attentat

Le Shabath d’une famille juive de Halamish se transforme en un attentat sanglant : un père et ses deux enfants tués devant les 10 invités

La famille s’est rassemblée pour le repas du Shabbat ce vendredi soir pour célébrer la naissance ce matin-là d’un petit-fils.

The scene of a deadly terrorist attack in the West Bank settlement of Halamish on July 21, 2017. (IDF Spokesperson)

 

La table de Shabbat était couverte d’une nappe blanche et brillante, chargée de collations, et d’une bouteille de whisky non ouverte. Ils attendaient d’autres invités, la porte de leur maison de Halamish apparemment ouverte.

19-year-old Omar al-Abed, the alleged perpetrator of a terror attack in the settlement of Halamish on July 21, 2017 (Facebook photo)

Au lieu de cela, un Palestinien de 19 ans, Omar al-Abed, d’un village voisin, est arrivé avec un grand couteau et a commencé à poignarder les membres de la famille. Il y avait apparemment 10 personnes dans la maison quand il est entré.

Il a tué le grand-père de la famille, 70 ans, et deux de ses enfants adultes, un fils et une fille dans les années de 30 et 40 ans. Leurs noms n’ont pas encore été divulgués jusqu’à ce que tous les proches puissent être informés.

Sa femme a été gravement blessée et emmenée au centre médical de Shaare Zedek à Jérusalem où elle a subi une intervention chirurgicale samedi matin.
Quand elle est sortie, on lui a donné des nouvelles amères – son mari et deux de leurs enfants étaient morts.

Le couple survit à trois autres enfants; C’était la plus jeune qui avait accouché le nouveau-né ce matin-là.

 

Comme Abed a continué à poignarder les victimes, l’une des femmes présentes a réussi à pousser plusieurs petits enfants dans une pièce voisine et à verrouiller la porte.

Elle a appelé la police et a crié pour obtenir de l’aide. Un voisin, qui sert dans une unité d’élite IDF, a entendu les cris et s’est précipité, tirant sur le terroriste par la fenêtre de la maison.

R., de l’unité des forces spéciales canines d’élite des FDI, le soldat a dit qu’il a entendu les cris des victimes, a couru à la fenêtre de la maison et a tiré et blessé le tueur.

‘J’ai compris immédiatement ce qui se passait – j’ai vu le terroriste et j’ai tiré par la fenêtre’, at-il dit, selon les informations de Channel 2.

‘J’ai bien compris la situation’, a-t-il répété. ‘J’ai tiré sur [la maison] de l’extérieur. Je ne pensais pas beaucoup. J’ai agi immédiatement. ‘

Le terroriste a été blessé par le tir.

Certains rapports ont déclaré que, alors que les médecins essayaient de sauver les victimes, il s’est levé et a essayé de les attaquer avant d’être à nouveau neutralisé.

Samedi après-midi, Abed a été libéré de l’hôpital et remis aux services de sécurité pour interrogatoire.

Les photographies publiées par l’armée ont montré l’ampleur de l’attaque sauvage. Le sang couvrait tout le plancher du salon et de la cuisine, en tachant un coin de la nappe de Shabbat. Des pas sanglants sur les escaliers et les murs. Un lit et une couverture étaient couverts de sang.

Ze’ev Schneider, qui a visité Halamish pour le week-end, a déclaré à la Radio israélienne que son père était en route vers la famille pour rejoindre les célébrations lorsque le système d’alarme de la communauté a sonné.
La sécurité locale a demandé à chacun de verrouiller ses portes et ses fenêtres alors que l’armée effectuait des recherches pour d’autres attaquants.

Les soldats se rendirent ensuite à la maison à Halamish en s’assurant que personne ne manquait.

Une enquête initiale après l’incident a montré que Abed avait déclenché une alarme plus tôt quand il a escaladé la clôture de la localité, mais l’alarme ne s’est déclenché que dans le centre de contrôle de la sécurité communautaire.
Il a réussi à entrer dans la maison de ses victimes, à quelque 150 mètres d’où il a franchi la clôture, sans être stoppé.

L’IDF enquete comment il a réussi à parcourir les trois kilomètres de son village à Halamish sans être détecté, et pourquoi la première alarme, lorsqu’il a franchi la clôture, n’a pas été transmise à l’unité de sécurité locale.

L’armée a déclaré qu’il semblait que Abed avait posté un article sur Facebook en précisant son intention alors qu’il marcha vers la communauté. Il aurait eu un Coran avec lui. Avant de traverser la clôture, il a apparemment fait un certain type de rituel de purification, en anticipant qu’il serait tué.

2 Comments

2 Comments

  1. AARON Sandrine

    22 juillet 2017 at 22 10 08 07087

    Il faut déclarer la guerre aux palestiniens et les tuer qu’est-ce que vous attendez putain de merde

  2. Davidc

    22 juillet 2017 at 21 09 24 07247

    Des traîtres ces arabes tous des pedales de merde race de mort !!!!

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top