L'Actualité en Israël

Les soi-disant Palestiniens n’ont pas d’histoire en Israël à l’exception des terroristes

Jusqu’à ce que soit reconnu par l’ONU et d’autres organes que le peuple juif (et non les Arabes) sont les habitants autochtones de la terre d’Eretz Israël, il sera difficile de sortir de l’impasse des préjugés anti-juif qui est le véritable obstacle à la paix.

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

En 1714, Hadriani Relandi, un cartographe d’Utrecht, publié « Palestina ex monumentis veteribus illustrata ». Le livre a été un record du voyage de Relandi à Eretz Israël en 1695-1696. Sur ses voyages, il a visité environ 2.500 sites qui ont été mentionnés dans le Tanakh et la Mishna, et il a effectué un recensement des personnes qui résidaient dans de tels endroits. Il a fait quelques découvertes très intéressantes. Pour commencer, il a découvert que pas une seule ville en Eretz Israël avait un nom qui était d’origine arabe. Au lieu de cela les noms dérivés de l’hébreu, romaine et grecque.

Une autre découverte intéressante était l’absence manifeste d’une importante population musulmane. Au lieu de cela, il a constaté que la plupart des habitants étaient des Juifs, avec quelques chrétiens et quelques Bédouins.

A Nazareth vivaient, un millier de chrétiens, tandis qu’à Jérusalem 5.000 personnes, la plupart des Juifs. Gaza avec environ 250 Juifs et environ le même nombre de chrétiens. La seule exception était Naplouse (Shehem) où environ 120 musulmans vivaient, avec une poignée de Samaritains, dont les ancêtres appartenaient à des tribus du nord d’Israël.

Relandi était pas seul à découvrir le manque de musulmans dans la terre d’Israël. Le dessin sur le travail de statisticien et démographe Roberto Bachi, estime qu’il y avait seulement 151.000 habitants non-juifs de Palestine en 1540. (Certaines sources indiquent qu’un bon nombre d’entre eux étaient des descendants des Juifs qui étaient restés en Palestine après la révolte de Bar Kokhba échoué dans 136 CE , mais avaient été forcés de se convertir à l’Islam).

En 1800, la population non-juive avait augmenté à environ 268.000, passant à 489.000 dès 1890, 589.000 en 1922 et un peu plus de 1,3 million en 1948. La grande majorité de ces migrants non-juifs étaient des musulmans. Tout ce qui suggère que la plupart des habitants musulmans (et chrétiens) de la Palestine étaient des immigrants récents et y vivaient depuis des générations comme il est parfois suggéré. De plus, les chiffres montrent que l’immigration arabe était une tendance à croissance rapide, propulsée par des circonstances extérieures. Mais quoi ?

Tout d’abord, plusieurs milliers de paysans étaient venus en Palestine dans la première moitié du 19ème siècle pour échapper au projet militaire de l’Egypte, le travail forcé et les taxes. Deuxièmement, les autorités ottomanes ont transféré un grand nombre de personnes en provenance du Maroc, l’Algérie et l’Egypte à la Palestine dans la première partie du 20ème siècle, en partie dans un effort de dépasser le nombre de l’immigration juive. Troisièmement, le projet sioniste était très attrayant pour les Arabes qui ont été établis en Palestine pour le bon salaire, la santé et l’assainissement offert par les Juifs. En effet, le taux de mortalité infantile musulmane en Palestine est tombé de 201 pour 1000 en 1925 à 94 pour 1000 en 1945. Pendant ce temps, l’espérance de vie est passée de 37 à 49 ans.

En outre, la population arabe de Palestine a augmenté le plus dans les villes où il y avait un grand nombre de Juifs, ce qui est une forte indication que les Arabes ont été établis en Palestine en raison des sionistes. Entre 1922 et 1947, la population arabe a augmenté de 290 pour cent à Haïfa, 158 pour cent à Jaffa et 131 pour cent à Jérusalem. Fait révélateur, la croissance dans les villes à majorité arabe était beaucoup moins dramatique : 37 pour cent à Bethléem, 42 pour cent à Naplouse et à 78 pour cent à Djénine.

Au cours de l’administration civile britannique en Palestine (1920-1948), les restrictions ont été placées sur l’immigration juive afin d’apaiser les fauteurs de troubles arabes. Toutefois, la situation concernant le règlement arabe était beaucoup plus laxiste. L’historien et auteur Freddy Liebreich prétend que l’immigration arabe importante venait de la région de Hauran de la Syrie à l’époque du mandat et que les autorités britanniques ont fermé les yeux.

