souffre.

Il n’y a pas eu de protestation publique pour de nombreuses raisons, mais peut-être la plus importante est que le docteur Halimi a été torturée et assassinée à un moment plutôt gênant: l’apogée des élections présidentielles françaises et la peur de répandre dans une grande partie des médias français que Marine Le pen du Front national d’extrême droite sortirait victorieuse.

Avec ces circonstances politiques comme couverture, cette histoire honteuse a été discrètement enterrée par les éditeurs français. Ils ont déploré que, autrement, cela stimulerait les perspectives électorales de Le Pen. La police a continué à enquêter sur un acte de folie et pas un crime sauvage motivé par la haine islamiste éternelle du peuple juif.

Ce n’est qu’après la défaite de Le Pen aux mains d’Emmanuel Macron que le meurtre de Mme Halimi commence à recevoir une attention plus large.  William Attal, le frère de Mme Halimi a dit : «J’ai attendu sept semaines avant de dire quelque chose. Le silence absolu sur le meurtre de ma soeur est devenu intolérable. « 

Si Sarah Halimi doit recevoir la justice, son meurtre doit être jugé comme un acte de haine. Toute autre chose serait une moquerie.

Mais si la France doit finalement surmonter son silence inquiétant autour de l’antisémitisme – cassé de temps en temps par des refus de Chirac-est qu’il y a un problème significatif en premier lieu – il faut d’abord accepter que beaucoup de ses leaders et formateurs d’opinion sont responsables de ce qui se passe aujourd’hui.

Le mois dernier, la chaine franco-allemand Arte / WDR, financé par des fonds publics, a mis en lumière un documentaire majeur sur l’antisémitisme, qui a mené l’aval de nombreux experts allemands sur la même idéologie islamiste qui continuent d’exploser dans les villes européennes.

Le patron de Arte / WDR a reproché aux producteurs du film de ne pas se conformer à un mandat convenu, et un code pour leur incompatibilité évidente à l’attention du film et a tenté de censurer le film : la fusion de l’antisémitisme brut avec l’idéologie islamiste qui traverse les quartiers musulmans d’Europe. L’ampleur du problème a été mise au nu dans une étude récente montrant que 40% des Allemands ont des opinions antisémites sur le droit d’Israël à exister.

À la suite de protestations répandues en Allemagne contre l’annulation, le documentaire a finalement été montré, mais seulement en Allemagne. Les Français continuent de refuser de visionner le film.

Peut-on parler de censure dans une démocratie ? Peut-être est-il plus réconfortant de décrire la décision d’Arte / WDR comme reflétant un type de groupe – pensez à l’antisémitisme en Europe qui détient, en substance, que ce que vous voyez bien avant vous n’est pas vraiment là.

En conséquence, des millions d’Européens restent véritablement ébranlés quant à la manière dont leurs concitoyens musulmans peuvent tolérer un tel antisémitisme mortel chez eux même lorsqu’ils sont souvent victimes de racisme et d’intolérance.

Pendant ce temps, Dr. Halimi est morte. Plus cruellement, personne ne s’avise d’expliquer pourquoi.

1 Comment

1 Comment

  1. benava26

    7 juillet 2017 at 16 04 22 07227

    Josette varvaro de mes couilles t qu une petite pute d antisemite mais les juifs t achete et t emmerde

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top