Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
alya

« Le soutien affectif et psychologique a disparu des services offerts par Israël aux nouveaux immigrants »

L’ONG « Chaim Shel Tova » (Heb: vie de bonté), qui a travaillé ces dernières années pour aider les familles des Olim en Israël, en particulier en Judée et Samarie, a toujours dit que le soutien affectif et psychologique pour les nouveaux Olim est très important, ajoutant qu’aujourd’hui, il a disparu des services offerts aux nouveaux arrivants.

« Le processus de l’Aliyah peut être très complexe et décourageant », explique le Rav Natan Shelo, qui est aussi le rabbin de Mevot Yericho dans la vallée du Jourdain.

« Une personne quitte son emploi, sa société et son statut social. En outre, le choc culturel, les habitudes étrangères, la difficulté à ajuster, et d’autres questions sont susceptibles d’augmenter le stress. Un couple qui a du mal à trouver du travail en Israël pourrait éprouver la déception, la colère et la frustration.

Si, dans leur pays d’origine des membres de la famille occupaient des emplois bien rémunérés, le nouveau besoin de recevoir une aide financière est non seulement important dans cette crise économique, mais aussi un apport émotionnel. Dans de tels cas, l’aide à la famille se compose de trois éléments: la fourniture pour les besoins économiques, aider à trouver du travail, et fournir des sessions thérapeutiques nécessaires pour aider les membres de la famille à surmonter les problèmes émotionnels ».

Devorah (pseudonyme et sans lien avec la photo), qui est venue en Israël, il y a quatre ans depuis la Belgique, est l’un de ces Olah. Elle a grandi en Israël, où elle a rencontré son mari, un Oleh. Ils ont vécu en Israël pendant quelques années, au cours de laquelle elle a donné naissance à leurs deux filles. La famille a ensuite déménagé en Belgique pour trouver du travail, où ils ont vécu pendant 10 ans et ont eu plusieurs autres enfants.

Il y a quatre ans, ils ont rejoint un groupe de Olim de la Belgique et de la France pour s’installer au centre d’Israël. Malgré la joie de revenir en Israël et leur bonne maîtrise de l’hébreu, la famille a connu de nombreuses difficultés. « Il est très excitant de faire l’Aliyah, mais c’est aussi quelque chose qui peut conduire à des sentiments de doute et d’insécurité, dit Devorah, ajoutant: « Cela peut être vu à la fois entre le mari et la femme et dans les relations entre tous les membres de la famille ».

« Avant notre Aliyah, nous avons partagé un sentiment d’euphorie », raconte-t-elle. Nous n’avions pas prévu les difficultés économiques dont nous allions faire face. Nous sommes arrivés en Israël avec un budget d’un an, pensant que lors de la première année, nous serions en mesure de trouver une source de revenus ».

« Nous possédions une entreprise prospère à l’étranger, de sorte que notre situation économique était stable et bonne », explique-t-elle. « Nous pouvions payer tout ce que nous voulions et gâter les enfants avec tout ce que leurs cœurs désiraient. Nous n’avons pas eu besoin d’établir des priorités et décider où les choses sont plus importantes et ce que nous pouvons éviter ».

« Une fois arrivés en Israël, notre adaptation à la nouvelle réalité fut très difficile. À la fin de l’année, l’argent avait disparu; nous avons commencé à emprunter et avions de plus en plus de dettes. Notre qualité de vie a coulé de manière significative. Tout à coup, on n’a pas eu ce que nous voulions , les enfants ont eu du mal à l’accepter. Pourquoi avaient-ils eu droit à tout ce qu’ils voulaient à l’étranger, alors qu’ici, en Israël, ce n’était pas le cas? »

« L’atmosphère à la maison devenait dur et stressante », se souvient-elle. « Mon mari est resté une année entière à la maison, parce qu’il ne pouvait pas trouver de travail. Être à la maison dans ces circonstances crée des tensions. Tout tombait en morceaux. Dans une période de crise, toutes les difficultés débordent dans nos vies, et prennent des proportions inattendues. Ma relation avec mon mari était en péril. Les enfants criaient, en temps de conflit, « Pourquoi vous nous avez amené ici? » Mon état émotionnel était si fragile. Tout tombait en morceaux, y compris notre mariage ».

« Dans des moments comme cela, chaque petite difficulté devient une énorme difficulté », explique-t-elle, se rappelant: « Par exemple, je voulais contacter l’école concernant l’un des enfants, et je me souviens de cet arrêt au milieu de la conversation, pleurant sans savoir pourquoi… »

« La tension à la maison qui aurait du baisser pour les repas de Chabbat, un jour qui est censé être le jour de repos, un temps pour la reconstitution, est devenu un temps chargé de tension et difficile à vivre. Le coeur surchargé des enfants toute la semaine se vidé autour de la table du Shabbat. Souvent, cela a pris fin avec des bagarres, en criant, en pleurant, un enfant partant au loin. Shabbat a marqué notre profond sentiment d’échec ».