Cependant, certaines personnes en ont prit note. The Hope Simpson a fait une enquête (1930) et a observé qu’il y avait une immigration arabe illégale de l’Egypte, la Transjordanie et la Syrie, qui affectait négativement les immigrants juifs potentiels et contribuer à la violence arabe contre les Juifs. Le gouverneur britannique du Sinaï entre 1922 et 1936 a corroboré et a estimé que l’immigration arabe avait lieu, avec la plupart des immigrants venant du Sinaï, la Transjordanie et la Syrie. Et la Commission Peel a rapporté en 1937 qu’un « manque à gagner de la terre » était « dû moins à la quantité de terres acquises par les Juifs que l’augmentation de la population arabe ».

L’immigration a continué à un rythme jusqu’à ce que les Juifs ont déclaré l’indépendance en 1948. Le fait que les arabes de l’ immigration (majoritairement musulman) ont continué jusqu’à l’indépendance israélienne,  stipulation des Nations Unies pour que tout réfugié arabe qui avait vécu en Palestine pendant deux ans à peine avant l’indépendance juive avait droit au statut de réfugié. Selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine ils sont définis comme « les personnes dont le lieu de résidence était la Palestine au cours de la période allant du 1er Juin 1946 au 15 mai 1948, et qui ont perdu la maison et des moyens de subsistance à la suite du conflit de 1948 ».

Qu’est-il arrivé aux envahisseurs arabes de 629 CE ?

S’il y avait très peu d’habitants non-juifs en Palestine dans les 16ème et 17ème siècles, ce qui est arrivé aux envahisseurs arabes qui sont arrivés en 629 CE ? Eh bien, pour commencer, très peu des envahisseurs ont séjourné en Palestine. Beaucoup sont devenus propriétaires absentéistes qui ont utilisé des locataires indigènes à cultiver leurs terres et faire payer le dhimmi fiscal. Voilà pourquoi la Palestine, ainsi que           l’Egypte et la Syrie, sont restées majoritairement chrétiennes pendant plusieurs siècles.

Il est possible, cependant, qu’à la suite de la reconquête musulmane en 1187, de nombreux habitants juifs et chrétiens de Palestine ont été forcés de se convertir à        l’Islam, poussant ainsi le nombre d’habitants musulmans. Cependant, la population de la Palestine est entré en déclin depuis le milieu du 14ème siècle – en grande partie en raison de la peste noire, qui a balayé en provenance d’Europe de l’Est et l’Afrique du Nord, et voyager à Gaza, et faire son chemin vers la Palestine, le Liban et la Syrie.

Sans personne pour prendre soin de la terre, de nombreuses zones sont devenues paludéenne, en particulier dans le nord de la Palestine, qui est devenue en grande partie inhabitable. Le dépeuplement a continué comme une conséquence de l’invasion de la Palestine en 1831 par Muhammad Ali de l’ Egypte et la révolte des paysans qui a suivi en 1834, ce qui a réduit la population masculine de la Palestine d’environ vingt pour cent, avec un grand nombre de paysans  expulsés vers l’Egypte ou redirigé dans l’armée égyptienne. Beaucoup d’autres ont abandonné leurs fermes et leurs villages pour rejoindre les Bédouins.

De toute évidence, il serait vain de prétendre qu’il n’y avait pas d’Arabes vivant en Eretz Israël à la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, mais les chiffres ne montrent pas que la population arabe avait été en état de flux depuis des siècles et que l’écrasante majorité étaient des migrants du reste du monde arabe et / ou l’empire ottoman. Ceci est important car quand on nous dit qu’il y a la notion populaire d’une histoire / culture arabe palestinienne profonde est fausse. Tous les éléments de preuve à l’évidente montre une absence de la culture arabe à la fin du 17ème siècle en Palestine.

Et même dans les 18èmeet 19ème siècles, les habitants arabes ne sont pas indigènes, mais étaient retardataires. Ceci explique pourquoi, historiquement, les Arabes ne parlaient jamais de l’identité palestinienne – parce qu’il n’y en avait pas. Ils étaient égyptiens, syriens, marocains, irakien et ottomanes Arabes, et beaucoup d’entre eux ont exprimé leur allégeance à l’idée d’une Grande Syrie.

Il a fallu attendre le milieu des années 1960 – près de deux décennies après qu’Israël ait déclaré son indépendance – qu’une semi-cohérente (et terroriste) identité arabe palestinienne a vu le jour. Jusque-là, les Arabes avaient refusé de s’appeler Palestiniens parce que ce nom était réservé aux Juifs. Quand les gens parlent aujourd’hui d’une culture ou l’histoire palestinienne arabe, ils sont fallacieux : la seule culture palestinienne ou l’histoire sur cette terre est juive. L’arabophone palestinienne a commencé aussi tard que les années 1960 et a été rédigée en des termes avec ferveur anti-sionistes et judéophobe.

