Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
L'Actualité dans le Monde

« Palestiniens, nous sommes malades et fatigués de vous » !

Cet article ne porte pas sur la façon dont les Israéliens se sentent avec les palestiniens, mais de savoir pourquoi le monde arabe ne soutient pas les palestiniens.

Le Dr. Mordechai Kedar est membre au Conseil académique de la politique nationale, expert du Moyen-Orient, professeur du Département de l’arabe et chercheur au Begin Sadate Centre d’études stratégiques à l’Université Bar-Ilan. Il s’est exprimé concernant la victimisation palestinienne insistante et ses causes non dévoilées par le monde arabe.

« Je voudrais soulever ici quelques questions : pourquoi le monde arabe ne veut pas sortir de ce sujet de « libérer la Palestine des Juifs », au lieu se retourner vers les Palestiniens ?

Au sein du monde arabe, la plupart de ses États ne reconnaissent pas Israël. Et cela a été à l’ordre du jour aussi dans deux pays importants, l’Egypte et la Jordanie, qui ont fait la paix avec Israël après avoir confisqué une partie de ses terres (sauf pour une brève période où l’Egypte était en dehors de la Ligue arabe).

– Pourquoi, le monde arabe n’a pas fait de guerre contre Israël en 44 ans depuis 1973 ?
– Pourquoi l’Irak a-t-il expulsé de son pays les « Palestiniens », après que Saddam Hussein soit tombé en 2003 ?
– Pourquoi le gouvernement égyptien est-il si cruel avec les Palestiniens à Gaza ?
– Est-ce juste une lutte politique contre le Hamas, ou est-ce quelque chose de plus profond ? Pourquoi toutes les parties en guerre en Syrie : Assad, les rebelles du Hezbollah, Daesh sont-elles cruelles envers les Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés en Syrie ?
– Pourquoi les Arabes tiennent encore des camps de réfugiés palestiniens ?
– Pourquoi les pays arabes (sauf la Jordanie) ne confèrent-ils pas la citoyenneté aux réfugiés palestiniens sur leur territoire qui sont déjà là depuis 68 ans ?

Ces questions ne sont que quelques-unes des questions que vous pouvez vous poser concernant l’attitude négative des Etats arabes et des nations arabes envers les Palestiniens, malgré les slogans interminables de « l’unité arabe » et la « solidarité arabe ».

La grande réponse de ces nombreuses questions qui se réunissent, précède l’attitude du monde arabe envers les Palestiniens qui est le résultat de certains sentiments profonds dont souvent personne n’est prêt à en parler et les exposer.

Le premier sentiment est que les Palestiniens sont responsables de tous les problèmes causés par eux en Israël. Ils ont échoué dans les batailles qui étaient censées nous éliminer en mai 1948 et ont échoué parce qu’ils ne sont pas unis, qu’ils ne sont pas organisés, et parce que certains d’entre eux n’ont pas voulu participer aux combats et ont même parfois coopéré avec les sionistes.

Le second sentiment est basé sur un fait bien connu : de nombreux Palestiniens ont vendu des terres aux Juifs avant et après 1948, y compris en Judée Samarie, après qu’Israël ait « occupé » ces territoires au cours de la guerre des Six Jours, en Juin 1967.

Les Palestiniens ont vendu des terres à des Juifs pour des milliards, ont pris l’argent à l’étranger, certains l’ont déposé dans des comptes en Suisse, et maintenant ils se plaignent au monde que leur « terres ont été volées ».

Cela est particulièrement évident à Jérusalem concernant la vente des terres de Jérusalem aux Juifs par des résidents arabes, mais aussi des maisons et appartements, et maintenant ils reprochent la « judaïsation de Jérusalem ».

Arafat a fait en sorte que les Palestiniens deviennent la colère du monde arabe. Son soutien à l’invasion de l’armée irakienne au Koweït sous Saddam en 1990, a conduit à l’expulsion de plusieurs milliers de travailleurs de l’industrie pétrolière du Koweït, et tout le monde savait très bien quelle était la raison de leur expulsion.

Beaucoup d’Arabes savent pourquoi Arafat a retourné le costume de l’armée régulière, afin de s’enrichir. Arafat est devenu un millionnaire et personne ne sait combien d’argent il a reçu après sa mort.

Le troisième mauvais sentiment vient du fait que les Palestiniens ont gagné beaucoup d’argent quand ils étaient en train de construire des maisons dans les implantations juives établies depuis 1948, tant à l’intérieur de la Ligne verte que les « territoires occupés » depuis 1967. Les Palestiniens sont ceux qui ont construit les maisons d’Israéliens. Les palestiniens travaillent dans les usines fondées par des Juifs dans ces domaines, et ils achètent les produits fabriqués par eux et ils contribuent au développement de l’économie des « territoires occupés » israéliens.

La quatrième cause de ce mauvais sentiment envers les Palestiniens venant du monde arabe est l’aide de l’ONU pour les réfugiés palestiniens depuis 1948, principalement par le biais de secours et de travaux (UNRWA). Les palestiniens ont reçu beaucoup plus d’aide que les réfugiés du monde arabe, comme la Syrie, le Soudan, la Jordanie, l’Irak et la Turquie. De nombreux Arabes ont le sentiment que les Palestiniens pressent la conscience du monde et en épuisent les coffres. Par exemple les réfugiés syriens ou irakiens ont désespérément besoin de plus d’aide des Nations Unies.

La cinquième cause de ce mauvais sentiment envers les Palestiniens a commencé au début de 2011, quand est intervenu le « printemps arabe » qui a fait tomber les régimes de Moubarak en Egypte, Kadhafi en Libye, Saleh au Yémen et les menaces d’Assad en Syrie.

Beaucoup dans le monde arabe ont supposé que les Palestiniens allaient profiter de l’élan de ces événements et commencer un soulèvement véritable pour secouer l’ « occupation » israélienne, mais cela n’a pas eu lieu. Les Palestiniens ont regardé à la télévision leurs frères arabes courir dans les rues, inondant la place, des manifestants dans le domaine public faire la table des chefs du gouvernement, mais n’ont rien fait. Les Arabes demandent dans la rue : « Pourquoi les Palestiniens attendent-ils ? Si Israël sera plus fort, est-ce que le monde arabe sera plus faible avec encore plus de conflits ?

Et le plus désastreux est ce sentiment dans le monde arabe que les Palestiniens préfèrent « l’occupation » israélienne et qu’ils en retirent autant d’avantages économiques.

Pour résumer : l’image des Palestiniens dans les médias arabes est incroyablement pauvre. Il n’y a actuellement personne dans le monde arabe qui soit prêt à prendre des risques pour se battre pour eux, et nous ne sommes pas du tout surpris, s’il y a des pays arabes, par exemple le Maroc, la Tunisie et les Emirats Arabes Unis, qui pourraient reconnaître Israël dans un avenir proche, même s’il n’y a pas d’accord entre Israël et Palestiniens.

Dr. Mordechai Kedar
Conseil Membre du Conseil académique de la politique nationale, expert du Moyen-Orient, professeur du Département de l’arabe et chercheur au Begin Sadate Centre d’études stratégiques à l’Université Bar-Ilan.

Tous les bracelets achetés lors de la HILOULA DE BABA SALE à Nétivot au prix unique de 5 €

 

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :