Apartheid

Privilège palestinien: Le « droit » à l’hospitalisation gratuite, pour toujours.

palos hopital

Nous avons déjà fait état ​​des protestations palestiniennes au Liban contre l’UNRWA  depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi qui stipule que les Palestiniens doivent payer 5% de leur facture dans les hôpitaux gérés par le Croissant-Rouge palestinien et 15% dans les hôpitaux du gouvernement libanais.

Les manifestations se sont poursuivies au cours du mois passé. Hier, les manifestants ont bloqué l’entrée du bureau de Beyrouth de l’UNRWA afin que personne ne puisse entrer en contact avec  les services de l’UNRWA. Un article en Arabe relate ces manifestations d’hier:

 « La bataille des  réfugiés palestiniens opposés à  l’UNRWA et aux pays donateurs  concernant leur droit à une prise en charge totale dans les hôpitaux — un  droit estimé « naturel » qui, selon eux,  ne doit souffrir d’aucune restriction —  va se poursuivre de plus belle. C’est ainsi que les factions palestiniennes nationales et islamiques soutenues par les comités populaires ont, non seulement, fermé le siège de l’UNRWA à Beyrouth mais ils ont aussi bloqué l’accès aux aires de stationnement afin d’ empêcher, à l’exception des médecins,   l’entrée du personnel dans les bureaux. Tout déplacement en voiture est donc devenu impossible. Tout le monde s’accorde à penser que l’escalade va se poursuivre et s’amplifier contre L’UNRWA accusée d’injustice et de partialité envers les réfugiés.  Les forces politiques palestiniennes ont d’ailleurs dénoncé le silence de la communauté internationale face à cette crise. »

Il faut souligner, en contre point, que l’afflux de « faux/vrais réfugiés » au Liban complique sérieusement une situation d’autant plus explosive que le financement international  s’essouffle et qu’il a ses propres limites.

Incapables de penser leur autonomie,  peu enclins à faire valoir leurs droits dans le pays « d’accueil »— rappelons que le Liban se comporte comme un pays d’apartheid en leur refusant l’accès aux emplois, à la nationalité etc. — les Palestiniens se conduisent comme des assistés en  exigeant des soins gratuits comme un «droit naturel » et somment  la communauté internationale de les aider. Bref, c’est un droit au bien être ad vitam aeternam qu’ils réclament.

Si la charité ( la zakât ou aumône légale), si peu appliquée ici,  est un des cinq piliers de l’islam,   il n’en reste pas moins vrai que pour les Palestiniens du Liban, le financement  consenti par les pays occidentaux  est davantage perçu comme une taxe ( la jizya) que paient les dhimmis ( les soumis non musulmans aux soumis : islam = soumission) à laquelle ils ont droit puisque musulmans. CQFD.

Cette semaine, les locaux de l’UNRWA ont été incendiés, à Shuafat (près de Jérusalem) probablement en signe de solidarité aux Palestiniens du Liban.

LE CHANGE DU JOUR

La Boutargue du Soleil en vente sur ISRAEL CHRONO entre 11 et 88 € le kilo.Pour COMMANDER cliquer ICI

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :