L'Actualité dans le Monde

Les services secrets israéliens découvrent le piratage russe dans des documents classifiés américains

Les services secrets israéliens ont découvert que les pirates russes utilisaient un logiciel anti-virus pour voler des informations classifiées des États-Unis, selon le New York Times.

Le logiciel antivirus est fabriqué par une société russe, Kaspersky Lab, utilisée par 400 millions de personnes dans le monde, y compris par des fonctionnaires d’environ deux douzaines d’agences gouvernementales américaines.

La découverte a conduit le département de la Sécurité intérieure le mois dernier à ordonner à toutes les agences exécutives fédérales d’arrêter d’utiliser les produits de Kaspersky, donnant aux agences 90 jours pour retirer le logiciel.

Les documents classifiés auraient été volés à un employé de l’agence de sécurité nationale qui les aurait mal stockés sur son ordinateur, sur lequel le logiciel antivirus de Kaspersky avait été installé. On ne sait pas quelles autres informations ont été glanées par l’opération russe, selon le Times.

Le Wall Street Journal a rapporté la semaine dernière que des pirates russes avaient volé des documents confidentiels d’un entrepreneur utilisant le logiciel Kaspersky sur son ordinateur. Mais le rôle de l’intelligence israélienne dans la découverte du piratage et l’utilisation par les pirates russes du logiciel Kaspersky dans une plus grande recherche d’informations classifiées américaines n’ont pas été rapportés auparavant, selon le Times.

Le Times a déclaré que l’Agence de sécurité nationale, la Maison Blanche, l’ambassade d’Israël et l’ambassade de Russie ne feraient pas de commentaires pour son histoire. Kaspersky Lab a nié toute connaissance ou implication dans le piratage russe.

Cette information provenait de l’intrusion d’Israël en 2014 dans les systèmes d’entreprise de Kaspersky, découverte par l’entreprise un an plus tard et rapportée publiquement, sans toutefois nommer Israël coupable. Le rapport de la compagnie indiquait cependant que le programme était similaire au virus Duqu, qui permet au pirate d’écouter les conversations et de voler des fichiers électroniques, et qui a été attribué aux inventeurs de Stuxnet, le ver informatique qui a fait reculer le programme nucléaire iranien de plusieurs mois ou années en affectant certains de ses systèmes informatiques et des centrifugeuses utilisées pour enrichir l’uranium après sa sortie en 2010. Stuxnet a été signalé comme un projet conjoint d’Israël et des États-Unis.

Le New York Times a rapporté que des officiers de renseignement israéliens avaient dit à la NSA qu’ils avaient découvert des preuves que les pirates du gouvernement russe utilisaient l’ordinateur antivirus de Kaspersky pour rechercher des programmes classifiés par le gouvernement américain et fournissaient des informations Intelligence russe. Les services secrets israéliens ont fourni des preuves à la NSA, y compris des captures d’écran et d’autres documents, rapporte le journal citant des sources non identifiées.

1 Comment

1 Comment

  1. Remidi

    11 octobre 2017 at 19 07 36 103610

    I love israël, bravo la Moussad.

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top