En dépit de leurs efforts couronnés de succès en trompant le monde, de nombreux dirigeants arabes palestiniens connaissent la vérité sur les origines de leur peuple. D’origine égyptienne Yasser Arafat fut très clair quand il dit : « Le peuple palestinien n’a pas d’identité nationale. I, Yasser Arafat, l’homme du destin, je leur donnerai cette identité par le conflit avec Israël ».

Même à la fin des années 1970, la notion d’un peuple palestinien était toujours rien de plus qu’une construction terroriste visant à saper les revendications juives à la terre d’Israël. Dans une conversation avec le journal néerlandais Trouw dans Mars 1977, le chef de la pro-Syrie As-Saiqa faction de l’OLP, Zuheir Mohsen, a fait remarquer : « Il est seulement pour des raisons politiques que nous soulignons soigneusement notre identité palestinienne […] oui, l’existence d’une identité palestinienne distincte sert uniquement à des fins tactiques. La fondation d’un Etat palestinien est un nouvel outil dans la lutte continue contre Israël ».

Sinon, pourquoi les gens qui prétendent être les Palestiniens refusent régulièrement la possibilité d’un Etat indépendant aux côtés d’ Israël ? C’ est parce que les Arabes eux – mêmes ne croient pas vraiment à un Etat de Palestine. Leur seul intérêt est d’abolir la présence juive entre la mer Méditerranée et le Jourdain. L’autodétermination juive est un anathème pour beaucoup de musulmans qui, depuis l’époque de Mahomet, ont essayé de garder les Juifs dans un état d’assujettissement et de dhimmitude. Lorsque les manifestants arabes et / ou BDS appellent à la Palestine libre « de la rivière à la mer », ce qu’ils veulent vraiment est le génocide des Juifs.

Un grand nombre des problèmes rencontrés par l’Etat d’Israël proviennent de quelque chose de très simple mais profond :  le changement de nom. Bien qu’il soit tout à fait compréhensible que les dirigeants du Yishouv ont choisi le nom d’Israël pour leur état (Nouvelle Judée était une autre option), il y a eu des conséquences malheureuses. En rejetant les étiquettes de Palestine et des Palestiniens, les Juifs ont contourné leur propre histoire locale et identité, et légué à la fois le nom et le patrimoine de la Palestine aux Arabes. Ce qui est pire est le fait que ce dernier prétendent maintenant avoir été le peuple indigène de la Palestine tout au long – et le monde (qui a toujours été une ventouse pour les théories du complot anti-juives) le croit.

Il est certainement temps de rappeler que les Arabes et à la communauté internationale que les Juifs sont les vrais Palestiniens. Sinon, pourquoi aurait – il un Talmud palestinien ou un journal juif appelé The Palestine Post. Pourquoi, jusqu’à ce que la création d’Israël, les Juifs étaient connus comme les Palestiniens ? Pourquoi le philosophe Emmanuel Kant a fait référence aux Juifs en Europe en tant que « les Palestiniens parmi nous » ? Pourquoi les militants juifs au début du 20èmesiècle, produisent des affiches appelant pour les Juifs d’Amérique pour vous inscrire en tant que membres de l’Organisation sioniste d’Amérique « pour la liberté de la Palestine » ? Pourquoi le drapeau de 1939 de la Palestine ne dispose que d’une étoile de David ?

Maintenant, certaines critiques pourraient dire, » Eh bien, tout cela peut être vrai, mais les gens qui prétendent être les Palestiniens sont en effet les Palestiniens parce qu’ils disent qu’ils sont et ils méritent notre sympathie ». Le problème est, les soi-disant Palestiniens ne font aucune tentative pour expliquer qui ils sont vraiment, mais continuent de perpétuer la théorie du complot antisémite que ce sont les peuples primitifs et indigènes de la Palestine qui étaient / sont cruellement opprimés par les méchants sionistes. Le monde croit parce qu’on leur dit le mensonge assez souvent et parce que l’Etat d’Israël a fait un mauvais travail de communiquer la vérité.

Et à cause du grand mensonge palestinien, la haine des Juifs est maintenant à son plus haut niveau depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’Organisation des Nations Unies vient d’adopter la résolution 2334, l’une des décisions les plus antisémites au cours des dernières années. Jusqu’à ce qu’il soit reconnu par l’ONU et d’autres organisations importantes que le peuple juif sont les habitants autochtones de Eretz Israël de la rivière du Jourdain à la mer Méditerranée – il va être difficile de sortir de l’impasse des préjugés anti-juif tenace qui est le véritable obstacle à la paix.

Richard Mather*

*Richard Mather est un rédacteur pigiste basé à Manchester, en Angleterre. Entre autres choses, il écrit pour Israël Nouvelles nationales (Arutz Sheva), le Jerusalem Post, l’Agence juive des médias, Voices Israël et Poetica Magazine. Il est âgé de 35 ans.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top