Devorah a réalisé qu’elle avait besoin d’aide.

C’est à ce moment que Chaim Shel Tova est entré en scène, offrant à subventionner le groupe et la thérapie personnelle pour la famille de Devorah. « Sans eux, je ne sais pas ce que nous aurions fait », dit-elle. « Leur soutien était crucial parce que chaque session est très coûteuse et chaque membre de la famille a dû aller aux sessions pendant une période prolongée. Notre Aliyah nous avait déjà mis sous contrainte financière considérable. Et sachant qu’il y a cette organisation dont le but est de fournir des solutions aux problèmes de santé mentale était aussi réconfortant », explique-t-elle.

À la suite de la thérapie, la famille a persévéré et elle est restée en Israël. Devorah, en tant que personne ayant connu le processus de l’Aliyah, offre maintenant ses conseils aux nouveaux immigrants, ainsi que pour ceux qui envisagent l’Aliyah.

Devorah souligne que la foi (émounah, croire en l’aide de Dieu) doit accompagner la décision de faire son Aliyah, pour les aider à surmonter les épreuves et les crises qui se produisent le long du chemin. « Il faut beaucoup de foi. Vous devez tout regarder et vous rendre compte que les épreuves sont vraiment pour le bien afin d’aider vous même et votre famille à grandir », explique t-elle.

Devorah signale que les Olim doivent se préparer à intégrer la société israélienne, y compris l’apprentissage de la langue et rencontrer des gens. « Les gens sont très fidèles à leur langue », note-t-elle. « Vous devez comprendre que l’hébreu est la langue sacrée de la terre d’Israël. Insister sur votre langue maternelle, rendra par la suite plus difficile d’intégrer le pays » .

« Je suis en contact avec beaucoup d’Olim et je vois beaucoup de gens qui se ferment, ont des difficultés d’éduquer leurs enfants, et ne parviennent pas à comprendre leur conjoint », dit-elle. « Une personne qui fait l’Aliyah doit venir avec un esprit ouvert et réaliser que la boîte à outils qu’ils utilisaient dans leur ancien pays n’est pas le même que celle qu’ils utiliseront ici. Le système éducatif n’est pas le même système d’éducation. La vie n’est pas le même et les mentalités ici sont différentes. Dans la diaspora, l’éducation est influencée par l’environnement des non juifs. Une personne doit être prête à se séparer de toutes ces habitudes, qui ne sont plus applicables dans la terre d’Israël ».

« Une partie de la difficulté des Olim est le résultat d’essayer de se raccrocher à ce qu’ils avaient là-bas, principalement en termes de choses physiques », affirme Devorah. « La vie dans la Diaspora implique plus de confort physique et de richesse, mais il est important de réaliser que l’avenir de notre peuple et nos enfants est ici dans la terre d’Israël. Dans la diaspora il n’y a pas d’avenir pour les Juifs ».

IMPORTANT CETTE SEMAINE LIVRAISON DE BOUTARGUE :
  • A NATANYA : JEUDI 25 MAI
  • A JERUSALEM (POINT RELAIS) : MARDI 23 MAI

CLIQUEZ SUR LE LIEN : PROMOTION : VENTE DE BOUTARGUE AU PRIX DE 22 € (entre 200 et 250 gr) SUR ISRAËL CHRONO

Frais de livraison gratuit à partir de 2 kg pour Jérusalem, Netivot (et ses moshavim), Bat Yam, Ashdod, Ashkelon à un point relais : avant de passer la commande contacter nous sur l'émail suivant : sud.israel@yahoo.fr

 
 
2 Comments

2 Comments

  1. Anonyme

    3 janvier 2017 at 14 h 17 min

    Merci de retirer tout de suite la photo liée à cet article. Il s’agit de ma famille et je n’ai jamais donné mon accord pour utilisation, surtout pas pour un sujet aussi grave. Retirez la immédiatement sous peine de poursuites, il s’agit de mon bébé sur la photo.

  2. Elie de Paris

    3 janvier 2017 at 14 h 17 min

    Très émouvant et authentique. En fait, seule une aliah spirituelle conjointe donne une chance de se « rempoter »…
    Ceux qui fuient là-bas pour y trouver une sécurité en seront pour leur frais. Une Montée doit etre collégiale, hormis les tout-petits qui suivent, comme une circoncision surprise.
    IMPERATIF que en Amont, le travail soit fait, et pas une fois que la detresse soit installée…
    Comme un entraînement « militaire » avant d’aller au front.
    Y a-t-il une structure pré Aliah, ou seulement un cours d’apprentissage oulpan ? Dommage…
    Ça urge. Des catastrophes comme cette mère et ses 4 filles…
    Hashem aie pitié…

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :