Desinformation

Mon nom est Rachel ‘X’

{Originalement parue en anglais dans le blog de l’auteur, Beyond the Great Divide }

Le massacre de Tibériade

Le 2 octobre 1938, les émeutiers arabes se sont infiltrés dans un quartier juif de Tibériade. Ils ont d’abord coupé les fils téléphoniques pour empêcher les appels d’aide. Ils se sont ensuite mis à massacrer des civils innocents.

Selon les Britanniques :

«Cette attaque a été systématiquement organisée et sauvagement exécutée. Sur les dix-neuf juifs tués, y compris les femmes et les enfants, tous sauf quatre ont été poignardés à mort.

Il y avait environ 70 Arabes armés impliqués dans l’attaque, ils ont mis le feu aux maisons juives et à la synagogue locale. Selon Wiki ‘ dans une maison, une mère et ses cinq enfants ont été tués’.

Wiki n’explique pas que le père, Shimon Mizrachi, était ailleurs, un garde qui protégeait d’autres familles. Le compte ne donne pas non plus le nom et l’âge de ces cinq enfants assassinés. Ezra (douze ans), Miriam (cinq), Yocheved (trois), Samuel (deux) et Hephzibah (un).

Il ne vous donne pas non plus le nom de la mère. Le nom de la mère était Rachel.

La Rachel de Kiryat Shmona

Kiryat Shmona est à environ 35 miles de Tibériade. Une ville dans le district nord d’Israël, près de la frontière libanaise.

Le 11 avril 1974, des terroristes du Front populaire pour la libération de la Palestine (PFLP) ont attaqué des civils à Kiryat Shmona. Ces terroristes ont d’abord essayé d’attaquer une école, mais il n’y avait personne à l’intérieur. Au lieu de cela, ils ont attaqué un immeuble résidentiel à proximité. Rehov (St) Yehuda Halevi numéro 15. Ils ont tués d’une façon barbare. Dix-huit personnes ont été assassinées, la moitié d’entre elles étaient des enfants.

Anisa Stern (47 ans) a été une des victimes, elle a été tué à côté de sa fille de huit ans. Le nom de la fille était Rachel

La Rachel de Ma’alot-Tarshiha

Juste quelques semaines après le massacre de Kiryat Shmona, le 12 mai 1974 , un groupe de jeunes enfants entre quinze à dix – sept ans , scolarisés lors d’un voyage en Galilée trois jours avant le vingt-sixième jour d’indépendance d’Israël. C’était un grand groupe d’étudiants et ils avaient pris des dispositions pour passer une nuit à l’école Netiv Meir de Ma’alot.

Le même jour, un groupe de terroristes du Front Démocratique Populaire pour la Libération de la Palestine (PDFLP) s’est infiltré en Israël. Ils avaient attaqué une camionnette en prenant des femmes arabes chrétiennes, puis après avoir atteint la ville de Ma’alot, ils se sont approchés de certains bâtiments résidentiels. Lorsque Fortuna et Yossef Cohen ont ouvert leur porte, les terroristes ont tiré et tué le couple, et leur fils de quatre ans, Eliahu.

Finalement, les terroristes ont atteint l’école. Les terroristes sont entrés dans le bâtiment vers 4 heures du matin. Certains étudiants ont sauté des fenêtres, mais 85 étudiants et plusieurs enseignants ont été pris en otage. Lorsque les Israéliens ont tenté un sauvetage, les terroristes ont ouvert le feu sur les étudiants. Vingt-deux d’entre eux ont été abattus.

Aucun de ces 22 étudiants ne devaient grandir. L’une d’entre eux s’appelait Rachel. Rachel Afita avait seulement seize ans quand elle est décédée.

Rachel ‘X’

Un exercice visant à raconter en détail les histoires individuelles de tous les juifs se nommant Rachel, qui ne pouvaient pas vivre leur vie à cause de la haine anti-juive, serait une tâche gigantesque. Les trois ci-dessus ne sont qu’un exemple de vie et de familles ruinées parce que pour certains, les Juifs n’ont pas de place sur cette terre.

Voici d’autres :

(Cette liste a été formée en utilisant le site web israélien pour les victimes).

Rachel Bavli, 21 ans, a été tuée par un tireur d’élite le 1er juillet 1954 à Jérusalem
Rachel Lev, 51 ans tuée dans son appartement à Haifa le 22 octobre 1969
Rachel Weiss, 69 ans, poignardée dans le cadre d’un test d’initiation au recrutement du Hamas au  Moshav Shafir le 3 août 1988
Rachel Drouk, 35 ans, assassinée par des terroristes alors qu’elle se rendait à une manifestation le 27 octobre 1991
Rachel Tamari, assassinée le 24 juillet 1995, alors qu’elle était prise dans une attaque suicide sur un bus à Ramat Gan
Rachel Sela, 82 ans, a été assassinée lors du bombardement suicide du Centre Dizengoff le 4 mars 1996
Rachel Munk, 24 ans, assassinée par un attentat terroriste le 26 juillet 1996
Rachel Tejgatrio, 83 ans, a été assassinée lors d’une attentat – suicide le 30 juillet 1997 au marché Mahane Yehuda à Jérusalem
Rachel Weiss, 26 ans, a été assassinée lors du bombardement des bus de Jéricho le 30 octobre 1998
Rachel Levi, 19 ans, tuée par un terroriste palestinien, qui a conduit un bus dans un arrêt de bus bondé le 14 février 2001
Rachel Thaler, 16 ans, a été assassinée lorsqu’un kamikaze s’est écrasé dans une pizzeria dans le centre commercial de Karnei Shomron le 27 février 2002
Rachel Gavish, 50 ans, a été tuée par un terroriste palestinien, alors qu’elle était assise avec sa famille pour un repas de Pâque à son domicile le 28 mars 2002
Rachel Levy, 17 ans, a été tuée par un kamikaze alors qu’elle faisait ses courses dans son supermarché local à Kiryat Yovel le 29 mars 2002
Rachel Charhi, âgée de 36 ans, est décédée le 4 avril 2002, cinq jours après avoir été blessée par un attentat-suicide contre un café de la rue Allenby à Tel-Aviv
Rachel Shabo, 40 ans, assassinée par des terroristes lors d’une attaque contre Itamar le 20 juin 2002
Rachel Weitz, âgé de 70 ans (?), est décédé le 23 août 2003, trois jours après avoir été mortellement blessée dans un bombardement de bus à Shmuel HaNavi, à Jérusalem
Rachel Ben Abu, 16 ans, a été tuée lors d’un attentat-suicide à l’extérieur de l’entrée du centre commercial Hasharon à Netanya le 12 juillet 2005
Rachel Kol, 53 ans, assassinée par des terroristes, tout en conduisant à la maison le 23 juillet 2005
Rachel Schwarzberg 81 ans, frappée par une attaque de roquette du Hezbollah à Nahariya le 14 juillet 2006
La liste aurait été beaucoup plus longue, deux Rachel sont mortes dans des bombardements italiens pendant la Deuxième Guerre mondiale, et plusieurs sont mortes dans le conflit civil et régional de 1948.

La Rachel avec un nom

Et Rachel Corrie …

Rachel Corrie flag

Tous ces femmes et filles du nom de Rachel ci-dessus, sont mortes en tant que victimes de la haine. Tous avaient des histoires à raconter, et elles n’avaient jamais eu la chance de respecter leur promesse.

Aucune d’entre elle n’a contribué à leur mort. Tous et toutes, étaient une victime innocente, abattu par des idéologies de la haine.

Mais une autre «Rachel», qui n’est pas mentionnée ci-dessus, a utilisé un faux récit sur un public crédible. Aujourd’hui, si vous recherchez sur google ‘Israël, Rachel et Terrorisme’, alors le premier résultat sera ‘Rachel Corrie’ :

La mort de Rachel Corrie a été tragique, mais c’est un accident créé par des terroristes qui s’appuient sur des propagandistes anti-israéliens pour fausser l’esprit des jeunes esprits vulnérables. Les mensonges sont tournés, vers la haine et, en fin de compte, les jeunes imbéciles s’alignent pour protéger les terroristes contre les démocraties libérales au milieu d’une zone de conflit. L’une de ces personnes était Rachel Corrie.

Je n’ai pas besoin de reprendre, les événements réels de la mort de Rachel Corrie en détail. D’autres, comme Melanie Phillips, ont récemment posté des blogs détaillant le niveau de distorsion impliqué.

Quelques explications…

Rachel Corrie n’était pas une victime du terrorisme. Sa mort n’a pas non plus délibéré. Corrie a été victime d’une radicalisation anti-occidentale, ce qui a entraîné sa mort accidentelle. Cela s’est produit seulement après avoir perdu tout sens du bien et du mal.

Les propagandistes anti-israéliens ne s’intéressent jamais à ce qui se produit réellement lorsque des incidents comme celui-ci se produisent. Leur seule préoccupation est de savoir comment un événement peut être déformé au maximum.

Ceux qui ont écrit la pièce ‘My Name is Rachel Corrie’ basée sur un journal d’un activiste lavé par le cerveau, la pièce s’efforce de vilipender Israël et affirme que Rachel Corrie a été délibérément tuée par les chars de Tsahal. Il est faux et provocateur et il incite, en provoquant des flammes de haine. La pièce a été éditée par Alan Rickman et Katharine Viner.

Rickman et Viner n’ont pas attaqué les terroristes, ils n’ont pas non plus attaqué l’organisation qui l’a envoyé à sa mort. Ils n’ont même pas pris l’occasion créative de regarder la sombre vérité de la radicalisation. Cette pièce aurait dû être écartée depuis longtemps comme une propagande politique. C’est dommage que Young Vic ait choisi de la montrer. Au fur et à mesure que l’antisémitisme augmente en Europe, une propagande politique joue pleinement le mensonge et la haine envers les Juifs se manifeste à Londres (et ailleurs comme en France). Un autre signe de l’époque.

Kol Nidré

La nuit d’ouverture de la pièce au Young Vic était le jour de la prière récité à Yom Kippour qui se nomme  » Kol Nidré », début de Yom Kippur. Il est habituel pour les juifs d’allumer une bougie commémorative avant que Yom Kippour commence. Le Young Vic aurait dû placer des bougies commémoratives à l’entrée de la nuit d’ouverture. Une bougie pour chacune des Rachel qui n’ont pas voulu arriver dans ce monde pour voir leur propre nom dans les lumières de ces bougies oubliées.

(Traduction Alyaexpress-News : Le crédit appartient  à Richard Millet, qui a inspiré ce blog avec sa campagne sur Twitter #mynamewasracheltoo . Le crédit doit également s’adresser à divers blogueurs en ligne qui ont eu au cours des dix dernières années, parlé d’autres Rachel dans les blogs – et avec un œil sur le le site Web des blogueurs d’Israel Bay – dont la recherche a également été utilisée pour retracer certaines de ces histoires).

1 Comment

1 Comment

  1. Raphaël Hanoufa

    Raphaël Hanoufa

    10 octobre 2017 at 9 09 20 102010

    Merci pour cet article poignant

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top